Marche

Marche pour la biodiversité

Carte non disponible

Date / Heure
Date(s) - 09/03/2019
14 h 00 min - 17 h 00 min

Emplacement
Départ

Catégories


POUR UNE VRAIE POLITIQUE DE SAUVEGARDE DE LA BIODIVERSITE

La LPO MOSELLE sous l’initiative de Victor NOEL passionné de nature âgé de 13 ans, et avec le soutien d’une trentaine d’associations et de personnalités (au 8 janvier) organisera le 9 mars 2019 à Metz une MARCHE POUR LA BIODIVERSITE pour réclamer une véritable politique de sauvegarde de la Biodiversité.

 

 

Pourquoi cette marche ?

Depuis sa création, la LPO oeuvre au quotidien pour la protection des espèces, la préservation des espaces et pour l’éducation et la sensibilisation à l’environnement.

Cette marche inter associative et citoyenne se veut revendicative:

Aujourd’hui, on le constate, LA BIODIVERSITE VA MAL. En la détruisant nous nous autodétruisons.

Or, les actions gouvernementales en matière de préservation de cette Biodiversité ne sont pas à la hauteur de la situation. Il est donc temps d’agir aujourd’hui afin de préserver le vivant.

Demain il sera trop tard.

En répondant à l’appel de Victor, la LPO Moselle et ses partenaires, souhaitent donc alerter les pouvoirs publics et le gouvernement, afin de réclamer une véritable politique de sauvegarde de la Biodiversité.

 

Le manifeste

Pourquoi se mobiliser ?

  • D’ici 40 ans, tous les poissons pourraient avoir disparu des océans.
  • En 30 ans, environ 80% des populations d’insectes volants ont disparu en Europe.
  • En 15 ans, 30% des populations d’oiseaux ont disparu des campagnes françaises.
  • Certaines espèces protégées sont chassées en toute légalité à l’instar de la Tourterelle des bois, de l’Alouette des champs, du Loup…

Les oiseaux comme les insectes sont des indicateurs de l’état de la nature. Les causes de leur raréfaction sont connues : destructions des habitats, artificialisation des milieux, pollutions (chimique, lumineuse, sonore…), prélèvements excessifs (chasse, pêche…), dérangements…

L’agriculture intensive cumule souvent tous les handicaps, ce qui explique l’effondrement des populations d’insectes (pollinisateurs et autres) et des oiseaux des champs.

La biodiversité est indispensable à notre survie et à celle des autres espèces animales.

Sa destruction est donc un problème majeur, sérieux, et inacceptable.

Ce problème n’est pas lointain, il est là. Il est temps d’agir MAINTENANT afin de préserver le vivant !

Or les mesures gouvernementales ne vont, selon nous, pas dans le bon sens. En effet, les politiques publiques accompagnent cette disparition en tolérant la destruction des espaces naturels. Les politiques ne sont pas concertées et le ministère en charge de la transition écologique a bien peu de poids.

Or les solutions concrètes existent :

– Réforme du modèle agricole :

– Programme de lutte contre les pesticides et finalisation de l’interdiction des néonicotinoïdes.

– Soutenir davantage la filière bio (et supprimer les subventions aux filières agrochimiques connues comme étant dangereuses).

– Assumer une interaction forte du Ministère de L’Ecologie avec le Ministère de l’Agriculture dans la prise en compte de cette problématique.

– Mettre les moyens en place pour sensibiliser les agriculteurs et apporter conseils et solutions. Ne pas perdre de vue l’énorme besoin de connaissances sur les espèces animales et leurs rôles dans les écosystèmes.

– Améliorer le bien-être animal.

– Favoriser une transition alimentaire végétale.

– Réforme du modèle de pêche :

-L’arrêt des captures de manière purement quantitative, adopter une approche globale en prenant en

compte les écosystèmes.

– Réforme de la chasse :

– Nouvelles mesures en faveur de la protection des animaux (êtres sensibles).

– Mieux protéger la faune sauvage et favoriser le retour naturel des grands prédateurs.

– L’arrêt de la chasse d’espèces en déclin

Ces mesures ne pourront être mises en place sans lutter contre les lobbys agricoles, industriels et cynégétiques.

Un problème majeur demande des solutions majeures !

LIENS AVEC LES ARTICLES DU SITE

Evènement suivant

« Après Demain »