Articles de magazine

Billebaude printemps 2019

Lancée en novembre 2012 par la Fondation François Sommer, en partenariat avec les éditions Glénat, Billebaude est une revue semestrielle qui interroge le rapport de l’homme à la nature et à l’animalité.

Revue d’analyses, d’interviews, de récits, Billebaude est aussi galerie d’art, qui prolonge, sur papier, l’espace du musée de la Chasse et de la Nature en exposant des propositions artistiques originales. Chaque numéro s’appuie sur les réflexions menées au sein de la Fondation François Sommer sur la question écologique, sur les propositions culturelles du musée et sur les partenariats de recherche établis avec le monde universitaire. Lieu de débats et d’explorations, elle cherche, sans a priori, à susciter la réflexion autour des usages de la nature.

N°1 : VENAISON
Vous reprendrez bien du gibier ? Être carnivore ou ne pas l’être… La consommation de la viande de gibier est l’une des justifications de la pratique de la chasse. L’une et l’autre suscitent aujourd’hui bien des débats. De l’art d’accommoder le gibier à celui de le prélever sur les cinq continents, tour d’horizon…

N°2 : LE CHASSEUR NATURALISTE
Dans la lignée de François Sommer, précurseur de la réintroduction du cerf en France et instigateur d’une « chasse rationnelle » consistant à prélever l’usufruit sans entamer le fonds, se succèdent les grandes figures de la chasse et de l’environnement de ces cinquante dernières années.

N°3 : LA FEMME
Une réunion inédite de portraits de celles qui inspirent, accompagnent et vivent la chasse.

N°4 : LE LOUP – Nouvelle formule
Le retour du sauvage 
Source de controverses depuis son retour en France en 1992, le loup fascine et dérange. Alors qu’il était jusqu’à sa disparition, dans les années 1930, l’ennemi à éradiquer, il est aujourd’hui protégé, ce qui pose la question de la cohabitation entre l’animal et les activités humaines. Le loup incarne bien l’enjeu du rapport à la nature en ce début de XXIe siècle. D’un côté la sacralisation, de l’autre la menace du prédateur. Pour comprendre le retour du loup, ce numéro suit trois pistes. Celle, tracée par l’homme, de l’animal symbolique, source de représentations passionnelles et contradictoires. Celle de l’animal politique, qui impose de réfléchir aux usages de la nature. Enfin, celle de l’animal sauvage qui déjoue les stratégies humaines et, sans cesse, se dérobe.

N°5 : LA FÔRET – Nouvelle formule
Dernier refuge du sauvage ?
Qui, aujourd’hui, peuple encore la forêt ? Chasseurs, derniers trappeurs, ingénieurs, forestiers ou biologistes y sont de passage. Les derniers peuples qui l’habitent sont menacés de disparition. La forêt est, par opposition à la civilisation, le lieu du sauvage, terme dérivé du latin silvaticus, « fait pour la forêt ». Mais cette frontière est-elle si pertinente ? A la fois ressource et refuge, la forêt est largement façonnée et exploitée par les hommes. Dans ce numéro, nous partirons explorer les bois avec un regard scientifique, culturel et cynégétique.

N°6 : LA RURALITÉ – Nouvelle formule
Quel héritage ?
Quel est l’héritage de la culture rurale ? À-t-elle été enterrée par la déprise agricole, la fin du monde paysan, le déclin du nombre de chasseurs, l’émergence d’un rapport nouveau à l’environnement, moins pratique, plus réflexif et plus distant ? Une nouvelle culture rurale naît-elle de ces bouleversements sociaux, économiques et environnementaux ? À travers des débats, des projections, des témoignages, une réflexion est proposée sur cet espace en profonde mutation, loin des centres de pouvoir et dont l’avenir est pourtant politique.

N°7 : CLIMAT

Bienvenue dans l’anthropocène.
Dans cette ère géologique nouvelle, l’homme est devenu le principal agent de modification de l’équilibre du « système Terre ». Partout où l’on observe la nature, y compris dans les roches, on trouve l’empreinte humaine.
Comment penser cette nouvelle imbrication entre l’homme et la nature ? Concrètement, dans quels paysages, avec quels animaux vivrons-nous à l’ère du réchauffement climatique ?

N°8 : LE LAPIN

Gibier, animal domestique, animal de laboratoire, lapin de fourrure et lapin de chair, le lapin rassemble à lui seul toutes les facettes de notre relation à l’animal, entre exploitation, sensiblerie et fantasme. L’histoire du lapin, qui, dans son expansion, a totalement échappé à notre contrôle, interroge les limites de notre capacité de gestion de la nature. Nuisible, peluche, fourrure ou civet, Billebaude montre comme l’homme met le lapin à toutes les sauces et le confronte aux paradoxes de son rapport à cet animal.

N°9 : L'OURS

Adversaire face auquel éprouver sa bravoure, nounours bonhomme incarné par Teddy Bear, deux images contradictoires collent à la peau de l’ours : la férocité ou la mignonnerie. Ce numéro de Billebaude invite à redécouvrir l’animal, en explorant la construction de ces deux mythes, et en allant à la rencontre de l’animal sauvage, là où il peuple encore les forêts. Fidèle à son approche, la revue invite biologistes, écologues, historiens, philosophes, bergers, chasseurs et artistes pour mieux apprendre à cohabiter avec l’ours et réfléchir à la place des grands prédateurs dans notre monde contemporain.

N°10 : SUR LA PISTE ANIMALE

La façon dont les animaux vivent, le plus souvent cachés des hommes, est source de mystères. Ce numéro explore les différentes façons, venues des premiers chasseurs, de suivre la piste des animaux et de comprendre leurs modes d’existence. Aujourd’hui, le pistage prend une dimension scientifique, car il est devenu l’outil indispensable du suivi de la faune sauvage. Qui habite ici ? Comment fait-il territoire ? Quelles sont ses voies de circulation vitales, invisibles pour nous ? Alors que la plupart des humains au XXIe siècle se promènent dans une nature-paysage, où ils ne savent plus voir d’autres présences, suivre la piste de l’animal permet de lire le territoire autrement, de comprendre que l’on vit dans un habitat partagé avec d’autres vivants.

Ce numéro est conçu en partenariat avec l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, spécialiste du suivi scientifique de la faune sauvage en France. Il accompagne l’exposition estivale du musée de la Chasse et de la Nature, « Animer le paysage, sur la piste des vivants », conçue comme un passage. Alors que notre imaginaire et nos représentations modernes nous positionnent, nous humains, à l’extérieur du paysage, les œuvres de l’exposition chercheront à nous plonger à l’intérieur, à représenter un territoire vivant, constitué de relations — riches et parfois conflictuelles —, entre humains et non-humains.

N°11 : L'ANIMAL IMAGINAIRE

L’animal imaginaire est celui que l’on invente dans les contes et les mythes. Cet imaginaire évolue dans le temps. Il est relatif à ce qui est réel, à la façon dont nous connaissons les animaux, dont nous vivons avec eux. Sirène, pieuvre, mammouth, chouette sont racontés par des chercheurs en histoire, anthropologie, littérature… comme ces animaux dont les territoires se situent à la frontière étroite entre le réel et l’imaginaire. Existent-ils ou non ? Quels mythes invente-t-on sur eux ? Chez l’artiste Julien Salaud, dont nous publions une galerie, les animaux s’hybrident. Devant la disparition de la biodiversité, un autre bestiaire imaginaire émerge sous la plume d’écrivains contemporains. Nous explorons aussi la question de la place qu’occupe l’animal dans notre imaginaire en vous livrant une missive écrite par « les Autres », les animaux dont le philosophe Paul Shepard imagine ce qu’ils pourraient nous dire.

N°12 : CUEILLIR

Pratique ancestrale, redécouverte aujourd’hui comme une façon d’imaginer un autre rapport à l’alimentation, la cueillette engage aussi d’autres relations à la nature sauvage. Elle questionne en creux les classifications et les pratiques issues de notre civilisation agricole et, au-delà, les modalités de nos relations avec les vivants. Car refaire nôtres l’attention du cueilleur et le savoir oublié des « bonnes herbes », c’est se souvenir que les espaces sauvages sont également des territoires nourriciers, dont nous partageons l’usage et la connaissance avec d’autres espèces. Dans ce numéro, vous trouverez des savoirs oubliés, des méthodes et des recettes pour redécouvrir les vertus des plantes sauvages.

N°13 : AFFRONTER la sixième extinction

Comment la liste rouge des espèces menacées, qui évalue le degré de menace pesant sur les espèces en métropole et en outre-mer, est-elle élaborée par les scientifiques ? En quoi, dans un moment de crise de la biodiversité, peut-elle servir de boussole pour mener des programmes de conservation des espèces en danger? Qu’est-ce que la disparition des espèces fait à notre sensibilité ? Comment composer avec ce senti- ment de perte tout en conservant la capacité d’agir ? À partir de ce constat scientifique de plus en plus alarmant, ce numéro de Billebaude cherchera à explorer des formes de cohabitation pour vivre en bonne intelligence avec les autres vivants.

Un numéro réalisé en partenariat avec l’UICN France ( Union internationale pour la conservation de la nature).

N°14 : Mondes sonores

La diversité remarquable des formes et des couleurs du vivant a contribué à façonner nos imaginaires et nos arts. Ses chants ont aussi inspiré nos compositions musicales, pourtant, notre biais de primates visuels nous rend généralement moins sensibles à la richesse des mondes sonores qui nous entourent. En s’immergeant dans les partitions du vivant, ce numéro propose de prêter attention aux échanges de vibrations et de sons – intra- mais aussi interspécifiques – pour communiquer, se partager des territoires, se reproduire… De là, pourrions-nous imaginer d’autres modalités de communication avec les vivants, pour mieux nous entendre ?

Nom :

BILLEBAUDE

Numéro :

Date de parution :

13
2018-12-20

Commander le magazine

EN LIEN AVEC LE SUJET

etiquettes

SITE WEB