Personnalités à découvrir, Les scientifiques

HALLÉ Francis, interview exclusive sur son nouveau projet!

Passer un moment avec Francis Hallé, c'est partir en voyage, pas forcément très loin : il peut vous raconter la vie du chêne qui pousse devant le balcon de sa maison à Montpellier aussi bien que l'histoire et l'étonnant comportement d'une liane asiatique qu'il a croisée lors d'une de ses nombreuses expéditions, notamment sur le "Radeau des cimes", en Guyane, au Congo...

Mais ce qui frappe chez ce botaniste de haute volée - doublé d'un artiste de talent qui passe beaucoup de son temps à croquer ses rencontres avec la précision du scientifique - et auteur de nombreux ouvrages, c'est la précision de sa connaissance et sa façon d'interroger la nature. Avec sérieux et humilité.

extrait d'un dessin

extrait film Wildtouch org

Les plantes sont sa vie, pourtant, il était parti pour s'occuper plutôt des animaux mais une rencontre végétale l'a fait tourner casaque et depuis des décennies, il regarde, il étudie, il interroge, il dessine, il écrit (des dizaines d'ouvrages dont "Éloge de la plante, pour une nouvelle biologie" (Le Seuil, 1999), "La Vie des arbres" ( Bayard, 2011), "Atlas de botanique poétique" (Arthaud, 2016) et son dernier "30 ans d'exploration des canopées forestières tropicales" (Museo, 2017), il milite, il se bat pour que la plante ait davantage droit de cité dans notre monde qui l'ignore ou la considère davantage comme un objet d'ornement alors que pour Francis Hallé "la plante est l'avenir de l'Humanité! Et nous en connaissons encore si peu : " 350 000 espèces, beaucoup moins que les insectes, une centaine de plus découverte chaque année, une adaptabilité que pourrait lui envier nombre d'animaux", bref, un monde fascinant.

Et, à 80 printemps atteints avec verve et enthousiasme, toujours des projets :

  • Une exposition de dessins à la Fondation Cartier en juillet
  • Passerelles en forêt de Birmanie et expédition au Gabon (film sur la forêt primaire) en 2020
  • Un projet de loi sur le respect des arbres (un peu à l'identique de ce qui a été fait pour les animaux...) soumis à l'assemblée nationale; "Pourquoi pas piper les plantes?"
  • Et, surtout, la création d'une forêt primaire (elles ont quasiment toutes disparues d'Europe si l'on considère faune et flore ensemble : "on en a perdu l'idée même") à suivre durant 1 000 ans ("une façon de lutter contre la tyrannie du temps qui nous oblige l'immédiateté en permanence") à laquelle sont associés des scientifiques, des artistes... et dont la superficie devrait atteindre 60 000Ha;

On n'a donc pas fini d'entendre grandis Hallé!

Allez donc voir sa biographie sur Wikipedia : c'est ICI

Rencontre à Montpellier un jour d'avril, chez lui, il est en train de dessiner, avec des plantes tout autour de lui : dans son salon, sur son balcon où il me montre chaque plante qu'il connaît par coeur.

Francis Hallé évoque sa vie : ses études, son long séjour en Afrique - Congo, Zaïre... - qu'il aime - 10 ans - pour l'ORSTOM, son retour avec quatre enfants, ses années à Montpellier où il ne regrette pas d'habiter, ses expéditions...

Un moment privilégié qui pourrait durer des heures....

Tu as abordé le monde des animaux dans votre vie? J'ai même commencé par ça! Quand on était étudiant on commençait par les animaux. Et puis un jour je me suis rendu compte que les plantes c'était infiniment plus intéressant. parce que moins bien connues.

Comme ça d'un coup? OuiUne plante qui poussait sur mon balcon à Paris, dont je n'avais rien à faire mais elle poussait, elle a fleuri, elle a donné des graines puis elle est morte. Et l'année d'après, il y avait ses descendants dans tous les pots de fleurs! Je me suis dit c'est magique, quelle totale liberté!, aucun animal ne pourrait faire ça! Et puis les animaux, je connais, on sait ce que c'est : l'avant-l'arrière, la tête-l'anus, je lui donne à manger il est content, je lui fais peur il s'en va, je connais ses grandes lignes de fonctionnement. Une plante ça n'a ni queue ni tête, les feuilles, certaines n'en ont pas et elles se débrouillent quand même. Les animaux ils sont comme nous, ils relâchent du gaz carbonique, on pourrait s'en passer (je suis méchant!) mais les plantes on ne peut pas s'en passer; par contre elles pourraient très bien se passer de nous.

Elles ont un silence et une distinction!

extrait film Wildtouch org

Alors, une plante sauvage c'est quoi? Toute plante est sauvage dès lors que l'Homme n'y a pas touchée (culture) et ne l'a pas génétiquement modifiée. Cela ne veut pas dire qu'elles poussent dans un endroit sauvage. C'est comme les animaux, les chauve-souris par exemple qui sont sauvages et habitent les villes qui ne le sont pas.

Tu as déjà rêvé d'être une plante? Viens voir la glycine me propose t'il. Et nous passons sur le balcon et faisons le tour; nous évoquons faunesauvage.fr où je ui propose de figurer; il s'étonne - quel rapport? - puis "la distinction entre zoologie et botanique, il est souhaitable qu'elle disparaisse car ça marche ensemble, la barrière est tellement petite qu'il vaut mieux la négliger. Nous humons les fleurs de glycine, de jasmin, il désigne le Géranium herbe à Robert qui vient tout seul - "ce n'est pas moi qui l'ai mis", le Nefflier du Japon, une Campanule de Chine et, dans le jardin le grand chêne qui touche presque son balcon.

J'insiste : Tu serais quelle plante si tu pouvais choisir? Silence puis (avec un grand sourire) "c'est comme dans la marine, une dans chaque port!" J'ai des plantes favorites dans chaque continent

 

Et ce projet de forêt primaire, c'est compliqué? En quoi ça consiste? Le site n'est pas encore choisi, mais l'association est créée : "Pour une forêt primaire en Europe". Il ne reste quasiment plus de forêt primaire en Europe, celle de la Bieloweja en Pologne est très menacée. C'est le moment d'en faire une chez nous. Et d'arrêter de penser, comme on l'enseigne encore, qu'une forte non gérée va mourir! C'est cela qui rend la tâche difficile : il y a toujours quelqu'un qui va expliquer qu'il faut intervenir! C'est l'Homme ça!

On va démarrer en plusieurs endroits, pour avoir plusieurs modèles : les monts d'Ardèche mais il faudrait plutôt des plaines, puis une espèce de bande qui irait des Ardennes au Luxembourg, à la Suisse, à l'Allemagne et à la France, un projet européen. Gilbert Cochet nous a aidé à délimiter la surface, conditionnée par la présence des grands animaux (les animaux aident au processus vers la forêt primaire), le bison notamment qu'il faudra réintroduire, le loup reviendra tout seul, l'ours c'est un peu plus compliqué.

Les plantes se satisferaient de moins de surface mais si on veut de la grande faune, il faut 60 000ha. Et on ne touche à rien (un peu comme a fait Tompkins en Amérique du sud, NDLR)

Ce serait un peu un retour vers un état initial; on a tellement perdu cette idée de forêt primaire que les gens ne savent plus ce que c'est.

Ça ne devrait pas être coûteux mais au fur et à mesure il y aura des frais de surveillance. Ça doit être visitable mais pour éviter le piétinement du sol,( très mauvais) on mettra en place des systèmes de visite par la canopée.

Le projet est soutenu par des scientifiques , des naturalistes, des structures, des naturalistes : Gilber Cochet, Stéphane Durand, l'ASPAS ... -, et des artistes comme le Forest Art Project qui en rassemble plusieurs.

Et ce projet a une vertu supplémentaire : lutter contre notre époque d'immédiateté du temps, de sa tyrannie.

On en prend pour 1 000 ans (un peu moins selon les parcelles), alors qu'en forêt tropicale 7 siècles seraient suffisant.

Comment définit-on une forêt primaire? Une forêt qui n'a jamais été touchée par l'Homme. Ou elle a pu être touchée mais il s'est passé assez de temps pour oublier l'Homme. C'est récurrent.

Nous évoquons salors le livre de Peter Peter Wohlleben "que j'ai beaucoup aimé" et naturellement évoquons la question de l'intelligence des plantes.

On peut vraiment parler d'intelligence? Il n'y a quand même pas réflexion chez l'arbre! C'est vite dit! A l'époque des anciens grecs on disait des plantes qu'elles n'avaient aucune sensibilité. Or on sait qu'elles ont toutes nos sensibilités plus d'autres que nous n'avons pas. Donc nier une conscience, c'est unilatéral. Et le mot intelligence a été créé par l'Homme! Juge et partie! Certains collègues utilisent terme de conscience mais la même remarque s'impose.

Comme pour illustrer sa réflexion, Francis raconte alors deux histoires incroyables de lianes :

  • La Boquila trifoliolata - dite caméléon -, une liane chilienne : elle adapte la forme (et le grain et la brillance) de ses feuilles à celles de l'arbre sur laquelle elle pousse! Ce qui diminue la prédation de l'herbivore qui les partage. On la change d'arbre, elle change de forme de feuille! Il y a bien un transfert d'information. Mais comment se fait l'échange?

  • Une expérience à laquelle il a assisté récemment en GB : une liane à vrilles envoie une vrille vers un support; on déplace de 5cm le support sur la droite juste avant qu'elle ne l'atteigne : fichu! Elle lance une autre vrille vers le support, on redéplace le support de 5cm vers la droite juste avant qu'elle le touche; on répète 4/5 fois l'expérience. A un moment la liane lance sa vrille 5cm en avant du support comme si elle avait compris qu'on allait le déplacer nouveau!

On découvre le monde des plantes? Oui, on en est au début. Il serait temps qu'on descende ce notre piédestal! Je suis tombé sur cette phrase dans un bar en Bretagne : "Si l'Homme disparaissait, cela gênerait qui à part nous"! (et d'éclater de rire)

Que faudrait-il dire aux hommes aujourd'hui? S'intéresser aux plantes parce qu'elles sont notre avenir. J'en suis convaincu. On peut leur faire produire de l'électricité (lampes à base de plantes pour l'Afrique, rechargement des portables). J'ai suivi des cours à Saclay sur ce sujet.

Prochaine expédition? La Birmanie avec l'équipe du radeau des cimes, début 2020. Mais sans le radeau qui est cuit. Le projet est basé sur des passerelles qui créent un circuit pour se déplacer.

Et de conclure :  Si c'était à recommencer, je laisserai tomber les arbres et je m'occuperai des lianes!

Avant de proposer un selfie à deux!

Merci Francis!

 

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE(S) EN LIEN AVEC LE SUJET

En rapport avec :

SITE WEB

Article précédent

de LATOUR Pierre Robert

Article suivant

JOLLIVET Boris