Photographes animaliers

ADAMO Florent

Né à Nice en 1989, entre mer et montagne, je pratique les activités en altitude depuis mon enfance. C'est en 2009, pendant mes études de géologie, que je me suis lancé dans l'aventure de la photographie de nature.

Je me suis naturellement spécialisé dans la photographie en montagne, dans cet environnement riche et sauvage qu'est le Mercantour.

L'ensemble de mon travail est basé sur l'observation et les connaissances acquises au fil des rencontres. Il a pour but de sensibiliser le plus grand nombre à cette nature belle et fragile.

Capture d’écran 2016-01-06 à 19.46.36

INTERVIEW

Quel cheminement personnel jusqu'à l'animal sauvage ?

Depuis mon enfance mes parents m’ont emmené dans la nature pour pratiquer des activités en montagne comme la randonnée, l’escalade, le canyoning, le ski et autre plaisir d’altitudes… C’est donc naturellement que je me suis mis à faire de la montagne et à apprécier tout ce qu’elle nous offre.

Puis c’est en 2009 qu’avec des amis nous avons décidé de nous mettre à la photo pour immortaliser nos balades.

Je me suis vite rendu compte que les animaux et leur recherche me procuraient beaucoup de sensations. Ces émotions, combinées à mon amour pour la montagne m’ont rapidement orienté vers la photographie animalière en montagne.

Un maître à penser ?

Pas de maître à penser en particulier mais beaucoup de gens qui ont apporté des réponses à mes questions à travers des discussions ou des ouvrages…

J’ai rapidement compris que pour approcher au plus près les animaux il fallait les connaître. Je me suis donc renseigné sur les espèces alpines afin d’acquérir le bagage naturaliste nécessaire à mon approche photographique. J’ai lu des articles scientifiques, des livres comme celui d’Eric Dragesco afin de connaitre au mieux mes sujets.

J’ai également beaucoup d’amis naturaliste et photographes avec qui j’échange régulièrement et qui me permettent de faire évoluer mes connaissances et mon travail photographique.

Une œuvre marquante ? 

Pas vraiment de souvenirs d’un élément déclencheur, juste un contact régulier depuis mon enfance avec la nature environnante. 

Si j'étais un animal sauvage ? 

Un grand rapace comme l’aigle royal ou le gypaète barbu pour traverser les vallées sans effort en glissant sur l’air.

Une belle émotion ou rencontre avec la faune ? 

Ma plus belle émotion et rencontre avec la faune est sans conteste ma rencontre avec le Loup dans le Mercantour. J’étais installé à l’affut avec un collègue depuis 30min quand quatre loups sont passés à une cinquantaine de mètre de nous. L’un d’eux est resté près de 30 secondes à nous fixer, sûrement à cause du bruit des boitiers. Un moment rare et très intense qui me donne encore des frissons quand j’y pense.

00

Un animal disparu qui reviendrait ?

Le mammouth laineux, ça changerait des photos d’éléphants dans la savane.

Un animal fantastique qui existerait ?

La marmotte à dents de sabre

La photo ou la série à laquelle vous tenez particulièrement ?

Hormis les photos de loups citées au-dessus, j’ai eu la chance de découvrir une cavité de chouette de Tengmalm occupée par une femelle en pleine nidification. Une belle récompense après beaucoup de temps passé sur le terrain. Après avoir réussi à construire une plateforme à 10m du sol dans un épicéa en face de la cavité, il m’a fallu attendre trois semaines que les jeunes pointent le bout de leur nez à l’entrée de la cavité. Cinq jours plus tard tout le monde avait quitté la loge.

000

Spot préféré ?

Sans hésiter, le parc national du Mercantour. L’influence climatique des Alpes combinée à celle de la Méditerranée confère à ce territoire une très grande variété de paysages, d’habitats et d’espèces.

Plutôt solitaire matinal pour profiter du moment ou accompagnateur de groupe pour partager ?

Plutôt solitaire matinal, j’aime penser à tous ces gens encore endormis sur le littoral en regardant le lever de soleil depuis la montagne, je me sens privilégié dans ces moments. Mais je fais de nombreuses sorties en duo, accompagné d’un ami avec qui je prépare la plupart de mes balades en montagne.

Un lieu mythique ? 

L’Antarctique, terre de tous les superlatifs et de tous les extrêmes ! Les espèces qui vivent là-bas mènent un tel combat au quotidien pour survivre face aux éléments qu’elles me fascinent. Un rêve d’enfance.

Et la technique ?

Je ne suis pas un expert niveau technique, je découvre des choses chaque jour. J’aime beaucoup la photo à l’approche et privilégie cette technique quand elle est possible. Si l’espèce nécessite la réalisation d’un affut, je le fabrique à partir d’éléments trouvés sur place et d’un filet de camouflage, sinon j’utilise la tente affut. Au niveau du matériel il faut que cela devienne instinctif pour ne rater aucune occasion.

Des urgences ?

Il y en a trop pour n’en choisir qu’une… Le braconnage, la déforestation mais également la pollution des sols et des eaux liées à l’extraction de minerai sont des fléaux qui menacent un très grand nombre d’espèces quelle que soit leur taille.

Le climat est également un enjeu majeur pour l’avenir. Rien que dans nos régions montagneuses il faut envisager la modification des paysages et la migration en altitude de la faune et de la flore. Tout ce que nous connaissons est susceptible d’être modifié ou de disparaitre, espérons que les espèces sauront s’adapter à temps.

Des conseils ? 

Bien connaitre son sujet avant de se lancer après lui. Une bonne préparation en amont permet d’optimiser la recherche et d’obtenir de meilleurs résultats en termes de photos.

Une association à mettre en avant ?

Pas une en particulier, toutes font un travail essentiel. Qu’elles protègent la faune, la flore ou leurs habitats respectifs, elles sont indispensables et forment le dernier rempart contre la folie et l’insouciance des Hommes.

Pour conclure ?

Un grand merci pour votre interview et bonne continuation à Faunesauvage.fr

DISTINCTIONS

2016 : Prix Séquences images fixes du 20ème festival de Montier en Der

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

Alpes

LIENS

Instagram :