Photographes animaliers

ALLEMAND Stéphanie & David

David grandit en Provence et passe une partie de son enfance dans le Verdon. Épris de nature et de grands espaces depuis son plus jeune âge, il se passionne pour la photographie et s’y consacre pleinement en 2003.

L’appareil photos devient son meilleur outil d’expression pour retranscrire la poésie ambiante de cette nature dans laquelle il aime évoluer.

Stéphanie voit le jour à Arcachon où elle s’épanouit entre campagne et bord de mer. Son attrait pour l’ailleurs l’oriente plus tard vers le métier d’hôtesse de l’air qu’elle exerce plusieurs années, un boîtier photos toujours niché dans ses bagages.

Leurs chemins vont se croiser, ils partagent alors leur amour de la nature qu’ils racontent en images.

Les photos de David sont régulièrement primées dans de nombreux concours internationaux tandis que Stéphanie pose des mots sur leurs aventures photographiques.

De travail de proximité en échappées plus lointaines, ils réalisent des reportages pour la presse internationale.

En 2013, ils publient le livre «Verdon, d’autres visages», fruit de nombreuses années passées à explorer le Parc Naturel Régional du Verdon.

2017 est l’aboutissement d’un projet de longue haleine de plus de dix années, pour sceller leurs rencontres avec les treizes espèces de chouettes et hiboux d’Europe dans un bel ouvrage. «Owls» nous dévoile le monde caché et mystérieux de ces oiseaux nocturnes si charismatiques qui les ont tant fascinés… une première en Europe.

Ils sont soutenus dans leurs projets par différents partenaires tels que Canon France, Patagonia, Manfrotto, Gitzo ou encore Tragopan.

Guides photographes en France, en Europe, en Arctique et en Afrique, ils organisent des séjours durant lesquels ils enseignent l’approche photographique de la nature.

Conférenciers, ils animent également diverses manifestations naturalistes et rencontres artistiques.

Ils ont parcouru de nombreux pays mais restent particulièrement sensibles aux lumières douces et féeriques des pays nordiques…

En montrant leur travail photographique et la beauté de la nature, ils espèrent sensibiliser le public à la protection de notre planète.

 

 

 

 

 

INTERVIEW

Pourquoi l'animal sauvage ?

Je ne suis pas spécialisé dans une catégorie plus qu'une autre, je choisis mes thématiques en fonction du moment ou des coup de cœurs.

J'ai commencé par photographier les paysages et plus particulièrement l'animal dans son environnement.

Un maître à penser ? 

« Ni dieu ni maître » l'inspiration me vient sur le terrain en voyageant, la nature est ma seule source de création. Mes photos ne sont pas des « copié-collé », j'imagine bien souvent une image avant d'essayer de la réaliser. J'ai eu la chance de partager de longues immersions et de travailler en collaboration avec le photographe Christophe Sidamon-Pesson. C'était sans aucun doute un génie et certaines de ses images m'ont impressionné.

Une œuvre marquante ? 

Un film « Baraka » découvert il y a quelques années, qui n'est autre que la vision de notre monde moderne, dans sa complexité et sa folie qui nous pousse à retourner, à s'expatrier vers des horizons plus lointains, plus sereins...

Si j'étais un animal sauvage ? Un animal mythique, le loup...

Une belle émotion ou rencontre avec la faune ? Cette rencontre avec des jeunes renardeaux en Islande en automne 2013.

Un animal disparu qui reviendrait ?

Sans hésitation, le grand pingouin disparu au milieu du XIXème siècle, dû une fois de plus à la cruauté humaine.

Un animal fantastique qui existerait ? Le dragon.

La photo ou la série à laquelle vous tenez particulièrement ?

Une image réalisée dans le Parc Naturel Régional du Verdon d'un cincle plongeur luttant contre le courant au-dessus d'une chute d'eau. Un arrêt sur image pour figer un temps de pause relativement long afin d'immortaliser cette scène d'un oiseau en perpétuel mouvement.

Cincle plongeur

 

Spot préféré ? Le Parc Naturel Régional du Verdon et toutes les destinations où la main de l'homme est la moins présente.

Un lieu mythique ? Hémisphère Sud-Nord c'est tellement vaste qu'il sera impossible de tout voir en une seule vie.

Et la technique ? La technique est fondamentale, importante, mais être sur le terrain l'est encore plus. Je pense que l'on apprend la technique en pratiquant. Je suis un autodidacte.

Des urgences ?

Oui toujours, dernièrement encore un projet aberrant avec la création d'une centrale à charbon à Gardanne dans les Bouches-du-Rhônes qui entraînerait à terme la déforestation des Cévennes et la destruction du quart Sud-est des forêts en but de produire de l'énergie. Vous pouvez d'ailleurs signer la pétition pour refuser ce projet.

Des conseils ? 

Passer beaucoup de temps sur le terrain et moins devant l'ordinateur,  se lever tôt et contempler la nature, vous aurez forcement de belles surprises.

Une association à mettre en avant ?

Sea Shepherd qui oeuvre pour la défense des mammifères marins , j'ai pu assister et voir le massacre des restes des globicéphales aux îles Féroé, une honte et un dégoût total envers ces assassins. Il est important de soutenir cette association ou d'autres pour lutter contre les barbaries du XXIème siècle.

Pour conclure ? Merci pour votre invitation, nous vous souhaitons beaucoup de succès !

DISTINCTIONS

Les photos sont régulièrement primées dans de nombreux concours Nationaux et Internationaux.

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

LIENS