Photographes animaliers

DUBESSY Fabien

D’abord passionné par la nature c’est assez tard que j’ai pratiqué la photographie. Mon premier reflex m’a été offert pour mes 20 ans. Mon but à cette époque était de témoigner de mes observations auprès de mon entourage.

J’ai longtemps fait de la photographie naturaliste classique. J’entends par là, essayer de reproduire les scènes photographiées avec le plus de réalisme possible avec des photographies cadrées serrées et centrées où l’animal occupe la majeure partie de l’image avec beaucoup de détails.

Je suis actuellement dans une toute autre démarche. Le sujet mis en valeur par un environnement épuré qui permet de focaliser le regard sur lui, occupe souvent une place minoritaire dans l’image. L’espèce présentée y est même parfois non identifiable.

 

INTERVIEW

Quel cheminement personnel jusqu'à l'animal sauvage ?

Mes parents sont agriculteurs, j’ai donc grandi à la campagne. Ainsi depuis mon enfance je suis attiré par les animaux, sauvages ou non. J’ai grandi avec eux et aujourd’hui encore je m’en entoure que ce soit en pleine nature ou chez moi.

Si j'étais un animal sauvage ? 

Probablement un oiseau migrateur (pas d’espèce en particulier) pour profiter des courants aériens et voyager deux fois par an.

Une belle émotion ou rencontre avec la faune ? 

Cette rencontre date de 2009. Dans le cadre de mon BTS, je venais de réaliser un stage de 5 mois en fauconnerie et manipulais donc les rapaces tous les jours en captivité, du petit Faucon crécerelle au géant Vautour fauve.

Lors d’une randonnée dans le Vercors j’ai rencontré 3 Vautours fauves au sommet d’une falaise, espèce très commune dans le secteur. Ils sont passés à quelques mètres au-dessus de ma tête. Alors que j’en voyais voler régulièrement, que je pouvais même les toucher grâce à la fauconnerie, cette rencontre fût certainement la plus forte. J’avais l’impression de voir des vautours pour la première fois tant le décalage avec la fauconnerie était fort. Je les voyais là où ils devaient être, en pleine nature, évoluant au gré du vent. Je n’ai depuis jamais remis les pieds dans une fauconnerie et démarre actuellement un projet photographique sur les 4 espèces de vautours présentes en France.

J’ai eu l’occasion de voir des espèces bien plus rares mais s’il y a une rencontre avec la faune que je dois retenir ce sont ces Vautours fauves. Ils m’ont procuré ma plus belle émotion naturaliste.

Un animal disparu qui reviendrait ?

L’Aigle géant de Haast qui vivait en Nouvelle Zélande, un aigle possédant une envergure similaire à nos vautours, près de 3 mètres.

Un animal fantastique qui existerait ?

Les Centaures

La photo ou la série à laquelle vous tenez particulièrement ?

Une photo faite en contre-jour dans le vignoble ardéchois. Il s’agit d’une fourmi sur un sarment de vigne, elle venait de se nourrir des restes de vendanges. Son abdomen a pris la couleur du jus de raisin et contraste avec une balance des blancs très froide en arrière-plan. J’aime ces couleurs et l’impression de petitesse du sujet à l’intérieur d’une énorme galerie de fourmilière.

5dmark3 ; 100f2.8is ; iso 4000 ; f10 ; 1/400s Fourmis, seule devant sa tâche

Spot préféré ?

Un énorme spot qui se nomme la France. Ce n’est pas du tout par patriotisme que j’écris ça mais la France regorge de coins extraordinaires. Il m’a fallu aller de l’autre côté du globe avant de m’en rendre compte. Je pense qu’il est important de prendre en considération la richesse que l’on a à deux pas chez nous avant de faire des milliers de kilomètres.

Un lieu mythique ?  

Un lieu mythique, pas vraiment. Par contre beaucoup de pays qui m’attirent pour y passer quelques mois.

Et la technique ?

Très important de la maitriser pour arriver à avoir le plus d’automatismes possible afin de pouvoir s’en affranchir. Une fois que c’est le cas, toute la concentration peut se porter sur la scène qui se déroule sous nos yeux. Je commence à être dans cette situation.

Des urgences ? 

Oui beaucoup, une prise de conscience collective serait déjà une bonne avancée.

Des conseils ?

- Le plus important : se faire plaisir

- Persévérer et toujours se remettre en question

- Ne pas accorder trop d’importance au matériel

- Passer beaucoup de temps à observer

- Eviter d’avoir la déclenchite aigue, il suffit de déclencher au bon moment pour que la photo soit réussie.

Une association à mettre en avant ?

Bientôt…

Pour conclure ?

Une petite mise en garde pour les nouveaux pratiquants de la photographie animalière.

Il est important que chacun se pose les questions suivantes AVANT de faire une séance photo. Quels impacts cette séance va avoir sur les sujets et est-ce que ces impacts son acceptables ? Je vois régulièrement des photos sur les forums ou réseaux sociaux où les animaux sont clairement en situation de stress, ça ne devrait pas arriver.

Il est certain que le dérangement en photographie animalière existe, et on a tous fait des erreurs amenant parfois à faire fuir notre sujet. Il faut apprendre de ses erreurs et savoir renoncer quand le risque dérangement devient trop important. La seule solution est de passer beaucoup de temps à observer avant d’approcher ou affûter.

Visionnez ci-dessous un reportage sur Fabien

DISTINCTIONS

2017
·      Honorable mention au prestigieux concours Italien « Oasis photo Contest 2017 »
·      Finaliste au concours du festival « Nature Ain de Hauteville-Lompnes 2017 », catégorie macro.
·      Finaliste au concours du festival « Lorraine photo nature 2017 », catégorie flore.
·      Prix de la meilleure photographie du festival « Les silences du Ventoux 2017 »
·      2nd prix au concours du « Festival International Nature Namur 2017 - Belgique» catégorie Wallonie sauvage
·      Finaliste au concours du « Festival Emotion’ailes Aves 2017 » catégorie noir et blanc
·      Finaliste au concours du « Festival Emotion’ailes Aves 2017 » catégorie nature de chez nous
·      1er prix catégorie Portrait d’oiseaux au «  Concours Terres d’oiseaux 2017»
·      2nd prix du jury aux expos « Images (in) air 2017 » de la Londe-les-Maures
2016
·      Finaliste au « Concours International de Photographie Nature 2016 » du marais de Sené, catégorie oiseaux
·      1er prix au concours du « Festival de Hauteville-Lompnes 2016 », catégorie oiseaux
·      Finaliste au « Concours du Festival International Nature Namur 2016 » catégorie oiseaux
·      1er prix « Clic-clac » du salon d’arts animaliers du « 32ème Festival International du Film Ornithologique » de Ménigoute 2016.

2015

- 3ème place au concours Imaging Days 2015 catégorie nature

- 3ème place catégorie oiseau Coucours du festival Les silences du Ventoux 2015

 

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

2017
·      Janvier/février 2017 : Galerie Passage à l’Art - Millau
·      Mars 2017 : Salon Primevère - Lyon
·      Avril 2017 : Lorraine Photo Festival - St Avold
·      Avril 2017 : Festival de l’oiseau - Le Crotoy
·      Juin 2017 : Festival de la Camargue - Port St Louis
·      Juillet 2017 : Festival les Silences du Ventoux - Aurel
·      Septembre 2017 : Festival de l’avenir au naturel - Albenc
·      Septembre 2017 : BioPhotoFestival - Budoia - Italie
·      Octobre 2017 : Exposition Images In Air - Var
·      Octobre 2017 : FINN - Namur - Belgique
·      Octobre 2017 : La Salamandre - Morges - Suisse
·      Novembre 2017 : Instants sauvages 74 - Cornier
2018
·      Mars 2018 : Salon Monts d'Or - Saint Didier aux Monts d'or
-    Avril 2018 : Festival de l’oiseau - Le Crotoy
·      Mai 2018 : Festival de la photographie nature d’Ornans

Publications :

Nat'images n°44 : 10 pages -Challenge 366 - juin/juillet 2017

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

LIENS