DUPOUY Myriam

Nationalité : Française
Site web : myriamdupouy.com - www.facebook.com
  • Animaux
  • Araignée
  • Cerf
  • Chouette
  • Cygne
  • Hérisson
  • Mésange
  • Technique
  • Macrophotographie
  • Lieux
  • Auvergne
  • Loiret

A propos

Photographe autodidacte, j’ai longtemps hésité entre les beaux-arts et l’enseignement… pour réaliser tardivement qu’il était en fait inutile de choisir (à condition, cependant, d’oublier les grasses matinées…mais les enfants avaient déjà préparé le terrain !).

Aujourd’hui, je suis professeur d’anglais et (bientôt officiellement) auteur photographe, et si en lisant ces mots vous pensez automatiquement à Dr Jeckyll et Mr Hyde, je vous rassure tout de suite : je ne suis certes pas toujours toute seule dans ma tête et j’ai un penchant certain pour les photos sombres mais je reste parfaitement inoffensive (bien que mon mari puisse essayer de vous faire croire le contraire).

Mon cœur balance régulièrement entre mes crayons et mon boîtier et cela transparaît souvent dans mes images (les dégâts sont toutefois plus importants avec les crayons…). Petite, j’empruntais avec bonheur l’appareil argentique de mes parents: le Saint Graal des vacances… Mes premières payes sont passées dans mon premier APN, puis dans mon bon vieux bridge, mais il m’aura fallu quelques (longues) années pour enfin, fin mai 2013, pouvoir investir dans le matériel que j’utilise à l’heure actuelle et qui me régale un peu plus chaque jour.

La nature, la lumière naturelle sont des sources constantes d’inspiration… La photographie animalière et de nature et tout particulièrement la macrophotographie m’ouvre les portes d’un monde insoupçonnable aux accents féériques, elle me permet de m’évader et de me ressourcer. Et si derrière mes images il y a toujours un travail naturaliste, ce sont les émotions qui prennent avant tout le dessus: percevoir la beauté des (souvent petites) choses dans un quotidien que l’on ne regarde plus ou peu, apprécier leurs instants poétiques et s’émerveiller à chaque instant…

Distinctions et parutions

- Tamron France : Lauréate du concours « Bleu » en juin 2014.

- Festival de l’Oiseau 2015 : 5 images présélectionnées.

- HIPA : Deer God demi-finaliste.

Publications

Numéro 27 (août-septembre) de Nat’Images : Portfolio (8 pages) : « Macro Douceur ».

A venir : interview sur le site de Tamron France.

Image & Nature de Décembre 2014 : Le cerf.

Expositions

25 Avril – 24 Mai 2015 : Invitée d’honneur, avec « Telle la chouette de Minerve », lors de l’exposition du CIMAS au Château de Saran. (Vernissage le 7 mai).

Affiche - Telle la Chouette de Minerve - Myriam Dupouy - FB

1, 2 et 3 Mai 2015 : Douceurs Naturelles aux Rencontres de la Photo Nature du Festival de l’oiseau en Baie de Somme.

Septembre 2015 : Festiphoto de Rambouillet (invitée à exposer).

Octobre 2015 : « Telle la chouette de Minerve » à la médiathèque de Nogent-sur-Vernisson.

Rencontre

Pourquoi l'animal sauvage ?

Parce que j’aime observer ce qui m’entoure, comprendre, apprendre et que la nature regorge de surprises et de merveilles. En macro, j’ai sans cesse l’impression d’ouvrir la porte d’un monde aux accents féeriques, cela me permet de m’évader, de me ressourcer. En animalier, les émotions prennent le dessus : les rencontres sont tout aussi magiques…

Un maître à penser ? 

Cela va peut-être paraître surprenant, mais il faut que j’avoue que je n’ai pas une culture photographique très développée. J’ai une culture artistique qui est plutôt tournée vers le dessin et la peinture. J’aime le travail de très nombreux artistes : j’ai récemment découvert et fait la connaissance de Marcello Pettineo, un dessinateur que j’admire ; Magritte et Turner pour la peinture, pour ne citer qu’eux… Je pense que nos images reflètent avant tout notre personnalité et notre perception, notre sensibilité. Cela étant, je pourrais vous dresser une très longue liste des photographes de nature que j’admire…

Une œuvre marquante ? 

Non, pas vraiment… Mais hier au soir, j’ai regardé The Secret Life of Walter Mitty que j’ai a-do-ré et qui, à mon avis, devrait plaire à bon nombre des photographes que vous avez interviewés sur votre site !

Si j'étais un animal sauvage ? 

Je serais une chouette… Mon petit surnom est «La chouette de Minerve» car je prends régulièrement mon envol à la tombée de la nuit…

Une belle émotion ou rencontre avec la faune ? 

Derrière chaque image dont je suis vraiment satisfaite, se cache une belle émotion… Ma rencontre avec le cerf au coucher du soleil en forêt d’Orléans après des nuits à écouter le brame et essayer de repérer les lieux où les trouver fut tout simplement magique, un moment très fort. Mais j’ai la chance de m’émerveiller devant beaucoup de choses… Pour ce qui est des rencontres, il y a ce sanglier curieux qui est venu m’écouter alors que je papotais avec les hulottes, à l’heure bleue, en juin dernier… Il est arrivé oreilles quillées, au petit trot, manifestement curieux et amusé… Et s’est arrêté à 3 mètres de moi. J’étais sur la digue d’un petit lac, lui en contre-bas dans la forêt… Je peux vous assurer que s’il avait l’air amusé : moi pas…

Un animal disparu qui reviendrait ?

Si déjà nous arrivions à faire en sorte qu’il n’en disparaisse plus, nous pourrions nous estimer chanceux…

Un animal fantastique qui existerait ? Le dragon…

La photo ou la série à laquelle vous tenez particulièrement ?

Ma série Deer God car ce fut un de mes plus beaux moments photo jusque-là et je dois avouer que j’ai hâte de rencontrer le cerf à nouveau … Sinon, ma série à l’heure bleue, une heure qui me ressemble et à laquelle j’oublie le temps…

Myriam Dupouy - Portfolio Faune Sauvage  (10) - DEER GOD

Capture d’écran 2015-01-19 à 13.43.58

 

Spot préféré ?

Je m’en étais trouvé un magnifique mais je me suis faite sortir car il s’agissait d’une chasse privée. En l’absence de toute signalisation, je ne pouvais pas le deviner mais j’ai vraiment eu mal au cœur… Trois semaines de repérage fructueux envolées en fumée : un petit groupe de chevreuils me donnait rendez-vous régulièrement et puis j’avais enfin trouvé le martin pêcheur et son perchoir… Du coup, je me suis rabattue sur la forêt domaniale d’Orléans où je me sens particulièrement bien (j’ai besoin de forêts…), mais en macro, il m’arrive de faire des tas d’images sans sortir de mon jardin ! Je n’ai malheureusement pas de réserve naturelle à portée de main, c’est mon plus grand regret.

Un lieu mythique ? 

L’Ecosse… Un pays que j’adore et dans lequel j’ai hâte de retourner… En 2016, peut-être, si tout va bien et si les voitures se calment !

Et la technique ?

Et bien, j’apprends petit à petit mais à vrai dire c’est secondaire pour moi. C’est en fonction de ce que je souhaite faire, de mes idées, de mes envies que telle ou telle technique s’impose. Souvent je tâtonne un bon moment pour arriver à faire exactement ce que j’ai en tête et ce n’est que bien plus tard que je me rends compte qu’il s’agit d’une technique déjà inventée et largement utilisée (Adieu la toute nouvelle technique Dupouy, la lettre soleau et tout, et tout ^^)… En fait, je me rends compte que je ne pense pas en termes de technique, ce qui m’importe vraiment c’est traduire ce que je visualise. Il y en a cependant une qui me régale par-dessus tout : la double exposition (et oui, mon petit D90 me le permet… Par contre, je ne dispose que de 30 secondes entre mes deux, voire trois photos avant qu’elles ne se superposent alors il faut vraiment savoir où l’on va et ce que l’on veut faire. Le jour où j’aurai un boîtier plein format moderne, étant donné les possibilités qui vont s’offrir à moi en ce qui concerne la double exposition, il va me falloir un bon moment pour redescendre de mon nuage… Je n’ai pas fini de m’amuser !)

Des urgences ? 

Malheureusement oui, et elles sont nombreuses. A mon niveau, ce qui me choque par-dessus tout en ce moment, c’est de voir que certaines espèces ont bêtement été étiquetées nuisibles et sont décimées injustement. Ou encore, de voir que l’homme se moque éperdument de détruire le milieu et l’habitat d’espèces menacées… ou pas, d’ailleurs. J’ai vraiment du mal à comprendre pourquoi nous n’arrivons pas à vivre un peu plus en harmonie avec la nature et pourquoi l’homme primerait sans cesse sur cette dernière.

Des conseils ? 

Oublier la technique, peut-être, justement… Et laisser libre cours à son imagination et à ses sentiments en veillant à conserver sa personnalité. Puis à observer, à se faire petit, à ouvrir les yeux, les oreilles, à se documenter… Mon fils Mael m’accompagne régulièrement en sortie et il va avoir son premier boîtier – un D200 - pour son anniversaire… Il va me falloir lui expliquer la technique, certes, mais je crois que le plus important est déjà fait… J’ai hâte de le voir à l’œuvre !

Une association à mettre en avant ?

Il y en a énormément qui mériteraient d’être mises en avant… Dans le Loiret, j’ai récemment découvert une association avec laquelle j’espère rentrer en contact et dans laquelle j’aimerais m’investir, si possible. Il s’agit de l’association Loiret Nature Environnement forte de son projet « Chevêche » qui vise à recenser la population de chouettes chevêches, puis à préserver, voire restaurer (à l’aide de nichoirs, d’arbres fruitiers) les milieux utilisés par la chevêche car sa principale cause de disparition est malheureusement la disparition de son habitat.

Pour conclure ?

Merci beaucoup de m’avoir contactée. C’est un bien beau projet que le vôtre et je lui souhaite tout le succès qu’il mérite !