Photographes animaliers

ECHENOZ Laurent

Laurent Echenoz est né le 24 mai 1977 dans le Doubs. Il grandit dans un village paisible d’une forêt franc-comtoise, où ses yeux se nourrissent de la faune et de la flore qui s’épanouissent autour de lui.

Photographe de Nature et par nature, Laurent apprend et travaille auprès des meilleurs spécialistes. Avec eux, sa photographie se perfectionne, sa technique s’affine et son talent se dévoile.

Chaque image prend vie après de nombreuses heures passées à l’affût. Le cliché pénètre le regard de l’animal recherché, attendu, espéré et qui se montre enfin.

La photographie de Laurent sublime la Nature : elle capture des moments éphémères de communion intime, qui révèlent la fragilité d’un animal, la splendeur d’un paysage ou la douceur d’une lumière. Sa photographie nous invite au voyage au coeur de notre essence et nous montre combien notre Nature est précieuse.

Laurent aime partager sa passion en exposant ses photos. Il raconte ainsi ses rencontres sincères et pures où le temps n’a pas de prise.

Ce photographe animalier apprécie les échanges nourris nés de l’émotion que ses photos éveillent en nous.

INTERVIEW

Quel cheminement personnel jusqu'à l’animal sauvage ?

J’ai eu la chance de grandir dans une région préservée : le Doubs est mon terrain de jeu depuis mon enfance.

La Nature m’a accompagné partout. Son observation et sa préservation sont mes vraies passions. Mais c’est très récemment, en découvrant de la photo comme moyen de transmission, que j’ai fait LA rencontre.

Un maître à penser ? 

Jusqu’à il y a peu de temps, je faisais mes armes seul, épaulé par mon frère, ma compagne et mes amis.

J’ai découvert mon mentor, mon double, mon complice : Joël Brunet. Mais comme tous, je suis admiratif depuis toujours de Vincent Munier.

Une œuvre marquante ? 

Une œuvre…plutôt des clichés extraordinaire de Vincent. Les ours polaires, pris dans leur environnement…qui m’ont marqué à la fois par la qualité technique mais surtout par le respect de l’animal dans son milieu.

Si j’étais un animal sauvage ?

Sans hésiter : je serais un macareux moine. Marin, vivant dans le Nord, fidèle, amoureux, parents…

Une belle émotion ou rencontre avec la faune ?

J’ai passé un après-midi avec spécimen unique : un macareux moine blanc atteint de leucistisme. Une apparition autant improbable que marquante.

Un animal disparu qui reviendrait ?

Le grand pingouin

Un animal fantastique qui existerait ?

La licorne

La photo ou la série à laquelle vous tenez particulièrement ?

Toutes ! j’aime toutes les photos que j’ai prises, car elles ont toutes une histoire et elle sont chacune un moment de ma vie.

Mais la série à laquelle je suis très attaché, c’est « Rêve de macareux moine ». bien sûr.

Spot préféré ?

J’aime tous les sites où nichent les colonies de macareux. Mais celui que je préfère, c’est là où j’accompagne les passionnés en organisant des séjours personnalisés photographique, au Royaume-Uni.

Plutôt solitaire matinal pour profiter du moment ou accompagnateur de groupe pour partager ?

Un peu les deux ! j’aime bien être accompagné ou accompagner pour découvrir de nouveaux sites et vivre des émotions partagées.

Mais la plus grosse partie du temps, c’est solitaire et au lever du soleil ou au coucher, que j’affectionne le plus partir dans mon monde.

Un lieu mythique ? 

En ce moment ? L’Islande et la Norvège…je rêve de macareux moine, sous les aurores boréales, dans la neige, dans le Nord.

Mais je garde des souvenirs de lieux qui me sont chers et qui sont devenus mythiques pour moi.

Et puis…LE lieu mythique : Le Yellowstone Canadien (les Rocheuses).

Et la technique ?

Affût, mais principalement de l’approche. Techniquement, le matériel (et les réglages) est aussi important que la gestuelle : mais elle reste un fondamental dans la photo naturaliste.

Des urgences : climat, déforestation, braconnage…?

Un peu tout ça…j’ai soutenu pas mal de collectifs et j’en soutiens encore ! (collectif renard Grand Est, les coquelicots…)

Mais la vraie urgence reste le climat. Le changement climatique va considérablement modifier notre planète.

Des conseils ? (

Plutôt une conviction : le travail finit toujours par payer ; et pas forcément en €uro.

Une association à mettre en avant ?

Sans hésiter : La LPO, la ligue protectrice des oiseaux. Je soutiens le travail de cette magnifique association dont l’animal emblématique est un macareux moine.

Une suggestion pour aider à sensibiliser le grand public ?

Pour nous aider à prendre conscience de notre sur-consommation et protéger notre planète, j’aimerais que la télévision diffuse des émissions spécialisées à des heures de grande écoute, et que les industriels et les grandes surfaces misent sur la distribution de vrais produits naturel en évitent les gaspillages !

Pour conclure ?

C’est parce que l’homme à oublié qu’il était animal, qu’il finira par détruire notre belle nature.

 

Laurent Echenoz

DISTINCTIONS

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

EXPOSITIONS 2017 – 2018 ( voir détails sur mon site : www.echenoz-laurent.com)

EXPOSITIONS 2019 :

  • Les 12 et 13 janvier 2019 : COMTE DE NATURE à Marchaux (25)
  • Du 18 au 21 janvier 2019 : Festival IMAGES ET NEIGE à Cluses (74)
  • Du 01 au 03 février 2019 : IMAGE PLAINE NATURE à Longecourt (21)
  • Du 29 au 31 mars 2019 : FESTIVAL LORRAINE NATURE à Saint-Avold (54)
  • Du 18 au 22 avril 2019 : FESTIVAL DE L’OISEAU en baie de Somme (80)
  • Du 31 mai au 02 juin : FESTIVAL PHOTO NATURE à Ornans (25)

2019 : Laurent se prépare à réaliser une série de voyages à travers l’Europe afin de réaliser une étude photographique et scientifique sur les différentes colonies de Macareux moines en Norvège, Islande, Ecosse, Pays de Galles, Angleterre et les îles Anglo-Normandes de mi-mars à mi-juillet.

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

Renard, fou, norvege, martre, hermine, Macareux, Ecosse, Saint-Pierre-et-Miquelon

LIENS

Instagram :