Photographes animaliers

GIRARD Denis

J’habite en Haute-Savoie depuis plus de 35 ans. Début des années 1990, je parcours avec un copain les plaines et vallées savoyardes à la recherche de rencontres naturalistes. 25 ans plus tard, la passion est toujours intacte et j’attends toujours avec impatience chaque WE pour rejoindre « Dame Nature ».

Selon les saisons, les sorties ont également lieu en semaine (après le travail). 99% de mes rencontres se font dans un rayon de 50 km autour de mon domicile et depuis 4 ans, j’ai même concentré mon rayon à moins de 20 km.

Ma technique principale reste l’affût, le poids du matériel et mes problèmes de dos m’interdisent de trop marcher. 
Je suis chanceux de pouvoir consacrer autant de temps et d’argent (le matos !) à cette passion dévorante. 
Ma devise « Si proche et si sauvage » reflète bien ma démarche, photographier la faune de proximité, celle qui frappe à notre porte et que nous ne savons plus observer. 


 

agenda_animaux_2016_exe_cv.indd

INTERVIEW

Quel cheminement personnel jusqu'à l'animal sauvage ?

Au départ, c’est une attirance pour la photo au sens large du terme. Je m’essaye à différentes spécialités, le portrait, les photos de nuit, le sport automobile, le paysage … et puis un ami me donne le virus de la photo animalière en 1990. Je ne quitterai plus cette passion qui grandit encore année après année.

Un maître à penser ?

Aucun en particulier, je me nourris des œuvres des autres passionnés de Nature. 

Vincent Munier est certes un grand Monsieur, mais lorsque je vois le talent de certains anonymes, je me dis qu’il y a beaucoup d’autres «Vincent Munier » dans ce monde !

Une œuvre marquante ? 

Aucune, c’est ma passion, le terrain, les rencontres, et le partage qui m’ont rapproché de la nature et de sa faune.

Si j'étais un animal sauvage ? 

Sans pouvoir l’expliquer vraiment, un animal de ma région, ça c’est sûr.
J’aimerai être un animal sauvage différent à chaque saison.
En hiver, une hermine au pelage blanc.
Au printemps, une chevêche d’Athéna.
En été, un apollon.
A l’automne, un cerf.

Une belle émotion ou rencontre avec la faune ? 

Des émotions, il y en a eu beaucoup, mais l’une des plus belles probablement, fut ma première rencontre avec Le Blaireau. C’était le 01.02.2012 à 22h21, il faisait -3°C, cela faisait 2 heures que j’étais à l’affût et le « petit ours des bois » se présente devant moi.

A peu près au même niveau, ma 1ère rencontre avec la chouette hulotte, totalement inattendue, pendant ma rééducation de ma cheville, reste un très grand souvenir.
Il était 11h00 du matin, je marchais dans le bois derrière chez moi avec mes béquilles. A un moment donné je lève la tête pour regarder à mi-hauteur d’un grand chêne … elle était là.
30 minutes après, j’avais fait l’aller-retour à la maison avec le matos, ma douleur à la cheville avait totalement disparu, je marchais sans béquille ! L’histoire a commencé comme ceci et se terminera 1an ½ plus tard.

Un animal disparu qui reviendrait ?

Le loup … on y est presque arrivé !

Un animal fantastique qui existerait ?

Le Dahu. Je me suis laissé surprendre à croire en son existence lorsque le guide « 100 animaux des montagnes » de Frédéric Jiguet et Benoit Fontaine est paru aux éditions Delachaux et Niestlé. En fait c’était un intru volontaire dans le guide, mais vu le sérieux de cette édition, j’ai eu un moment de doute !

La photo ou la série à laquelle vous tenez particulièrement ?

Là aussi, il y en a beaucoup. Là aussi, il y en a beaucoup. Je pense que mes séries sur l’hermine, la Demoiselle de Haute-Savoie, restent à ce jour mes séries les plus attachantes à mes yeux.

Mais les différentes chouettes présentent en Haute-Savoie et les renards ne sont pas très loin dans mon cœur.

Spot préféré ?

Tous les spots qui sont à moins de 2 km autour chez moi !

Un lieu mythique ?  

On me dit souvent que je suis un ours, car je ne voyage que très rarement. J’aime ma région et je pense avoir encore beaucoup à découvrir.
Aimant les oiseaux, les mammifères et le monde du petit, je pense que chaque endroit du globe serait un lieu mythique pour moi

Et la technique ?

Pas de club photo, pas de cours … encore une fois, le terrain avec sa propre expérience.
Comme tout le monde, je suis les courants avec ces avantages et ces inconvénients.
J’ai la chance de partager ma passion avec d’autres amateurs de photo de nature (animalier et macro principalement), c’est souvent lors de ces partages que nos techniques évoluent.

Des urgences ? 

Le climat est l’urgence numéro 1.

En 25 années sur le terrain, on voit que les choses changent : des espèces se raréfient, des biotopes changent au détriment de leurs habitants, j’espère qu’il est encore temps de réagir.

Des conseils ? 

Respectez la Nature et elle vous donnera ce qu’elle a de plus beau en retour !
On pourrait parler technique, mais là, tout le monde fait plus ou moins la même chose, le principal n’est pas ici.

Une association à mettre en avant ?

Oui,
Pour partager encore plus, avec d’autres passionnés de Nature, nous avons créé voilà 7 ans, l’expo « Instants Sauvages 74 ». Plus d’infos sur le site www.instants-sauvages74.fr

Pour conclure ?

Avoir une passion dans sa vie est un vrai bonheur, mais vivre de telles rencontres, de telles émotions sur le terrain est un don de la Nature.
La photo nous permet de prolonger ces moments de plaisirs et de partager ces instants privilégiés avec Dame Nature.

Mon site internet et ma page facebook prolongent ces instants privilégiés, avec notamment une image par jour postée sur ma page facebook à 06h00 tous les matins et ceci depuis plus de 4 ans !

DISTINCTIONS

Concours International de Photo Nature de Namur 2017 - PRIX DU PUBLIC : 

Début décembre, la neige tarde à venir. L'hermine essaye bien de conjurer le sort en ayant revêtu son manteau blanc, mais rien y fait. Cet alpage à 1500 mètres reste vide de neige, la Demoiselle de Haute-Savoie est impatiente.

 

 

Concours International de Photo Nature de Namur 2017, 1er prix catégorie "Regard sauvage" 

1er prix catégorie « Portraits d’oiseaux » au concours du Festival de l'oiseau en baie de Somme en 2015.

9303-a--chouette-couleursd-automne_0

 

1er prix dans la catégorie "mini-série" : 5 images noir/blanc d'une hermine en pelage d'hiver :  "Blanc sur Blanc" au Concours International de Photo Nature de Namur 2015

 

. 1er prix catégorie "Regard sauvage" au Concours International de Photo Nature de Namur 2017

. PRIX DU PUBLIC au Concours International de Photo Nature de Namur 2017

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

Denis est co-organisateur du festival Instants sauvages 74

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

Renard, Chouette, Macrophotographie, hermine

LIENS

Instagram :