Photographes animaliers

HUBERT Marie-Luce & KLEIN Jean-Louis

Jean-Louis Klein
Passionné d'ornithologie et de photographie animalière dès l'âge de 15 ans. Nombreux voyages naturalistes à travers les milieux naturels d'Europe entre 1970 et 1998 (du Delta du Gadalquivir en Espagne au Varanger Fjord en Norvège). Forestier dans les Hautes-Vosges de 1978 à 1993, il étudie plus particulièrement la biologie de la Gélinotte des Bois (Bonasa bonasia) de 1983 à 1990. Réalisation d'un film 16 mm sur le grand tétras en 1985, diffusé sur FR3.

Marie-Luce Hubert
Une inconditionnelle de chevaux et de loups ! De 1982 à 1990, études de biologie aux universités de Nancy en France et de Sarrebrück en Allemagne. Spécialisée en éthologie (étude du comportement animal). Passionnée par les régions arctiques, elle étudie la biologie du bœuf musqué (ovibos moschatus) au cours de plusieurs séjours en Scandinavie et au Groenland. Voyages naturalistes au Canada et en Europe du Nord dont une traversée Sud - Nord de l'Islande à pied.

Team Klein & Hubert
En 1989, Marie-Luce Hubert et Jean-Louis Klein se rencontrent au cours d'une expédition sur la côte Nord-Est du Groenland et découvrent leur passion commune pour la faune, la photographie et les grands espaces solitaires.

Après la rédaction de deux livres dédiés, l'un à la nature de la montagne vosgienne, l'autre aux arbres d'Europe, Jean-Louis et Marie-Luce décident de se consacrer exclusivement à la photographie animalière et deviennent professionnels en 1993.

Nombreux reportages photographiques en Arctique, Antactique, Afrique, Australie, Asie et Amérique du Nord, avec en point d'orgue, les canidés sauvages (loup, chacal, coyote, renard polaire, dingo…), les grands singes, les mammifères marins et les chevaux sauvages. Leurs voyages dans les régions isolées du globe sont de véritables aventures au cours desquelles ils peuvent assouvir leur soif de dépaysement tout en approfondissant leur connaissance du monde animal. Peu importe le lieu de prises de vue, le sujet à photographier détermine toujours la durée de leur séjour. D'une patience illimitée, le couple reste sur le terrain jusqu'à ce qu'il parvienne à établir une relation privilégiée avec les animaux suivis. Cette intimité est sans aucun doute la clé de leur succès.

Capture d’écran 2016-02-03 à 18.48.33

INTERVIEW

Un maître à penser ? 

Robert Hainard, Hans Reinhard

Une œuvre marquante ? 

« Raboliot » de Maurice Genevoix, «Prédateurs innocents » de Jane Goodall et Hugo van Lawick , « Ovibos » de Robert Gessain, « Arctic Dreams » de James Michener mais aussi les ouvrages de Konrad Lorenz , Robert Hainard, Charles Darwin, Anne Rasa, Jane Goodall, Franz de Waal …

Si j'étais un animal sauvage ?

Un ver de terre dans le jardin d’un moine bouddhiste

Une belle émotion ou rencontre avec la faune ? 

Il y en a trop pour n’en citer qu’une!

Entre autres : une baleine à bosse qui vient au contact, un gorille dos argenté qui s’assied à quelques centimètres, une orque qui s’approche au maximum de la plage pour nous observer, se sentir devenir proie face à un ours blanc, un éléphanteau qui fait le clown, un grand corbeau qui joue à la guitare avec les cordes de notre tente, un renard polaire qui se glisse entre nos sacs de couchage, un étalon mustang qui arrive en plein galop et passe à quelques centimètres…

Un animal disparu qui reviendrait ?

Le thylacine

wild-thylacine-large

Un animal fantastique qui existerait ?

Inutile d’inventer des animaux fantastiques, ceux que nous avons la chance de côtoyer sont suffisamment passionnants et surprenants

La photo ou la série à laquelle vous tenez particulièrement ?

Il y en a tellement !

Spot préféré ?

Les régions polaires, l’Afrique Australe pour la qualité des lumières

Plutôt solitaire matinal pour profiter du moment ou accompagnateur de groupe pour partager ?

Un bon guide photographe ou instructeur est dédié à ses clients et laisse généralement son boitier de côté. Etant pro et ne vivant que de la publication de nos images, nous sommes sans cesse à la recherche du sujet et de la lumière ce qui demande un maximum de concentration et de flexibilité. Mais hors terrain, nous épaulons souvent des amateurs qui demandent conseil ou ont tout simplement un souci technique.

Un lieu mythique ?  

La Planète Terre avec moitié moins d’Homo sapiens

Et la technique ? 

Peu importe la marque, il faut des boitiers qui allient la qualité et la vitesse. Les objectifs vont du grand-angle au 600mm et doivent être lumineux…et légers

Des urgences ?

Toutes les urgences qui avaient été énoncées il y a 30 ans et qui, s’aggravent faute de décisions politiques conséquentes.

Des conseils ?

Le meilleur appareil photo reste son œil et son cœur, ouvrir les yeux sur ce qui se trouve juste à côté de soi, sur ce qu’on suppose connaître

Une association à mettre en avant ?

L'Aspas, Sea Shepherd, Forêts Sauvages

Pour conclure ?

Etre photographe animalier professionnel est sans doute le plus beau métier du monde car il permet de nourrir une curiosité enfantine. Malheureusement, c’est aujourd’hui un métier fortement menacé.

 

DISTINCTIONS

Leurs images sont plusieurs fois primées au prestigieux concours du "BBC Wildlife Photographer of the Year" (en 1989 : 1er prix dans la catégorie "Oiseaux" et en 1994, trois images de renard polaire dans la catégorie "Mammifères").

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

LIENS

Facebook :

Instagram :