Photographes animaliers

« L’étreinte » d’une tigresse de Sibérie et d’un sapin, photo animalière de l’année 2020

Il aura fallu onze mois au photographe russe Sergey Gorshkov pour prendre ce cliché d’un tigre de l’Amour, une espèce particulièrement rare, dans son habitat naturel.

« Il en faut peu pour être heureux »… C’est l’impression qui se dégage de ce cliché du photographe russe Sergey Gorshkov. Il montre une tigresse de Sibérie s’abandonnant à étreindre un sapin dans une forêt reculée de Sibérie. Qu’importe alors si dans le Livre de la Jungle c’est l’ours Baloo qui chante cette ritournelle, et pas un tigre.

Cette photo, intitulée L’Etreinte, vient de remporter la 56e édition du Wildlife Photographer of the Year, le plus prestigieux concours de photographie de nature. Organisé par le Natural History Museum de Londres, ce prix, remis le 13 octobre par la duchesse de Cambridge, récompense chaque année les meilleures photographies de nature sélectionnées par un jury international.

Le tigre de Sibérie, aussi appelé tigre de l’Amour, est capable de parcourir des territoires de plusieurs centaines, voire milliers de kilomètres carrés, ce qui rend son observation et sa captation photographique particulièrement difficile. Sergey Gorshkov, qui collabore au National Geographic, a déjà été distingué plusieurs fois par ce concours. Il a réussi à capturer cet « instant décisif » après onze mois de traque, grâce à des appareils photo dissimulés dans la forêt.

« Sergey Gorshkov savait que ses chances [de saisir cette scène] étaient minimes, mais il était déterminé à photographier cet animal symbole de la Sibérie. Ecumant la forêt pour y trouver des traces, se concentrant sur les arbres qui bordaient les pistes où les félins auraient pu en laisser (odeur, poil, urine, grattage), il installa son premier piège photo en janvier 2019, face à ce grand sapin. Mais ce ne fut pas avant novembre qu’il put réaliser l’image qu’il espérait », écrivent les Editions Biotiope, qui publient un livre en français regroupant les photographies distinguées par ce concours.

« C’est presque comme si le tigre faisait partie de la forêt. Sa queue se fond avec les racines de l’arbre. Les deux ne font qu’un », remarque Roz Kidman-Cox, présidente du jury. Elle estime que cette image, sélectionnée parmi près de 49 000 contributions, raconte le « retour du tigre de l’Amour, un symbole de la nature sauvage russe »....

Voir Le Monde du 15 octobre

 

photo : Sergey Gorshkov a déjà été plusieurs fois distingué par ce concours. Il a réussi à capturer cet « instant décisif », après onze mois de traque, grâce à des appareils photo dissimulés dans la forêt. SERGEY GORSHKOV/WILDLIFE PHOTOGRAPHER OF THE YEAR 2020

INTERVIEW

DISTINCTIONS

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

semaine

LIENS

Site Web :

Facebook :

Instagram :