Photographes animaliers

MEUNIER Alain, un nouveau livre sur le Kenya

Un parisien passionné de voyage et qui en a fait! Et qui s'est cultivé à travers ses études, les musées, les paysages, les portraits, les rencontres, a tâté du film et de la photo, c'est dire si l'image est son monde!

Avec une morale de photographe animalier

 

On peut également suivre Alain Meunier sur son  Blog

 

Nous lui avons demandé de nous préciser son itinéraire et ses passions de nature

Voici ce qu'Alain Meunier nous dit à propos de son nouveau livre :

"Le temps a passé depuis mon dernier séjour au Kenya dans le Masaï-Mara début février… Bien des choses se sont passées et la situation, qui déjà se profilait difficile, est devenue bien pire et reste encore très incertaine. J’espère que vous allez bien et que vous avez traversé cette période sans trop de désagréments ou difficultés.

Avec le temps, j’ai réussi à retrouver le courage et l’envie de trier mes photos et de faire un nouveau livre comme à chaque voyage. Ce livre est enfin terminé et, comme à chaque nouvelle parution, vous pouvez le visualiser en ligne pendant quelques jours : Cliquer ici

Par ailleurs, beaucoup d’entre m’ont dit ne pas avoir de compte Instagram et donc ne pas pouvoir visionner les photos que j’y poste. Je viens de créer une nouvelle page qui reprend toutes ces photos et qui est accessible depuis le menu supérieur de mon site. Vous pouvez maintenant voir toutes ces photos sans être obligés d’ouvrir un compte : Cliquer ici

Me reste à vous souhaiter une excellente soirée et de bonnes vacances."

 

 

INTERVIEW

Parlez-nous de votre parcours! Je suis né en 1957 en région parisienne. Ma passion pour la photo est née du voyage. Lorsque l’on voyage, on fait des photos pour le raconter à ses proches. Mon père travaillait pour une compagnie aérienne. Je bénéficiais des tarifs réduits réservés au personnel. À partir du lycée, j’ai travaillé sur les marchés le dimanche matin et pendant les vacances de Noël. L’argent gagné m’a permis de m’offrir de nombreux week end puis des semaines en Europe.

Mes photos étaient alors essentiellement des paysages et des portraits des personnes rencontrées. Vers 16 ans les choses sont devenues plus sérieuses avec l’installation d’un labo photo dans la cave de mes parents. L’achat de film par bobines de 30 mètres. Vers 18 ans, avec le travail plus rémunérateur d’étudiant, les voyages se sont faits plus lointains et j’ai fait l’acquisition de mon premier reflex Nikon.

Quels sont vos maîtres à penser, vos références culturelles ? Pas de maître ou alors beaucoup. J’adore la nouveauté, l’inconnu, les mode de pensée différents.

Mon parcours scolaire a été riche. j’ai fait des études d’ingénieur mais aussi de psychosociologie et de gestion. Très tôt, j’ai fréquenté le Louvre et les grands musées Européens. J’ai aussi joué et écouté beaucoup de musique (classique ou blues). Je lis beaucoup. Mon amour de la technique, ma recherche de l’esthétisme et mon goût  de l’observation comportementale sont nés de tout cela.

Cartier Bresson

En matière de photographie, les premiers noms qui me viennent sont : Cartier Bresson, Nick Brandt, Steve Mac Curry, Michael Kenna… mais il y en a plein plein d’autres y compris des inconnus mais que j’ai rencontrés.

Nick Brandt

Pourquoi la faune / l’animal sauvage, la vie sauvage Le comité d’entreprise de mon père organisait chaque Noël un spectacle privatif du cirque Bouglione. Les lions, les éléphants, les singes… sont donc devenus pour moi des rencontres annuelles dès mon plus jeune âge. Ensuite comme pour beaucoup, les films du comandant Cousteau m’ont marqués. J’ai fait beaucoup de plongées sous-marine y compris avec un boîtier photo. Ensuite le coup de foudre pour l’Afrique…

La photo animalière m’offre à la fois le plaisir de la difficulté technique mais aussi l’intérêt de découvrir les animaux, leurs comportements, leur culture, leur langage. Et puis, même si c’est parfois frustrant lorsque la recherche dure trop longtemps, il y a le plaisir de la traque, la beauté de la rencontre.

Si vous étiez un animal sauvage Sûrement un grand mammifère mais pas un singe qui me rappelle trop nos travers humains ! J’adore les félins, donc pourquoi pas un léopard, à la fois fin, élégant et puissant, un peu secret mais avec un regard est fantastique.

Alain Meunier

La ou les deux plus belles rencontres ? Plusieurs souvenirs me viennent en mémoire, la naissance d’un éléphant et ses premiers pas difficiles surpris au détour d’une piste en rentrant au camp. Une bataille impressionnante entre une hyène et une meute de lycaon après la chasse d’un impala. Ou récemment, un léopard posant complaisamment une quinzaine de minutes sur un rocher à la tombée du soir après une recherche infructueuse d’un jour et demi ! Des moments passionnants, alliant surprise, découverte et beauté pure. Mais « LA » plus belle rencontre est sans aucun doute la prochaine…

Votre/vos lieux de nature préféré ? L’endroit le plus fréquent est l’Anjou car nous y avons une propriété. Mais le plus fort, c’est l’Afrique de l’Est. Le Kenya, le Botswana mais surtout la Zambie que j’affectionne tout particulièrement.

Le lieu mythique oùvous rêvez daller ? La terre me va bien. Il me reste encore plein de projets, plein de lieux à découvrir : l’Alaska, le Spitzberg, le Rwanda, l’Angola…

Spitzberg/photo Interface

Quel matériel utilisez-vous ? J’adapte mon matériel en fonction du poids que je peux prendre soit sur l’épaule, soit en bagage cabine. J’adore capter des expressions, des regards, ma focale est donc souvent trop courte !

 Pour l’animalier il s’agit en général de mes deux boîtiers Nikon D4S et D500. Pour les objectifs des Nikon 500F4, 70-200 F2.8 et parfois le multiplicateur 1,4. Ensuite selon les situations monopod, tripod, rotule pendulaire ou bean bag…

Et quelle technique de rencontre avec l’animal sauvage ? Le moyen qui permet d’approcher au plus près l’animal, de prolonger la rencontre sans trop perturber le comportement. En France, pour les chevreuils, renards ou sangliers, souvent de l’affût le matin ou en soirée. En Finlande, pour les ours, de l’affût de nuit. En Afrique : 4x4 de jour ou si possible de nuit mais jamais à pieds car les animaux partent trop vite et au Brésil : bateau.

Un conseil au débutant dans votre activité, que lui diriez-vous ? Apprenez d’abord la patience et le silence.

Ensuite maîtrisez votre matériel pour être rapide et exploitez au mieux, sans erreur, le temps toujours très furtif de la rencontre. Enfin renseignez vous le plus possible sur les animaux recherchés : leur biotope, leurs habitudes et comportements, leur langage.

Un animal disparu revient, lequel ? Même si il n’a pas encore complètement disparu et que des initiatives sont en cours pour essayer de le faire réapparaitre : Le léopard de l’Amour. Une telle beauté avec un tel nom ne mérite pas de disparaître !

Léopard de l'Amour

Un animal fantastique à imaginer ?Un animal sauvage mais qui n’aurait pas peur des photographes, ni du bruit du boîtier.

Une initiative prise ou à prendre en faveur de la faune sauvage, laquelle ? Un programme massif de formation / sensibilisation à destination des asiatiques notamment pour éradiquer leurs croyances en l’efficacité des cornes de rhinocéros, des testicules de tigres ou des dents de jaguar… pour le traitements des maladies. Pour démontrer la vacuité de posséder de l’ivoire, un trophée ou une peau pour paraître aux yeux de ses semblables.

Ou plus raisonnablement et à notre portée, une campagne pour expliquer, notamment aux chasseurs et piégeurs,  le rôle positif du renard contre la maladie de Lyme.

Une urgence pour la faune sauvage Maîtriser le tourisme de masse qui vient dramatiquement en rajouter sur les dégâts que l’urbanisation ou l’agriculture / élevage ont déjà faits.

 

Une association qui vous tient à cœur ?Aucune en particulier, toutes celles qui oeuvrent pour la protection ont ma sympathie.

Pour conclure, vous disparaissez ce soir, qu’aimeriez-vous laisser comme message aux autres ? La nature est fantastique et les comportements des animaux sauvages sont souvent bien plus passionnants et sociaux que ceux de certains hommes.

DISTINCTIONS

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

LIENS

Facebook :

Instagram :