Photographes animaliers

BOURGUIGNON Pascal

Natif de Paris mais vite arrivé du côté du Der, Pascal, 53 ans, est tombé tout petit dans la faune sauvage. À l'école déjà il se documentait sur les hérons, montait les voir avec son échelle, voulait les photographier.

Et il a mis la chance de son côté. Ecole photo CE3P d'Ivry où il va apprendre les techniques, des années de photo, 5 ans de labo, il s'installe photographe à son compte en 1992 à Brienne le Château - portrait, mariages, reportages et distributeur de matériel - ou l'aventure va durer 17 ans.

En 1994, il gagne un prix au prestigieux concours de la BBC, va chercher son prix à Bourges, le muséum d'histoire naturelle lui propose de montrer l'expo itinérante, il l'emporte à Montier en 1995 - petit salon - mais l'année suivante, avec une première expo photo et démonstration de matériel, et l'affluence due à une météo glacée, c'est parti, le festival est lancé, grâce à lui et à son pote Roger d'Europe Nature Optique et à l'engagement de quelques autres, " les Régis" - Fournel et Lafarge - notamment.

Le futur plus grand festival de photo de nature est né!

Pascal va bientôt délaisser la boutique de Brienne, il monte son atelier de tirage à Outines - Déclic Editions -, satisfait sa passion de photographe animalier, s'éprend de vol en ULM grâce à un ami pilote avec lequel il sortira "L'aube vue du ciel", passe son brevet et... s'envole! Désormais, à terre comme au ciel, il va arpenter décors proches et lointains et photographier la vie sauvage avec talent. "La photo et le vol, la synthèse de mes passions" dit il.

Visionnez le reportage effectué par France 3 Champagne sur Pascal Bourguignon en cliquant ici 

 

INTERVIEW

Pourquoi l'animal sauvage?

"Fasciné par l'oiseau puis surtout par les mammifères, les carnivores en particulier. La rencontre est différente avec un mammifère qu'avec un oiseau".

Un maître à penser?

Thomas Mangelsen, le photographe des espaces sauvages fabuleux du grand Nord,

Bernhard Edmaier, l'auteur du "Chant de la terre", de "Earth on fire" sur les volcans, de "Alpes, l'art et la matière",

Et aussi beaucoup Jean Chevalllier, peintre illustrateur animalier nature, ami d'enfance, souvent présent à Montier.

Si j'étais un animal sauvage?

"Renard ou chat sauvage... Renard tout compte fait, cet animal malin qui a traversé tant d'obstacles pour subsister".

Une belle émotion?

"J'ai suivi durant 4 ans des castors, de nuit, en m'installant près des coulées. J'avais un siège pliant. Un soir des petits arrivent vers moi puis un gros adulte - c'est impressionnant un gros castor! Du coup je me lève pensant lui faire peur. Il est passé sous mon siège et à continué son chemin!"

Un animal disparu qui reviendrait?

"Pas vraiment disparu mais la grande aigrette qui avait vraiment diminué et qui depuis quelques années repeuple la région, impressionnant!"

Spot préféré?

"En animalier, les Shetdlands, un lieu de liberté d'approche - il n'y a pas d'interdiction - mais aussi de responsabilité personnelle. Mais de gros risques sur la nature à cause des forages pétroliers."

Un lieu mythique?

"L'Antarctique, j'en rêve depuis longtemps. Ma chance, j'y vais en février prochain... Voir les manchots!"

Une œuvre marquante?

"Les polars de Peter May, qui se passent dans l'île de Lewis en Écosse. Et qui mêlent nature et intrigue."

Et la technique?

"J'ai abandonné le reflex au profit des appareils hybrides. Pas de miroir, donc plus silencieux, plus légers, plus petits, aussi voire plus performants (course aux pixels limitée), qualité APS-C largement équivalente au full frame, et de superbes optiques. Je suis passé aux Fuji - XT1, XPro1 et du coup je suis devenu ambassadeur de la marque.

Des urgences?

"Il n'y a que des urgences mais le réchauffement climatique c'est sérieux. Mes voyages au Spitzberg me le confirment sans cesse."

Des conseils?

"Respecter la nature, la connaître avant de la photographier, s'intéresser à l'animal, sa biologie, son éthologie. La technique vient après. Et aussi savoir regarder chez soi, localement, dans son jardin avant de rêver lointain. Il y a des tas d'occasions sur le pas de la porte "

Pour conclure?

"Faites vous plaisir - les odeurs -, ouvrez les yeux, montrez vos émotions, et du vécu, pas des photos trafiquées, embellies artificiellement.

Et encore une fois, respectez la nature et ses habitants!"

DISTINCTIONS

Lauréat du Wildlife Photographer of the year en 1994 et 1999

 

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

J'ai présenté mon travail dans de nombreuses expositions (région Champagne-Ardennes, Paris, Lyon, Nancy, Metz...).

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

Renard, Macareux

LIENS

Instagram :