Photographes animaliers

MARIOLAN Patrice

J’habite en Charente Maritime depuis plus de 25 ans, autant dire que je suis gâté en ce qui concerne les oiseaux, mon sujet de prédilection.

Je pratique la photo depuis une dizaine d’années uniquement en numérique. Bien que tous les sujets m’intéressent, y compris hors nature, j’ai axé mon travail photographique plus spécialement sur les oiseaux de toutes plumes. Je suis fasciné par la grâce, la précision et la performance de leur vol… peut-être le rêve d’Icare !

Pour les oiseaux d’eau, j’utilise en priorité l’affût flottant, car cette technique permet une approche discrète, mais surtout un bon positionnement par rapport à la lumière, l’arrière-plan.

Je me suis orienté récemment vers le noir et blanc, car il conduit le regard à l’essentiel de l’action ou de l’attitude, sans qu’il soit perturbé par la couleur et permet aussi de traduire plus facilement de la douceur ou de la dureté en jouant sur les nuances de gris et sur les contrastes forts.

Capture d’écran 2014-10-05 à 23.33.01

INTERVIEW

Pourquoi l’animal sauvage ?

J’aime être dans la nature et l’animal sauvage en est une de ses composantes. Je suis fasciné par son adaptation, ses attitudes authentiques. Lorsque je l’observe, il me ramène à l’essentiel de la vie.

Une œuvre marquante ?

J’apprécie le travail de Sébastiao Salgado autant dans sa période de reporter que dans celle de photographe nature. Son engagement personnel et son humanité se ressentent dans ses photos. Une photo de Salgado en dit souvent plus qu’un reportage vidéo.

Une belle émotion ?

En mai 2012 j’étais en Suède sur le plateau de Flatruet avec 2 amis photographes. Nous sommes arrivés au lever du soleil pour photographier les rennes et les lagopèdes. Le plateau était totalement enneigé, il faisait -10 et le soleil se levait sur un ciel sans nuage. Je marchais uniquement pour le plaisir d’entendre crisser la neige gelée sous mes pas. Un vrai sentiment de plénitude dans cette lumière matinale que l’on ne trouve que dans les contrées froides. J’ai encore en mémoire ce plaisir simple, mais intense.

Un animal qui reviendrait ?

Le grand pingouin disparu au 19° siècle à cause de la chasse intensive dans les pays d’Islande, Canada, Irlande.

Capture d’écran 2015-02-04 à 23.06.44

Photo ou série à laquelle je tiens ?

La série de mon exposition actuelle. 16 photos en noir et blanc d’oiseau et en format 80 x 120… avant la prochaine qui détrônera celle-là !

Et la technique ?

La maitrise technique est nécessaire pour réaliser les photos que l’on a dans la tête. Elle est pour moi avant tout un outil et j’évite de m’encombrer l’esprit avec ça. Mon plaisir est avant tout dans la prise de vue et dans la post production.

Des urgences ?

Des mesures et des actes pour réduire et modifier notre façon de consommer, afin de ne plus polluer les eaux (nappes, rivières, océans) et notre environnement.

Une association à mettre en avant ?

La LPO, Sea Shepherd, les restos du cœur, Emaüs… toutes les associations qui œuvrent pour la protection de l’environnement et la dignité de l’humain.

Pour conclure ?

Il faut rester vigilant et combatif pour défendre les valeurs du respect de l’humain et de la vie sous toutes ses formes. Il n’y a pas de petits engagements, les actes au quotidien ont leur importance.

DISTINCTIONS

Janvier 2011 – Lauréat au concours du Festival de l’oiseau – Thème Attitudes.

Mai 2010 – Second au concours « livre auteur » de la Fédération Photographique de France.

Mai 2009 – Lauréat au national nature de la Fédération Photographique de France série papier.

2006- Lauréat noir & blanc au concours de l’exposition « Altitudes océanes » à la Corderie Royale de Rochefort.

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

  • Avril 2019 – Exposition PLUMES au Festival de l’oiseau et de la nature (80)
  • Septembre 2018 - Exposition PLUMES au Festival BARROBJECTIF (16)
  • Décembre 2017 à Janvier 2018 – Exposition PLUMES à l’Espace Nature de Rochefort (17)
  • Octobre 2017 – Exposition « PLUMES » au Festival international du film de Ménigoute.
  • Octobre 2017 – Reportage France 3 région sur le livre et l’exposition PLUMES.
  • Juillet 2017 – Parrain du festival « Les rencontres photographiques du Ventoux ».
  • Juillet 2016 – Exposition « SAUVAGE » au Festival « Les Silences du Ventoux ».
  • Février 2016 – Exposition « SAUVAGE » au Festival « Festimages » à Laval.
  • Novembre 2015 – Invité d’honneur à la fête de l’image à Parthenay.
  • Octobre 2015 – Exposition « SAUVAGE » au Festival nature de NAMUR en Belgique.
  • Aout 2015 – reportage France 2 journal de 20h .
  • Juin à septembre 2015 – Exposition « SAUVAGE » au festival de Moncoutant.
  • Avril 2015 – Exposition « SAUVAGE » au festival NATUR’IMAGES à Tignecourt.
  • Novembre 2014 – Exposition « SAUVAGE » au Festival de la photo nature de Montier en der.
  • Novembre 2014 – Exposition « SAUVAGE » au salon de la photo de Paris dans le stand INOVA.
  • Octobre 2014 -  Inauguration de l’exposition « SAUVAGE » au Festival international du film ornithologique de Ménigoute ».
  • Juin 2012 – Participation au livre « L’oiseau au cœur » avec la LPO France, ainsi qu’à l’exposition inaugurée au Jardin des Plantes à Paris en itinérance sur la France jusqu’à fin 2013.
  • Avril 2011 – Invité d’honneur au Festival de film de Portneuf sur l’environnement au Québec (Canada), sur le thème « Les Passereaux, nos voisins discrets ».
  • Janvier 2011 – Lauréat au concours du Festival de l’oiseau – Thème Attitudes.
  • Octobre 2010 – Exposition au Festival International Ornithologique de Ménigoute en partenariat avec EDF Poitou-Charentes et le département de la Charente-Maritime. Un peintre est associé à cette exposition sur le thème « Les Passereaux, nos voisins discrets ».

Chaque année, plusieurs lieux d’exposition en Charente-Maritime, interventions techniques,  diaporamas…

 

L’exposition et le livre « PLUMES »

« Fascinants oiseaux ! Ils ressentent, expriment, réagissent, en êtres singuliers.

Jet de lumière dans la transparence des barbules déployées, virtuoses des turbulences, ils sont à chaque instant notre inaccessible rêve d’Icare.

Dans l’épure du noir et blanc et la poésie des mots, PLUMES rend hommage à cette élégante fragilité. »

L’exposition est composée de 20 tirages en noir et blanc, sur papier fine art, contrecollés dibond, en caisses américaines blanches:

  • 15 photos au format paysage 65 x 95 (avec encadrement)
  • 1 photo au format paysage 37 x 95 (avec encadrement)
  • 4 photos au format portrait 45 x 65 (avec encadrement)

Le livre, associé à cette exposition, est en noir et blanc au format paysage 28 x 24, 104 pages, couverture rigide.

 

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

oiseau

LIENS

Facebook :

Instagram :