Photographes animaliers

PRADIER Pascal

"Je suis né dans le département de l'Yonne en 1963. J'habite la Franche Comté depuis 2000, plus précisément la région de Pont de Roide.

Une région de cœur et un terrain de choix pour un pêcheur à la mouche qui à parcouru l'essentiel des rivières Européen à la recherche des plus belles Truites et des plus beaux Ombres. Photographe autodidacte, je le suis depuis l'âge de mes 16 ans ou j'ai fait l’acquisition d'un premier matériel, photographiant pele mêle, ici et là, amis, paysages, voyages, sans y accorder plus d'importance que cela, obnibulé par la seule idée de pêcher.

C'est à partir de 2008 que tout a basculé pour moi. Les rivières que j'avais tant et tant parcouru, se sont dégradées si rapidement, l'environnement dans lequel nous vivons étant sans cesse agressé, je me suis dit qu'il étant temps de rendre hommage à cette faune qui plie sous nos assauts, qui souffre dans le plus grand silence, mais qui pourtant ne rompt pas !

La construction de mes images où la recherche du beau et de l’esthétisme sont des éléments clés, ne peut se faire sans compromis possible dans le respect de l'environnement côtoyé. Il est essentiel dans ma démarche de me fondre en toute discrétion, dans le quotidien des paysages et des animaux. Traverser telle une ombre, voir sans jamais être vu, ne garder, ne serait-ce que des souvenirs fugaces, prime sur l'idée d'obtenir par tous les moyens, l'Image. Chaque rencontre est un moment unique, riche en émotions. La photographie de nature est un domaine que j’ai abordé avec humilité et modestie.

J'ai eu la chance de croiser Philippe Guldemann avec qui nous partageons la même démarche. Approfondir à force de travail et d’abnégation, de soif de connaissances les milieux et espèces photographiées. Ces rencontres au fil des saisons, qu'il neige ou qu'il vente, au-delà des images, sont le souvenir d'aubes et de crépuscules passés entre ciel et terre, emplis de sens.

Guetteur de lʼinattendu, fasciné par le monde du vivant, consterné par la connerie des hommes, jʼai troqué lʼobjet le plus précieux depuis ma tendre enfance, ma canne à mouche contre un boitier Nikon. Plus le monde se ride de nos erreurs, plus la nature et le règne animal me surprennent de leur capacité à rester là, à survivre, à lutter contre nos assauts destructeurs. Melting pot flowers, dans l'harmonie des couleurs et dans la différence des essences, la vie s'entremêle dans l'infini du temps passé, pour l'espoir d'un futur !

Assis à surprendre lʼimprobable dans le froid de lʼhiver, dans la lueur du jour, loin du tumulte des hommes, jʼai laissé filer le temps, accaparé par celui du rythme des saisons. Il faut laisser du temps au temps, prendre le temps, de prendre son temps. Un jour ou l'autre, toutes le limites s'estompent, même les plus coriaces, le temps est là pour ça !"

 

INTERVIEW

Pourquoi l'animal sauvage ?

Pour sa capacité à s’adapter malgré nos assauts destructeurs!

Un maître à penser ? Jim Brandenburg

Une œuvre marquante ? La marche de l’empereur

Si j'étais un animal sauvage ?

Le saumon, pour ces voyages et son incroyable abnégation à revenir à la source , donner la vie !

Une belle émotion ou rencontre avec la faune ? 

Une femelle Lynx avec ses 3 jeunes après tant et tant de recherche.

Un animal disparu qui reviendrait ? Homosapiens pour tout recommencer !

Un animal fantastique qui existerait ?

Le dragon, histoire de nous rappeler que nous sommes si peu de chose.

La photo ou la série à laquelle vous tenez particulièrement ?

Ma série sur le Lynx sans aucun doute !

201209_PPR7441

Spot préféré ?

Un piton rocheux surplombant la vallée du Dessoubre. Je vais parfois y méditer et m’assoupir, enlacé par les caprices du vent.

Un lieu mythique ?  La Géorgie du Sud

Et la technique ? Sans plus, le cadrage avant tout !

Des urgences ? 

Par où commencer, nous avons tellement hypothéqué notre avenir ! Le plus urgent certainement le climat.

Des conseils ? 

Acheter des jumelles pour observer et prendre le temps de prendre son temps.

Une association à mettre en avant ?

Groupe Tétras Vosges, un travail de passionné au service unique de l’environnement pour l’environnement.

Pour conclure ?

L'espoir fait vivre et j'aime à croire qu'il n'est pas trop tard !

DISTINCTIONS

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

Festimages ( 30 / 31 Janvier et 1er Février 2015)
NaturaPassion Blainville (20-21 Février 2015)
Vourles (Octobre 2015)

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

LIENS

Instagram :