Photographes animaliers

QUILLARD Véronique & Patrice

Nous sommes amoureux de l'Afrique depuis tout petits : nous sommes tombés dans la marmite en regardant les épisodes de Daktari diffusés alors à la télévision ! Puis nous avons eu la chance à l'âge adulte de pouvoir réaliser nos rêves et de faire plusieurs voyages sur ce magnifique continent où subsistent encore des zones sauvages non colonisées par l'homme.
La photographie nous permet d'apporter notre vision de la beauté et de la fragilité de cet environnement encore, parfois, préservé. Mais pour combien de temps ?
Un photographe pionnier en son temps, Zagourski, avait réalisé des clichés ethniques exceptionnels à partir de 1924 dans la région du Congo et des contrées voisines. Il en avait réalisé un album de cartes postales intitulé "L'Afrique qui disparaît". Titre crépusculaire. Dans les années 1970-1980 Pierre Loos a pu retrouver par hasard les négatifs oubliés de Zagourski et le livre final, édité en 2001 avec l'aide d'Ezio Bassani, fut renommé "L'Afrique Disparue" par constat de tous ces peuples et de leur culture "effacés" depuis lors par la modernisation.
Il en sera peut-être de même pour les animaux sauvages et libres dans peu de temps si le braconnage et les intérêts économiques de quelques uns ne sont pas stoppés en urgence. Il semblerait au contraire que ces fléaux soient en expansion, ce qui est à notre sens impardonnable car nous avons tous désormais conscience de l'imminence de la disparition de nombreuses espèces, et pas seulement en Afrique.
Nous essayons d'immortaliser à travers nos images ce monde fascinant, fragile et féroce, parfois sublime, dans lequel nous nous ressourçons, loin de la "civilisation" et au plus près de la vie primitive. Nous témoignons de cette nature souveraine dans toute sa simplicité et sa splendeur.

INTERVIEW

Quel cheminement personnel jusqu'à l'animal sauvage ?

Le continent africain nous a toujours fascinés. Nous retrouvons là-bas le contact à la fois direct, puissant, mystique, violent et hypnotique, avec la vie sauvage. Un choc à chaque fois renouvelé, brut, évident, un retour aux origines, un voyage vers l'essentiel où nous cherchons la symbiose ancestrale entre l'homme et l'animal qui existait du temps de nos lointains ancêtres. Bref, nous sommes imprégnés !

Notre regard a évolué au fil des années, ainsi que notre connaissance naturaliste des animaux. Mais c'est par la photographie animalière que nous pouvons exprimer toute la violence des émotions ressenties au contact de ce continent magique.

Le monde sauvage est fascinant, féroce et fragile, sublime parfois, et nous avons conscience plus que jamais de l'urgence de le préserver avant qu'il ne soit trop tard.
Faire de la photo est devenu pour nous un engagement pour sensibiliser le plus grand nombre à la fragilité des écosystèmes et à l'imminence de la disparition de nombreuses espèces.

Un maître à penser ?
Nick Brandt pour son travail remarquable sur la faune africaine, pour ses N&B exceptionnels, pour la puissance symbolique de ses photos et pour son engagement.
Tony Crocetta pour son travail sans concession, brut de nature, son sens aigu de la composition et la force éclatante de ses photos. 
Laurent Baheux pour ses N&B crépusculaires et l’émotion pure qu’il transmet dans ses images.
Vincent Munier pour la fabuleuse poésie de ses photos, son coup d’œil unique, sa gestion de la lumière et son très grand talent.
Nous n'oublions pas Christine et Michel Denis-Huot, des grands passionnés et des précurseurs, dont les images sont devenues mythiques, qui nous ont inspiré dès le départ pour nous lancer dans cette discipline exigeante qui doit retransmettre l’émotion d’un instant sans tricher.

Une œuvre marquante ?
Les épisodes de Daktari ou Les Mines du Roi Salomon lorsque nous étions enfants, les livres de Karen Blixen, les aventures de Martin et Osa Johnson sur le continent africain, le roman « Les Racines du Ciel » de Romain Gary, les documentaires animaliers d'Hugo van Lawick... Liste non exhaustive !

Une belle émotion ou rencontre avec la faune ?
Nous nous souvenons des circonstances de toutes nos prises de vues, et pour chacune nous aurions une histoire à raconter.
Une des plus marquantes peut-être est celle de Siena, une lionne dominante et la chasseresse de tête de la Troupe des Marais (Marsh Pride) dans le Masaï Mara : nous l'avons croisée au moment où elle venait d'être encornée par un buffle, et une partie de la chair de son flanc, ouvert jusqu'à l'os, pendait jusqu'à la cuisse.

Elle avait trois lionceaux qu'elle allaitait, mais le choc de l'accident lui avait coupé le lait. En plus de la souffrance, cette mère courage voyait chaque jour ses petits dépérir un peu plus. Son regard lorsqu'elle était obligée de les rabrouer parce qu'ils étaient affamés est resté gravé en nous.

Un jour, alors que nous étions désormais persuadés que ses petits allaient mourir, la troupe a réussi à chasser un jeune buffle. Ce fut la ruée et la foire d'empoigne évidemment. Siena arriva avec ses petits derrière elle, discrètement, et œuvra avec une intelligence incroyable de manière à placer ses petits près de la carcasse dont les adultes se disputaient rageusement chaque centimètre carré. C'était un pari fou car ils risquaient à tout moment d'être tués.

Mais les bébés comprirent et se précipitèrent, en se faufilant au milieu des griffes et des crocs. Nous étions partagés entre l'affolement, l'espoir et la panique, craignant pour leur vie à tout moment. Mais ils n'avaient plus rien à perdre. Et ils réussirent tous les trois à déchirer la viande et à manger, sans être blessés. C'était tout simplement miraculeux.

Spot préféré ?
L'Afrique de l'Est et l'Afrique australe sont un terrain de jeux extraordinaire pour les photographes amoureux de la faune sauvage.

Un lieu mythique ?
Deux endroits rêvés nous viennent immédiatement à l'esprit :
- La situation de la maison de Bernhard Grzimek, dont il ne reste plus que quelques ruines, dans le Cratère du Ngorongoro. Cet allemand épris de la Tanzanie a réalisé le documentaire « Le Serengeti ne doit pas mourir » en 1959, un plaidoyer (déjà!) sur l'importance de la préservation de cet écosystème.
- La forêt de Ndutu, dans la zone de conservation du Ngorongoro en Tanzanie, un autre endroit magique où l'on rêve de poser ses valises, et qui fut le repaire du cinéaste Hugo van Lawick.

Et la technique ?
L'appareil photo ne doit être qu'un instrument pour transmettre l'émotion d'un instant. Ce qui compte vraiment c'est de capter un mouvement, une intention, une sensation, une ombre, l’agressivité d’une hyène, la légèreté d’un éléphant, la tendresse d’un lion, l'expression du regard d'un gelada, la beauté d’un paysage vierge de toute présence humaine, l’impression d’un lieu surgit du fond des âges....

Des urgences ?
Très nombreuses hélas ! Entre le braconnage, la pression humaine sur les espaces encore préservés mais qui se rétrécissent de plus en plus et de plus en plus vite, la déforestation à cause de cultures invasives comme l'huile de palme, la pêche industrielle ou l'agriculture intensive, les espèces animales disparaissent à tout jamais et l'équilibre des écosystèmes est menacé ! Nous en faisons partie bien-sûr, mais la prise de conscience est encore trop lente.

Des conseils ?
Entreprendre chaque action avec passion... et être patient.

Une association à mettre en avant ?
Nous sommes touchés par toutes les formes de destruction de la nature opérées par l’homme sur son environnement. Sensibles à la disparition inéluctable des espèces les plus emblématiques de la vie sauvage, nous sommes membres et soutenons l’association Cheetah for Ever qui a mis en place et finance un programme de surveillance des jeunes guépards dans le Masaï Mara, ainsi que de sensibilisation et d'éducation auprès des populations locales.

Une suggestion pour aider à sensibiliser le grand public ?
Continuer à « montrer », à faire aimer, et ne pas baisser les bras.

Pour conclure ?
« Est-ce que nous ne sommes vraiment plus capables de respecter la nature, la liberté vivante, sans aucun rendement, sans utilité, sans autre objet que de se laisser entrevoir de temps en temps ? »
R. Gary Les Racines du Ciel 1956

DISTINCTIONS

Concours :

  • Patrice a remporté le Concours International Nature Best Photography Africa 2017 dans la catégorie N&B
  • Patrice a été finaliste du Concours International Africa Geographic 2017
  • Patrice a été lauréat du Concours 2016 “TiragesPro vous expose à Montier”
  • 3 images sélectionnées au Concours Photo de la Gacilly 2016
  • 5 images présélectionnées au Festival de l'Oiseau 2016
  • Sélectionnés à Festimages 2015 dans la catégorie Mammifères Nature Monde

Parutions :

  • Parution et première de couverture dans le Yearbook de Nature Best Photography Africa 2017 de notre image lauréate, exposée en 2018 au Musée Iziko du Cap, Afrique du Sud.
  • Parution dans le Yearbook d'Africa Geographic 2017 (image finaliste)
  • Chasseur d'Images Novembre 2017 consacré au N&B (3 images)
  • 6 media web : Brussels-star, Brusselsdiplomatic,  Ardenweb, Bruxelles-news, cine-pedia et Bruxelles info d'octobre 2016, où notre photo « Droit à l'image » a été sélectionnée dans un article sur le Festival Nature Namur.
  • Nat'Images Août-Septembre 2016 où notre image « P..... de vent ! » a été sélectionnée, dans un article consacré au festival de Vourles.

 

 

 

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

Expositions :

  • Festival International Nature Namur 2018 – Ombres et Lumières de l'Afrique Sauvage
  • Festival Montville Faune Sauvage 2018 – Geladas ; Les Gueules Noires
  • Rencontres Natur'Images 2018, Tignécourt – Geladas
  • Festival International du Film Animalier 2018, Albert – Geladas ; Les Gueules Noires
  • Festival International de la photo animalière et de nature de Montier-en-Der 2017 – Geladas ; Les Gueules Noires
  • Festiphoto de la forêt de Rambouillet 2017 – Geladas ; Les Gueules Noires
  • Festiv'Art Photo 2017, Montbéliard - Geladas
  • Festival International Nature Namur 2016, Namur – Geladas
  • Festival de la photographie Nature & Animalière 2016, Vourles – Geladas ; Les Gueules Noires
  • 3ème Festival de la Photo, Saint-Pierre en Port – Geladas
  • Printemps de la Photographie 2016, Romorantin – Geladas (Prix de la Ville de Romorantin pour mon exposition)
  • Salon de la Photographie d'Octeville 2015 – Geladas (2ème prix du Salon)
  • Bibliothèque d'Ecrainville 2015, exposition et conférence – Les Plaines du Paradis
  • Poste de Sassetot-le-Mauconduit 2014 – Animaux sauvages d'Afrique
  • Magasin Nature & Découvertes à Rouen 2013 – Animaux sauvages d'Afrique

A venir

  • Festival Spot Nature (septembre 2019) - Ombres et Lumières de l'Afrique Sauvage
  • Festival de l'Oiseau 2019 (avril 2019) – Ombres et Lumières de l'Afrique Sauvage
  • Festival Lorraine Nature 2019 (mars02019) – Ombres et Lumières de l'Afrique Sauvage

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

Afrique, Gélada

LIENS

Instagram :