Photographes animaliers

MEYS Sébastien

Né en 1971, Sébastien Meys partage son enfance et son adolescence entre la région parisienne et les rives du bassin d’Arcachon.

Marin dans l’âme, il multiplie les sorties en mer et traverse même l’Atlantique. A la différence de son aïeul Maurice Meys (photographe voyageur davantage attiré par les montagnes pyrénéennes), son terrain de jeu photographique est d’abord maritime.

Petit à petit il s’oriente vers la faune sauvage, avec une attirance particulière pour les oiseaux et notamment les sternes Caugek du banc d’Arguin.

La rencontre avec sa compagne le plonge dans le monde troublant des zoos, où il côtoie fréquemment les espèces les plus extraordinaires, et parmi elles les grands singes.

Etre le témoin privilégié d’instants de leur vie quotidienne a motivé une part importante de son travail d’auteur photographe à travers la réalisation de portraits en noir & blanc de gorilles d’abord croisés en parc zoologique, puis en Afrique centrale.

Perfectionniste, il recherche l’intensité d’un regard, la fluidité d’un mouvement, la poésie d’une étreinte qui feront de ses photographies les vecteurs d’une émotion, même fugace.

Son travail photographique sur les gorilles a été exposé au Festival de Montier-en-Der en 2010 et 2018, au Muséum de Besançon en 2011, a fait l’objet d’un livre «Gorilles portraits intimes» paru aux Editions du Pommier en 2012 et a été publié dans la presse à de nombreuses reprises (Géo, Terre Sauvage, Nat’Images…).

 

Capture d’écran 2014-10-01 à 17.44.30

INTERVIEW

Une référence ?
Difficile de n'en citer qu'un, en photo n&B/sepia clairement pour moi c'est Nick Brandt, même si la mise en scène est parfois un peu poussée la qualité de son travail au moyen format reste inégalée à mon sens.

Une oeuvre marquante ?
Histoire de ne pas redonder avec la question précédente je vais dire le travail de Vincent Munier. Il a une capacité unique à saisir l'intimité des choses et ses deux derniers livres "Solitude 1 et 2" sont de véritables bijoux.

Si vous étiez un animal sauvage ?
Un gorille forcément.

La photo qui vous tient à coeur ?
Un portrait d'un gorille au zoo de la Palmyre. Il y a des angles que l'on s'interdit parfois, des situations que l'on espère même pas et, sans que l'on sache pourquoi, un jour tout se combine et apparait alors une image unique. Elle me tient d'autant plus à cœur que cet individu est mort récemment.

_MG_6654_m

Spot preféré ?
Le banc d'Arguin sur le bassin d'Arcachon quand les sternes caujek sont de la partie.

Un lieu mythique dont vous rêvez ?
Pouvoir passer plus de temps près des gorilles dans les Virunga.

Et la technique ?
C'est une dimension incontournable de la photo mais le temps passant matériel et technique ne sont plus devenu que des outils au service d'un projet. On a besoin d'un minimum pour pouvoir s'exprimer mais ensuite il y a bien d'autres éléments a considérer.

Des urgences ?
Il y en a tellement ... Il n'y a pas un pays, voir une région qui n'a pas ses urgences. Limiter l'extension des palmiers à huile en Asie, la destruction continue des milieux à Madagascar, l'extermination des rhinocéros, éléphants et bien d'autres en Afrique, voir naitre une vraie conscience et démarche écologique en France, ...

Un conseil pour les débutants ?
Se faire plaisir !

Une association à mettre en avant ?
Une association qui travaille à la protection d'un lémurien très rare et menacé à Madagascar :
www.helpsimus.org

DISTINCTIONS

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA PHOTO ANIMALIÈRE DE MONTIER-EN-DER - 2014 - Exposition «Prolemur Simus, ce lémurien que l'on croyait perdu"

MUSÉUM D’HISTOIRE NATURELLE DE BESANÇON - 2011 - Exposition «Gorilles portraits intimes»

FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA PHOTO ANIMALIÈRE DE MONTIER-EN-DER - 2010 - Exposition «Gorilles portraits intimes»

 

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

gorille, Primate, Madagascar, Lémurien, sterne, Banc d'Arguin

LIENS

Instagram :