Photographes animaliers

TISSEAU Marc

C'est à 12 ans qu'un ami m'a mis un appareil photo dans les mains et depuis je ne l'ai plus laché ! A mes débuts des photographes plus aguerris m'ont beaucoup aidé à acquérir les bases techniques.
Habitant en Bretagne et passionné de nature, c'est tout naturellement que mes sujets de prédilection sont devenus les oiseaux marins.
Au début mes photos étaient très documentaires : je voulais l'oiseau toujours plus près, toujours plus net.
Et petit à petit j'ai recheché à réaliser des photos plus esthétiques en mettant en valeur la beauté et la grandeur de la nature qui entourent mon sujet.
Petit à petit mon équipement a évolué. Je possède actuellement un nikon D700, un objectif 200-500mm f5,6 et un 24-120mm f4.
Maintenant agé de 16 ans j'ai la possibilité de parcourir plus de territoires afin de varier mes sujets.

INTERVIEW

Quel cheminement personnel jusqu'à l'animal sauvage ?
Depuis toujours  j'ai beaucoup passer du temps dans la nature. La photo animalière découverte dès l'âge de 12 ans m'a permis de témoigner de ce que je voyais sur le terrain et de le partager.

Un maître à penser ? 
Comme tous photographe j'admire les photos de Vincent Munier, Kyriakos Kaziras, Michel d'Oultremont, les photographies sur le vif de Stephen Dalton...
Mais j'aime aussi beaucoup les photos d'oiseaux marins de Guillaume Bily et Paul Tixier.
John Muir, Gerald Durell et Jack London m'ont fait rêver au travers de leurs livres.
Ce sont mes références !

Une œuvre marquante ? 
Il y a bien sur le film de Luc Jacquet « La marche de l'empereur » qui m'a beaucoup marqué, ainsi que microcosmos et peuple migrateur !
Mais aussi l'opération Okavango de Nicolas Hulot que je regardais beaucoup plus jeune.

Si j'étais un animal sauvage ?
Je serais un albatros ! Pouvoir affronter les tempètes et les mers les plus violentes !
Et surtout pour vivre près de la mer en toute liberté !

Une belle émotion ou rencontre avec la faune ?
Depuis 4 mois je me rendais très régulièrement dans cette roselière tous les matins et tous les soirs dans l'espoir de pouvoir enfin l’observer. Contrairement à certains photographes je ne voulais pas utiliser le système de la repasse qui, selon moi dérange les oiseaux. C'était un matin pluvieux,  après 3 heures d'attentes je vis enfin ce mâle panure avec ses magnifiques moustaches. Il faisait le grand écart entre 2 tiges de roseaux... L'instant ne dura qu'une dizaine de secondes mais il restera gravé dans ma mémoire ! C’était une belle rencontre.

Un animal disparu qui reviendrait ?
Le grand pingouin, cela ferait une espèce d'oiseau de mer de plus à photographier

La photo ou la série à laquelle vous tenez particulièrement ?
C'est un combat de sternes pierregarins que j'ai réalisée dans des marais salants. J'aime le rendu graphique de ces oiseaux avec le noir et blanc.

Spot préféré ?
Tous le littoral Breton bien sûr !
Mais j'ai quelques spots que j'affectionne particulièrement comme Les marais salants de Guérande, le cap Fréhel, les 7 iles...

Plutôt solitaire matinal pour profiter du moment ou accompagnateur de groupe pour partager ?
J'aime être seul au réveil de la nature, on se sent privilégié.

Un lieu mythique ? 
C'est la Norvège avec ses montagnes plongeant dans l'océan, ses fjords, ses colonies d'oiseaux marins, les bœufs musqués, pyguarges...

Et la technique ?
Je pense qu'il faut maîtriser les bases et pouvoir les oublier sur le terrain, le reste vient avec le temps

Des urgences ? 
Comme je photographie surtout le bord de mer je suis plus sensible à la pollution des océans, le bétonnement côtier, le dérangement dû aux activitées balnéaires, et le changement climatique qui font chuter les effectifs des oiseaux et des mammifères.

Des conseils ?
Je pense qu'il faut avant tout se faire plaisir, ne pas se décourager et être patient.

Une association à mettre en avant ?
Bretagne vivante, c'est déjà une grosse association qui mène beaucoup d'action au sein de la région (Bretagne donc).

Une suggestion pour aider à sensibiliser le grand-public ?
Il faut sensibiliser dès le plus jeune âge. Et je pense qu'il faut faire découvrir ce qu’il y a de beau dans la nature afin d'inciter les gens à la protéger

Pour conclure ?
Il ne faut pas oublier que c'est le photographe et non l'appareil qui fait la photo.

 

 

DISTINCTIONS

2016 : 

2 photos lauréates au concours international de Montier-en-Der

  • prix jeune catégorie "oiseaux sauvages" au concours international de Montier-en-Der

2017: 

  • 3 photos nominées en jeune au concours Emotion'ailes à Namur
  •  1er et 2ème prix jeune au  concours Emotion'ailes à Namur
  •  Prix "photo engagée" en adulte au concours nature Namur

Publications :

• Illustrations d'articles dans les journaux : Ouest France et le Télégramme de Brest, et sur le site de France Inter.

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

Du 3 au 24 juin: expo "Les oiseaux du littoral breton"  dans la mairie de  Pordic

16-17-18-19-20 novembre 2017: expo "Les oiseaux du littoral breton" au festival international de Montier-en -Der

27, 28, 29 avril 2018  expo "Les oiseaux du littoral breton" au festival de l'oiseaux à Abbeville

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

oiseau, littoral, Bretagne

LIENS

Instagram :