Autres sites naturels

La Réserve naturelle des Terres Australes Françaises fête ses 10 ans

Environ 3000 km au sud de La Réunion, dans l’océan Indien, se trouve la plus grande réserve naturelle de France.

Elle abrite une biodiversité particulièrement riche et largement préservée.

A l’occasion du 10e anniversaire de la réserve naturelle nationale des Terres Australes Françaises, Faune Sauvage vous invite à découvrir cet espace protégé exceptionnel.

À 12.000 km d'ici, au fin fond de l'océan Indien, la réserve naturelle des Terres Australes va voir sa superficie multipliée par près de 30 !

Les mauvaises langues diront que cela tombe à point nommé pour que la France atteigne son objectif de 20 % d'aires marines protégées et qu'il est plus facile de légiférer dans les îles désertes des Crozet et de Kerguelen qu'au coeur de l'Iroise ou de la Méditerranée. Certes.

Mais les 47 espèces d'oiseaux et les 28 espèces de mammifères marins, largement décimées par la chasse et la pêche ciblée ou accessoire, méritent bien un peu de répit. Près d'un tiers des oiseaux, dont des espèces uniques, sont menacés à terre par la prolifération des rats, en mer par les engins de pêche.

Le cadre de la réserve permettra de déployer des actions de préservation. En moins de dix ans, en améliorant les pratiques de pêche, on a pu faire passer les captures involontaires d'oiseaux de 13.000 à 33 !

L'océan austral a également un rôle déterminant dans l'absorption de nos gaz à effet de serre. La taille de cette réserve (la sixième plus grande du monde) permettra d'agir à un niveau océanique en augmentant sa capacité de résilience qui ne s'apprécie qu'à grande échelle. Elle participe de la stratégie de créer un grand corridor protégé autour de l'Antarctique pour garder les mers vivantes.

Nous ne profiterons sans doute pas de cette réserve comme nous pouvons goûter à celles de la métropole, pourtant, la protection de ces vastes espaces est peut-être l'une des clés de notre avenir, car si l'océan meurt, les hommes sont en danger.

Isabelle Autissier

 

535358_1052735331437433_8371443137989889027_n

10 chiffres clé pour fêter les 10 ans de la Réserve

 

2006

Créée par décret interministériel le 3 octobre 2006, la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises fête cette année son 10e anniversaire.

 

3

Les districts austraux français classés en réserve naturelle sont au nombre de 3 : l’archipel de Crozet, l’archipel de Kerguelen, et les îles Saint-Paul et Amsterdam.

325704_272032466174394_109292297_o

 

capture-decran-2016-10-11-a-07-13-18

 

23 400

Plus vaste réserve naturelle de France, elle couvre actuellement une superficie de 23 400 km² (dont environ 7 700 km² de domaine terrestre et 15 700 km² de domaine maritime) et représente près de 80% de la surface totale des réserves naturelles nationales.

 

47

Pas moins de 47 espèces d’oiseaux se reproduisent régulièrement dans le périmètre de la réserve, parmi lesquelles cinq sont strictement endémiques à cet espace protégé :

le canard d’Eaton,

ob_f41ebd_canard-d-eaton3

le petit bec-en-fourreau (chionis)

capture-decran-2016-10-11-a-07-37-55

le cormoran de Kerguelen,

101548

le prion de Mac Gillivray,

salvins-prion

et l’albatros d’Amsterdam.

albatros-d-amsterdam

Espèce emblématique de la réserve, la population de l’albatros d’Amsterdam, endémique de l’île du même nom, est inférieure à 200 individus. L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) considère cet oiseau « en danger critique d’extinction » ; sa conservation représente donc un enjeu majeur.

 

500 000

Les archipels de Crozet et de Kerguelen abritent les communautés d’oiseaux marins les plus riches et diversifiées au monde. Les colonies de manchots royaux notamment peuvent regrouper plus d’un million d’individus.

La plus grande colonie sur Terre se trouve sur l’île aux Cochons à Crozet, où près de 500 000 couples y sont recensés.

machots-royaux-2

 

90

La réserve naturelle nationale des Terres australes françaises vise à conserver et protéger sur le long terme le patrimoine naturel exceptionnel de ces îles. Pour cela, 90 actions ont été inscrites au premier plan de gestion de la réserve (2011-2015).

 

4

Grâce aux 4 rotations logistiques du Marion Dufresne, navire ravitailleur des TAAF, au départ de La Réunion, des agents sont déployés sur le terrain pour mettre en œuvre les actions de conservation de la réserve.

marion-dufresne-au-mouillage-de-kerguelen

 

Photo Elie Gaget

2 200

Le Phylica arborea est le seul arbre indigène présent dans la réserve naturelle des Terres australes françaises. Suite à l’arrivée de l’homme en 1696 et aux conséquences de ses activités (prélèvements, incendies et introduction de bovins), il avait quasiment disparu de l’île au XXe siècle. Depuis le début du plan de restauration de l’espèce conduit par la réserve, 2 200 arbres ont été replantés en milieu naturel.

 

85

Avec plus de 85% des actions engagées, le bilan du premier plan de gestion de la réserve naturelle (2011-2015) apparait comme une réelle réussite pour la préservation de la biodiversité australe.

 

650 000

L’extension en mer du périmètre de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises est rendue possible par la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages adoptée en juillet 2016. Le projet développé par la France est d’étendre le périmètre de la réserve naturelle dans les eaux sous juridiction française sur une surface d’environ 650 000 km.

Source : http://www.taaf.fr

 

capture-decran-2016-10-09-a-19-23-12

 

L'actualité de la Réserve

- Retrouvez le portrait de Cédric Marteau, Directeur de la Réserve, dans la Rubrique S'informer - Personnalités à découvrir

- L'extension de la réserve marine des Terres australes françaises est enclenchée

Annoncée par la ministre de l'Environnement Ségolène Royal lors de la COP21 pour marquer le rôle des écosystèmes marins dans l'atténuation du changement climatique, l'extension de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises est lancée. Le Conseil national de protection de la nature a validé le projet le 13 septembre dernier et le ministère vient de lancer la consultation publique sur le décret relatif à cette extension.

La Réserve couvre pour l'instant 22.700 km², dont environ 7.000 km² de domaine terrestre et 15.700 km² de domaine maritime, la partie marine classée étant jusqu'à présent limitée par le code de l'environnement à 12 milles nautiques des côtes.

Depuis l'adoption récente de la loi pour la reconquête de la biodiversité, les réserves naturelles marines peuvent être étendues à l'ensemble de la zone économique exclusive (ZEE). C'est dans ce cadre que la partie marine de la réserve naturelle pourrait atteindre une superficie totale de plus de 600.000 km², constituant ainsi la cinquième aire marine protégée en surface au monde, soit quasiment la surface de la France métropolitaine.

« Elle permettra la préservation des ressources halieutiques inestimables, et parfois encore très mal connues. Des populations d’oiseaux de mer et 28 espèces de mammifères marins seront également préservées dans le cadre d’un plan de gestion », indique un communiqué du ministère qui annonce, après consultations locales et nationales, la publication du décret d’extension « avant la fin de la Cop22 » qui se tiendra à Marrakech du 7 au 18 novembre. En août, la collectivité des Terres australes et antarctiques françaises (Taaf) tablait plutôt sur une signature « début 2017 ».

- La Réserve naturelle nationale des Terres australes françaises candidate au patrimoine mondial de l’Unesco

Cette réserve représente un remarquable sanctuaire pour la faune et la flore, où le patrimoine biologique est presque intact. Ceci à la grande satisfaction des scientifiques et chercheurs, qui travaillent à une meilleure connaissance, à la protection et à la conservation des milieux naturels et de la biodiversité.

Aussi, dans le but d’obtenir une reconnaissance à l’échelle mondiale, la collectivité des TAAF vient d’adresser la candidature de la réserve à la liste indicative des biens naturels, justifiant d’une valeur universelle exceptionnelle, au Comité du patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco). En parallèle, précise un communiqué des TAAF, ces dernières « se sont engagées dans un processus d’inscription de la réserve à la liste verte de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), une nouvelle certification à l’échelle mondiale portant sur la gestion efficace et la gouvernance équitable des aires protégées. »

La procédure de classement à l’Unesco comporte diverses études et évaluations qui prendront sans doute plusieurs années concernant l’examen du dossier, avant la délivrance d’une réponse définitive.

 

Les principales espèces visibles dans la Réserve : 

Manchot royal

Manchot papou

Gorfou sauteur

Albatros fuligineux à dos clair

Pétrel géant subantarctique

Pétrel bleu

Prion de Belcher

Prion de Mac Gillivray

Pétrel de Kerguelen

Pétrel à tête blanche

Pétrel à menton blanc

Océanite de Wilson

Pétrel plongeur de Géorgie

Pétrel plongeur commun

Cormoran de Kerguelen

Canard d'Eaton de Kerguelen

Skua subantarctique

Goéland dominicain

Sterne de Kerguelen

Petit bec en fourreau (chionis)

Otarie des Kerguelen

Otarie de l'île Amsterdam

Orque de Crozet

Eléphant de mer

Léopard de mer

Dauphin de Commerson

 

Pour aller plus loin : Portrait de Luc Baudot, Coordonnateur de la réserve naturelle à Kerguelen

Bilan d'activités 2015 de la Réserve

L'océan austral, piège à CO2 mal connu (article payant sur le site du Figaro)

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE(S) EN LIEN AVEC LE SUJET

En rapport avec :

Antarctique, TAAF

SITE WEB

Article précédent

Global Fishing Watch