Photographes animaliers

GESSER Vincent

Vincent Gesser est un photographe professionnel indépendant français passionné par la vie sauvage, le comportement des animaux et les grands espaces.

Cela le conduit à passer une partie importante de son temps dans des zones telles que l’Arctique et l’Afrique, et plus particulièrement en Afrique de l’Est où il a son véhicule de safari personnel aménagé de manière à lui permettre de vivre en autonomie, au contact permanent des animaux et de la nature. Vincent dispose ainsi d’un maximum de temps pour observer les animaux et faire des photographies qui permettent de partager différents aspects de leur vie et de leur environnement.

Après une carrière dans le monde de la banque, Vincent réalise ainsi sa passion pour les animaux dans leur milieu naturel d’une part, et son intérêt pour la photographie qui a commencé à l’âge de 11 ans d’autre part. Ses photographies reflètent son attachement à la Nature et à la préservation et la conservation des espèces menacées.

En partenariat avec des partenaires spécialisés locaux, Vincent organise, à travers son agence Autograph Safaris, des voyages sur-mesure pour des personnes qui veulent s’immerger dans un écosystème et vivre une expérience personnelle de la Nature au cours de leurs vacances. Il guide également un certain nombre de safaris et de voyages, d’ateliers/stages photo et d’expéditions qui permettent à de petits groupes d’amateurs de vivre l’expérience des grands espaces africains et nordiques.

Vincent est un membre associé de la Royal Photographic Society britannique ainsi que de la Royal Geographic Society. Il supporte et contribue aux travaux de fondations telles que Born Free, le George Adamson Wildlife Preservation Turst, le David Sheldrick Wildlife Trust et le Mwitu na Watu Trust.

Son travail est distribué par l’agence Photoshop/NHPA et vous pouvez également le retrouver en direct sur son site internet www.gesser-images.com. Une section du site permet également d'écouter les sons d'une dizaine d'animaux Africains.

Ethique : Toutes les photographies de Vincent Gesser sont des photographies d’animaux sauvage prises dans leur cadre naturel. Le bien-être, le confort et le respect du comportement des animaux photographiés a été la principale priorité du photographe.

capture-decran-2016-11-05-a-09-38-01

 

INTERVIEW

Pourquoi l'animal sauvage ?

Les animaux et la nature m’ont fasciné depuis mon enfance. Plus je passe de temps dans les grands espaces et en compagnie d’animaux sauvages, plus je suis persuadé qu’il reste beaucoup de grands mystères de la Nature à élucider.

Un maître à penser ? 

Pas un maître à penser en tant que tel mais une grande influence de « conservateurs historiques » tels que George et Joy Adamson, David et Daphné Sheldrick ainsi que des entreprises plus récentes telles que celles de la famille Craig, de Tony Fitzjohn, de Laurie Marker parmi tant d’autres qui restent anonymes.

Une œuvre marquante ?  

Le film « Born Free » du fait de la dévotion des Adamson envers leur lionne Elsa et ses lionceaux et de la manière dont elle a contribué depuis bientôt 50 ans à développer un respect et une compréhension des animaux sauvages qui, même s’ils sont sauvages, ne sont pas forcément féroces, cruels ou stupides. Bien au contraire !

Si j'étais un animal sauvage ? 

En passant du temps avec les animaux on se rend compte de leur caractère, de leurs capacités et de leurs qualités propres. Cela rend ce choix impossible même si je me sens naturellement plus proche des grands mammifères.

Une belle émotion ou rencontre avec la faune ? 

Parmi les plus récentes ? Une famille de gorilles des montagnes me passant entre les jambes car je ne pouvais les éviter, accroché d’une main à une racine à flanc de volcan, et dont j’ai pu apprécier la quiétude et la confiance. Ou à quelques centimètres des défenses d’un grand éléphant male, le dos contre un tronc d’arbre et sans marge de manœuvre, et dont je médite encore la sagesse !

Un animal disparu qui reviendrait ? Le mammouth

Un animal fantastique qui existerait ? Prenons le temps de comprendre à quel point les animaux existants sont fantastiques.

La photo ou la série à laquelle vous tenez particulièrement ?

VG_Photopreferee

« Face à l’orage » est une photo qui a une signification toute particulière car elle a été prise à la fin d’une journée dans le Maasai Mara pendant laquelle les animaux, nos modèles naturels, avaient particulièrement peu coopératifs et les conditions de lumières très difficiles. En voyant le ciel se couvrir et la pluie se mettre à tomber, je décidai d’emprunter une piste qui offrait un vue dégagée vers la frontière tanzanienne pour un dernier coup d’œil à la réserve avant de rentrer au camp et de commencer le feu. C’est alors que je vis un éléphant émerger de l’horizon et progresser vers le rideau de pluie, permettant une photo unique avec un graphisme très prononcé, des silhouettes qui montrent le décalage d’échelle entre les phénomènes naturels et le plus grand animal terrestre, tout en laissant à chacun la liberté de trouver une interprétation et une émotion personnelle dans cette image.

Spot préféré ?

De manière générale le Kenya pour la diversité de ses écosystèmes, de ses paysages et de sa faune, pour la gentillesse de ses habitants, pour les efforts consistants des autorités pour la protection de la nature (et l’interdiction de toutes les activités de chasse), et la liberté qu’on y ressent pour apprécier la nature et y travailler.

Un lieu mythique ?  La dépression de l’Afar.

Et la technique ?

Elle est importante et elle se travaille, comme n’importe quel autre sujet. Cela veut dire parfois faire des exercices même sur des sujets anodins pour être prêt lorsqu’on est face d’un sujet important. Mais ni la technique, ni le matériel ne sont des fins en soi. Seulement des moyens pour enregistrer et transmettre une information, un moment ou une émotion. Il faut les maitriser pour ensuite pouvoir les dépasser.

Des urgences ?  

Avoir le courage d’affronter la réalité et les faits :

Accepter de prendre conscience des vrais sujets qui ne sont pas nécessairement politiquement corrects telle que la surpopulation. Accepter d’en parler, être suffisamment courageux pour ouvrir un débat et trouver des solutions dans l’intérêt général.

Comprendre les enjeux de l’environnement, du braconnage, du crime organisé et du terrorisme et se rendre compte que ces problèmes sont intimement liés et qu’ils doivent être traités ensemble et simultanément.

Des conseils ? 

Préparer vos voyages et informez-vous sur les écosystèmes, les animaux et leurs comportements avant de partir. En voyage, commencez par vous immerger dans la nature et par l’apprécier. Sauf si une action a commencé à se dérouler avant votre arrivée, prenez quelques secondes pour admirer une scène et réfléchir à la photo que vous voulez faire, à ce que vous voulez qu’elle « dise », mais ne vous précipitez pas derrière l’objectif. Généralement la photo est meilleure si est « réfléchie » ou « anticipée ». Et surtout, respecter la nature et les règles d’éthique.

Une association à mettre en avant ?

C’est une question délicate et je préfère laisser à chacun son choix, mais je pense qu’il est essentiel de bien se renseigner sur les retombées réelles des actions des associations plutôt que sur leur dimension médiatique.

Pour conclure ?

Pourquoi ne pas réfléchir à ce que nous inspirent les quelques citations suivantes:

« Tous les animaux connaissent ce qui leur est nécessaire, excepté l’homme » - Pline l’Ancien

« Très lentement, et souvent trop tard, l'homme commence à reconnaître dans l'animal son témoin, son altérité irremplaçable. » - George Steiner.

DISTINCTIONS

Les images de Vincent Gesser ont été primées dans des concours photo internationaux, notamment celui du Festival international de la Photo Animalière et de Nature de Montier-en-Der et ceux de One Eyeland, d’Oasis Travel et de la Royal Photographic Society.

Publications:

“La dance du Lion et du Topi”, article de 7 pages dans le mensuel en ligne « Wild Planet Photo Magazine » (Mai et Novembre 2014)

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

Conférences:

« 80 degrés d'écart », pour Canon dans le cadre du 18ème Festival de la Photo Animalière et de Nature de Montier en Der (Novembre 2014)

« Face à face avec le Kenya sauvage », Canon dans le cadre du 17ème Festival de la Photo Animalière et de Nature de Montier en Der (Novembre 2013)

« A pied parmi les géants d’Afrique », pour Canon dans le cadre du 18ème Festival de la Photo Animalière et de Nature de Montier en Der (Novembre 2013)

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

LIENS