Artistes animaliers

GERAULT Sophie

« Ce bien-être que nous recherchons, il nous est donné par la beauté du monde. L'observer, la contempler, c'est un principe de régénération comme l'oxygène »

Jacques Perrin

Mes sculptures sont mes souvenirs de ces heures heureuses passées à admirer la magnificence de la nature, à observer la faune sauvage dans son habitat naturel et à savourer le privilège d'être tolérée, l'espace d'un court moment, dans son royaume  hélàs de plus en plus menacé de disparaître.

De ces moments précieux, je tire une grande gratitude pour le simple fait d'être vivante et capable de savourer toute cette beauté, un sentiment d'appartenance à cette nature dont nous ne sommes qu'une petite partie et beaucoup d'humilité car le monde sauvage nous rappelle que nous ne sommes pas les maîtres du monde. Quand nous nous retrouvons vulnérables dans des univers parfois hostiles comme les grands déserts de l'Afrique et des Amériques, les dernière forêts primiaires du nord du Canada, les savanes et les jungles,  nous ne sommes tolérés qu'en montrant du respect pour la faune qui y vit.

Quand une mère grizzly vous accepte à quelques dizaines de mètres d'elle-même et de ses petits, c'est parce que votre comportement lui laisse penser que vous n'êtes pas un danger, que vous respecterez les distances et l'attitude qui s'imposent.

Quand un grand félin d'Afrique vous laisse le regarder longuement dans les yeux, à quelques mètres seulement qu'il pourrait franchir d'un bond, il ne le fait que parce que vous êtres respectueux.

Notre monde a tendance à oublier qu'il est impératif de respecter la nature et tous ses habitants, la terre ne nous appartient pas, nous devons la partager avec les autres créatures.

Comme disait Saint-Exupéry ; « Nous n'héritons pas la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants »

J'espère que nos enfants et petits-enfants pourront eux aussi encore admirer les ours polaires, les baleines, les grands fauves et toutes ces merveilleuses créatures que mon mari et moi aimons tant aller observer.

J'aime passionnément ces moments de communion avec la nature, et entre deux voyages, de même que certains écrivent leurs récits de voyage, j'aime fixer dans la terre, puis dans le bronze, mes souvenirs de ces moments privilégiés. J'adore sentir sous mes doigts naître les formes et les volumes, puis voir s'opérer la magie du bronze.

Je m'implique autant que possible dans les différentes phases de la fabrication des  bronzes :  moulage, tirage des cires et patines.

 

Sculpter est ma passion, une façon de prolonger le voyage et de revivre l'émotion de ces rencontres et de les partager, un hymne à la beauté de la nature et à la vie sauvage si souvent menacée.

 

Entretien avec...

Votre rapport avec la faune

Pourquoi avoir choisi l'animal sauvage comme thème privilégié ?

Parce que l'observation de la nature et des animaux sauvages, du cerf de la forêt de Rambouillet aux fauves de l'Afrique en passant par les ours du Canada et les pingouins de Magellan est une de mes passions.

Un élément déclencheur ? 

Une mère artiste m'a sensibilisée très tôt à la beauté sous toutes ses formes, et le monde animal m'a toujours intéressée depuis l'enfance.

Puis les voyages que j'ai pu faire avec mon mari m'ont permis d'aller observer la faune sauvage dans diverses régions du monde.

J'ai de toute façon toujours été attirée par l'ailleurs, les aventures, les découvertes et les expéditions.

De mes lectures d'enfance, que je relis souvent, Kessel, Karen Blixen, Henry de Monfreid, Jack London, James Oliver Curwood m'ont fait rêver d'aventures et d'animaux sauvages.

Si j'étais un animal sauvage ? 

Très difficile de choisir. 

J'aime l'ours pour sa puissance et son intelligence (d'après certaines tribus l'ours est un des ancêtres de l'homme « l'ours a gravi la montagne, au somment il s'est redressé et quand il est redescendu il était un homme », l'éléphant ce gentil géant si attentionné et compatissant pour sa famille, le léopard pour son incroyable beauté et son élégance, le loup pour son regard et son hurlement qui me donnent des frissons.

Vraiment je ne sais que choisir.

Peut-être quand même l'ours car mon amour du calme et de la solitude me font souvent passer pour un peu ours moi-même.

Un animal disparu qui reviendrait ?

Un T-Rex ou autre diplodocus pour faire plaisir à mes petits-fils.

Un animal fantastique qui existerait ?

La licorne pour faire plaisir à ma petite-fille en pleine phase « licorne »

Une belle émotion ou rencontre avec la faune ?

Là encore trop de choix.

Mais si je devais choisir, probablement la rencontre avec le légendaire et rarissime ours de Kermode ou Spirit Bear dans des îles du nord de la Colombie Britannique.

Là-bas la nature est intacte et dans la dernière forêt primaire de l'hémisphère nord, dans une nature d'une beauté incroyable, cet ours, objet de notre voyage, qui vient se faire admirer durant la dernière demi-heure de notre dernier jour dans ces territoires enchantés.

Avant nous avons pu rencontrer, de très près parfois, des ours noirs, des grizzlys, des baleines ou marsouins, des pygargues et des phoques qui pêchaient juste sous notre fenêtre, mais cette rencontre là a été un grand moment.

Cet ours noir, qui est blanc en raison d'un gène récessif touchant moins de 2% de la population n'existe que dans ce coin perdu du monde.

Il a toujours été sacré pour les peuples autochtones et jamais chassé : le Spirit Bear ou Ours Esprit.

Une grande chance !

 

Un lieu mythique ?

Pour rester dans les ours, le Kamtchatka, Nunavut/Artic Bay ou Resolute Bay pour voir des narvals, le tigre blanc de Sibérie ou la panthère des neiges.

 

L’art animalier

Votre oeuvre à laquelle vous tenez particulièrement ?

Je les aime toutes car elles sont toutes de précieux souvenirs.

La pièce à laquelle je tiens le plus n'est pas un animal et pas forcément la plus aboutie.

C'est une petite tête faite rapidement et quand je débutais le modelage mais que j'ai réalisée en bronze moi-même, étape par étape, au cours d'un stage passionnant qui m'a donné ce virus du bronze qui ne m'a plus lâché.

C'est ce qui a tout déclenché. Le premier bronze.

Un maître à penser ?

Sir David Attenborough

L’œuvre d ‘un confrère que vous auriez aimé créer ?

J'aime particulièrement le travail de  Jürgen Lingl, Gambino, Pierre-Jean Chabert, Vassil. Et beaucoup d'autres mais ce sont les noms qui me viennent tout de suite à l'esprit.

Et la technique ?

Le Bronze bien sûr !

L’endroit secret , qui vous inspire tout particulièrement pour créer ?

Mon activité ne se pratique pas en plein air même si ce sont nos voyages qui m'inspirent, je crée donc mes pièces dans mon petit chalet adossé à un bosquet de charmes dans le calme du jardin.

Des conseils ? 

Faites les choses avec passion (et patience, moins facile mais nécessaire).

Passion : Si on aime ce que l'on fait, ça transparaît dans le résultat et vos pièces toucheront alors le public.

Patience : car à moins d'être le Mozart de la sculpture, il faut du temps pour ne pas bacler en se laissant porter par son seul entousiasme, il faut accepter de rater des pièces et analyser pourquoi. Avant ma première exposition, j'ai rencontré le sculpteur Vassil qui m'a dit «  persévérez, il faut 10 ans pour faire un sculpteur »

Et n'hésitez pas à demander conseil, à observer les œuvres de vos artiste préférés, à les questionner si vous avez la chance de les rencontrer. Les critiques constructives permettent de progresser.

 

Biodiversité

Des urgences ? 

Le braconnage, notamment des éléphants et rhinocéros pour leur ivoire, me révolte.

La déforestation à outrance est aussis un grand souci car les conséquences sont graves et il faut tellement de temps pour reconstituer ce qui a été détruit.

Quant au climat, comment ne pas s'en préoccuper, même si les solutions ne sont pas si simples à mettre en place. Les gna-ka-fokons sont faciles à exprimer mais changer, au niveau mondial, nos modes de fonctionnement est une tâche herculéenne.

Une suggestion pour aider à sensibiliser le grand-public ?

Je ne prétends pas avoir la recette miracle pour remédier à la situation et changer les choses, mais je crois fermement aux petits gestes de chacun, répétés des millions et des millions de fois pour faire une différence. Pour le simple citoyen, c'est peu de choses mais si tout le monde le fait ça peut aider.

Une association de protection à mettre en avant ?

Plutôt optimiste ou pessimiste pour l’avenir ?

Je suis d'une nature résolument optimiste mais je dois avouer que, en ce qui concerne notre belle nature, je suis parfois inquiète, notamment pour ce que nous allons laissser à nos petits-enfants en termes de biodiversité et de richesses naturelles. Mais le pire n'est jamais certain, alors....

 

Distinctions & Parutions

Expositions

Planifié en 2023
Février Salon Art Capital – Grand Palais Paris
Société des Artistes Français
Mars Salon de la Chasse et de la Faune Sauvage (Mantes la Jolie)
Mai Exposition à la Galerie de Pontaillac (Royan 17)
Permanente Galerie La Barbacane – Cordes-sur-Ciel (81)
Galerie en ligne Bronzeonly.fr

2022
Novembre Animal Art Paris
Permanente Galerie La Barbacane – Cordes-sur-Ciel (81)

2021
Novembre/décembre Salon National des Artistes Animaliers Français
Novembre
Septembre Animal Art Bruxelles
Juillet/décembre Galerie La Barbacane – Cordes-sur-Ciel (81)

2020
Décembre Animal Art Paris Online
Juin Centre Culturel – St Georges de Didonne (17)

2019
Novembre Animal Art Paris
Septembre Salon d'Automne - Abbaye de Sorrèze (81)
(Grand Pix du Jury)
Juillet Tour Adélaïde – Burlats (81)
Mars Concept Store Gallery – Paris 6ème
Janvier Concept Store Gallery – La Baule (44)

2018
Mai Art Shopping – Carousel du Louvres Paris
Juin/Décembe Concept Store Gallery – La Baule (44)

2017
Septembre Salon d'Automne – Abbaye de Sorrèze (81)
(Prix du Conseil Départemental)
Salon d'Automne – Colomiers (31)
Juin Galerie Blin – Montfort l'Amaury (78)
Galerie Blin – Paris 7ème

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

Sculpture, artiste animalier

Pages personnelles