Artistes animaliers

PENICAUD Alicia

Née dans un département entouré de nature, celle-ci guide directement mes travaux pour lesquels j’utilise des techniques traditionnelles.

Mes réalisations se font aux crayons de couleurs, pastels, graphite, encres aquarelles...

Après un cursus en école d’art, dont je sors diplômée en 2011, je renforce mon lien au dessin en commençant la série Métamorphoses, inspirée par la faune et la flore de nos régions mêlées à mes références littéraires fantastiques.

Au fil du temps, j’ai développé un style réaliste et onirique, qui me permet une grande précision et liberté dans mes compositions.

Je me passionne pour l’ornithologie et l’entomologie, qui donnent naissance à des illustrations d’inspiration naturalistes.

Aujourd’hui, je suis installée dans la région de Nouvelle-Aquitaine entant qu’illustratrice freelance.

Retrouvez ici son interview sur le site Ornithomedia

 

INTERVIEW

 

Pourquoi avoir choisi l'animal sauvage comme thème privilégié ?

C’est un sujet dans la continuité de mon parcours créatif amorcé lors de mes études d’art. Je travaillais autour du thème de l’attraction/répulsion, l’animal sauvage en est le parfait exemple, à l’image du loup qui fascine et inquiète à la fois. Je me suis petit à petit mise à créer des compositions présentant des animaux sauvages dits nuisibles en cherchant toutefois à les mettre en valeur.

Un maître à penser ? 

Pas spécialement. Je suis admirative des gens qui s’engagent activement ou qui dédient leurs vies à la connaissance et à la protection de la nature.

Un élément déclencheur ? 

Petite, je regardais beaucoup de documentaires animaliers, je me rappelle notamment les émissions d’Allain Bougrain-Dubourg.

J’ai toujours été sensible à l’environnement et surtout à la condition animale, et il y a quelques années, j’ai été frappée par le film Baraka de Ron Fricke, de par la puissance de ses images et l’intelligence du montage en confrontant les relations entre nature et Homme. Dans la scène d’ouverture où l’on voit les singes du japon dans les sources chaudes, leurs regards captés sont si humains, c’est saisissant.

Puis, la série Genesis du photographe Sebastiao Salgado, que j’ai découvert avec le film de Wim Wenders Le Sel de la Terre, m’a tellement touchée par son esthétique, sa maîtrise technique et le message d’espoir qu’elle dégage. Sans pour autant être de réels déclencheurs, J’ai été très réceptive à la beauté et la fragilité du monde montré dans ces deux films.

Votre oeuvre à laquelle vous tenez particulièrement ? 

La chouette Effraie, est une illustration que j’affectionne particulièrement. La composition est simple mais chaque élément à une signification pour moi. Puis, elle n’est pas purement naturaliste, il y a une dimension surréaliste en plus, chose que j’aime apporter à mes dessins. Cette illustration représente bien ma démarche de création.

Si j'étais un animal sauvage ? 

C’est trop difficile de choisir.

Une belle émotion ou rencontre avec la faune ?

Le suivi migratoire que l’on fait avec des amis sur le site de Flavignac en Haute-Vienne. C’est vraiment une émotion très particulière chaque année.

Puis nous sommes directement témoins de la bonne évolution ou non des espèces.

Un animal disparu qui reviendrait ?

Le Grand pingouin, à l’histoire vraiment tragique, qui a disparu directement par la faute de l’Homme…

Un animal fantastique qui existerait ?

Le dragon blanc Haku du film Le voyage de Chihiro de Miyazaki, pour sa grâce et sa bienveillance

Votre endroit préféré, qui vous inspire tout particulièrement pour créer ?

A mon atelier. J’ai adapté un espace de travail pour y avoir tout mon matériel à portée de main. Ce n’est pas spécialement inspirant mais plutôt pratique.

Un lieu mythique ? 

Le Costa Rica pour la richesse de sa faune et de sa flore et car il n’est pas encore trop dénaturé par le tourisme.

Et la technique ?

Je mélange plusieurs techniques notamment les crayons de couleur et l’aquarelle pour parvenir au rendu voulu. J’aime aussi travailler avec le graphite, je trouve le tracé net et précis ce qui convient bien à l’hyperréalisme que je recherche.

Des urgences ? 

Au niveau environnemental je crois que tout devient urgent…

Des conseils ?

Je pense que le plus important est de ne pas se décourager et de persévérer. Pour ma part, je ne fais pas que des illustrations animalières, je réponds à différents projets que ce soit pour les professionnels ou pour les particuliers.

Je diversifie également mes revenus en proposant des produits dérivés de mes travaux via ma boutique en ligne présente sur mon site.

Une suggestion pour aider à sensibiliser le grand-public ?

Je suis convaincu qu’il faut apporter très tôt la connaissance de l’environnement et éduquer dans ce sens pour sa préservation.

Beaucoup d’associations œuvrent dans cette voie et leurs actions doivent être valorisées.

Une association de protection à mettre en avant ?

SOS Faune sauvage en Limousin, les bénévoles font un travail admirable pour la protection et la valorisation de la faune sauvage.

En plus de recueillir et soigner des animaux blessés, ils mettent également en place des opérations de médiations et de sensibilisations à l’environnement à destination de divers publics.

Pour conclure ?

Merci pour l’invitation !

DISTINCTIONS

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

LIENS