Artistes animaliers

PICAVET Françoise

Nous nous sommes rencontrés à Ménigoute 2021. Françoise Picavet y présentait son travail et nous avons pensé que sa présence sur faunesauvage.fr s'imposait naturellement.

D'autant que son art est également pédagogique, à travers l'ouvrage qu'elle a publié.

 

Elle n'a pas été longue à répondre favorablement à notre sollicitation!

Et voilà!

Contact si besoin : http://www.francoise-picavet.com ; 06 15 63 89 89 / 09 52 13 04 24

INTERVIEW

Votre Parcours en quelques mots ? Je suis née en 1955, mes parents ont déménagé à Villard de Lans dans le Vercors quand j’ai eu 4 ans. J’ai eu la grande chance (je m’en suis aperçue après...) d’avoir grandi en pleine nature et d’être libre d’aller où je voulais avec mes 2 frères et ma sœur.

Le cheval a toujours été ma 2ème plus forte passion, avec la faune sauvage, et je me suis tournée vers le métier de lad dans des écuries de courses à l’âge de 18 ans. En parallèle, je passais des heures à le dessiner, avec mes petits moyens et mes petites connaissances, puis au fur et à mesure que j’en apprenais plus sur lui, en le touchant, en exposant dans des salons du cheval, j’ai pu me spécialiser dans son portrait et commencer à en réaliser. J’en suis à ce jour à 305 (novembre 2021) et continue sur cette lancée.

Maintenant je me suis orientée aussi vers la faune sauvage car, habitant en Franche Comté, il m’est facile de la voir et de rencontrer des passionnés, de participer à des festivals naturalistes.

Je donne aussi des cours de dessin, anime des ateliers dessin-modelage pour tous les publics.

Vos actions en cours et à venir en quelques mots ? Mon objectif est de faire connaître toujours plus mon travail, de continuer à participer à des festivals, conseiller les personnes qui veulent apprendre à dessiner ou peindre pour se faire plaisir, tout en pensant à sensibiliser le public lors de mes interventions.

Quels sont vos maîtres à penser, vos références culturelles ? Je suis très admirative d’un artiste hollandais, Rien POORTVIELT, qui a réalisé de très nombreux dessins et peintures sur son environnement, ses animaux familiers mais aussi la faune de son pays, en leur donnant toujours une incroyable expression naturelle. Chaque œuvre a une véritable ambiance.

Rien Poortlivet

Pourquoi cet intérêt / cette attirance pour le sauvage ? Cette attirance fait partie du besoin que j’ai de me sentir bien dans mon élément qui est la Nature tout simplement, de comprendre la façon de vivre d’un animal, ce dont il a besoin, d’observer les interactions entre les espèces qui se côtoient.

Si vous étiez un animal sauvage (un ou deux), le(s)quels? J’aimerais être un oiseau qui puisse marcher, courir, nager, plonger et voler… et être invisible des chasseurs.

La ou les deux plus belles rencontres / émotions de rencontre de vie/faune sauvage ? J’ai été très agréablement surprise par le comportement de couples de moyens-ducs et des engoulevents qui viennent vous observer de près. Cela m’est arrivé à plusieurs reprises.

Autre moment touchant lors d’une balade printanière, une chevrette que j’ai surprise près d’un chemin qui est partie d’un côté en laissant son faon à environ 25 m. Celui-ci l’a appelée puis s’est dirigé vers moi jusqu’à 2-3 m, et est retourné dans le bois retrouver sa maman.

Votre/vos lieux de nature préféré ? Les forêts les plus possible sauvages et denses, le bord de l’océan avec des rochers, les chaos granitiques, des petits défilés rocheux avec des rivières, la montagne.

Le lieu mythique où vous rêvez d’aller ? En Nouvelle Zélande pour la variété de ses paysages.

L’œuvre qui vous semble symboliser le mieux votre parcours ? Un rêve que j’ai réalisé est la rédaction et l’illustration de mon livre « Dessiner les chevaux et les poneys », édité chez Belin en 2006 et re-édité en 2018.

Etant entièrement autodidacte dans mon activité artistique et ayant beaucoup « galéré » à trouver seule toutes mes techniques, je voulais aider les personnes à acquérir plus facilement des connaissances en leur expliquant le maximum de choses par cet intermédiaire.

Quel matériel et quelles techniques utilisez-vous pour rencontrer la vie sauvage ? Je sors dès que je peux dans la nature, de jour comme de nuit, avec mon chien qui n’est pas du tout chasseur mais me signale par son comportement une présence, un bruit. J’ai toujours un appareil photo (un bridge) et une paire de jumelles. Je n’emmène pas toujours de quoi dessiner, mais j’essaie de me rappeler des ambiances, des lumières… Je me pose aussi dans les lieux où je sais que je verrai des animaux, de jour comme de nuit.

Un conseil au débutant dans votre activité ? Pour une activité artistique naturaliste, il faut acquérir des connaissances comme on peut - l’observation est le maître mot - et le côté artistique que l’on peut apprendre, en étant conseillé pour aller plus vite. Je dis toujours aux débutant-es que si ils-elles sont motivé-es et prennent le temps nécessaire, ils-elle vont y arriver.

Un animal disparu revient, lequel ? Je rêve de voir des dodos, oiseaux tellement incroyables par leur physionomie, et pour faire prendre conscience à l’homme de la stupidité de l’avoir fait disparaître.

J’aimerais bien voir des dragons et voler avec eux…

Une urgence pour la vie / la faune sauvage ? Difficile de sélectionner une urgence, mais une de celles qui me révoltent le plus est la destruction des renards, blaireaux et autres mustélidés.

Une catégorie d’hommes devrait faire partie du lot, ceux qui s’acharnent à leur perte. Quand comprendront-ils qu’il n’y a que nous qui ne sommes pas utiles sur terre ?

Une initiative prise ou à prendre en faveur de la faune sauvage, laquelle ? Le respect du loup devrait être effectif et non théorique pour faire plaisir aux bergers qui ne cherchent pas à s’adapter et le comprendre. Son rôle est primordial dans l’équilibre faunistique et végétal.

Une association qui vous tient à cœur ? Je suis adhérente et bénévole active et engagée à la Ligue pour la protection des oiseaux. J’aurais pu adhérer à une autre mais il s’est trouvé que c’est celle-ci que j’ai rencontrée à un moment donné. Grâce à elle j’ai appris beaucoup de choses, participer à de nombreuses formations et rencontres nationales. Je suis membre du CA de la Bourgogne-Franche-Comté.

Pour conclure, vous disparaissez ce soir, qu’aimeriez-vous laisser comme message aux autres ?

Continuez à prendre le parti de la Nature, elle est bien plus résiliente que l’espèce humaine et c’est peut-être elle qui nous sauvera.

DISTINCTIONS

Un ouvrage pédagogique

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

LIENS

Facebook :

Instagram :