Livres naturalistes, Essais

“Manières d’être vivant”, le nouveau Morizot, de nouvelles pistes de terrain et de réflexion

Après "Sur la piste animale", Baptiste Morizot propose un deuxième opus dans la collection “Mondes sauvages”. Ce livre approfondit une série d’enquêtes philosophiques fondées sur la pratique du pistage. Il s’agit de pister à la fois les vivants sur le terrain, et les idées que nous nous faisons d’eux dans la forêt des livres et des savoirs. Ici, on piste une meute de loups dans la neige du Vercors, enquêtant sur le sens mystérieux des hurlements qu’on échange avec eux dans la nuit. Là, on traque dans l’histoire de notre culture l’apparition de l’idée d’animal. Plus loin, on remonte les traces de nos ancêtres jusqu’aux éponges de mer.
On cherche aussi les empreintes laissées dans nos éthiques par les animaux intérieurs, ceux que l’on convoque comme métaphores de nos passions. On part enfin pister les interdépendances d’un écosystème provençal peuplé de prairies, de brebis, de bergers et de prédateurs, pour imaginer une autre politique du
vivant. Ces expéditions se proposent de rouvrir des chemins de sensibilité au vivant, pour apprendre à les fréquenter et les considérer différemment. Les animaux sont bien plus que des personnages de fables pour enfants ou des bêtes moins évoluées que nous. Ils sont les cohabitants de la Terre avec qui nous
partageons une ascendance, et ainsi l’énigme d’être vivant. Le mystère d’être un corps, un corps qui interprète et vit sa vie, est partagé par tout le vivant : c’est la condition vitale universelle, et c’est probablement elle qui mérite d’appeler le sentiment d’appartenance le plus puissant.
Voilà le paradoxe : ils sont à la fois des parents, puisque nous avons des ancêtres communs, et des étrangers, puisque leurs corps, si différents du nôtre, ouvrent pour eux des formes d’existence d’une profonde altérité. Ce livre approche les animaux, humains compris, comme autant de manières d’être vivant.
Et la question politique par excellence de comment vivre en commun dans un monde d’altérités trouve alors d’autres implications, et d’autres ressources.
Ce livre approche les animaux, humains compris, comme autant de manières d’être vivant. Et la question politique par excellence de comment vivre en commun dans un monde d’altérités trouve alors d’autres implications, et d’autres ressources.
"Combien de fois n’avons-nous rien vu de ce qui se tramait de vivant dans un lieu ? Probablement chaque jour. C’est notre héritage culturel, notre socialisation qui nous a faits ainsi, il y a des raisons et des causes à cela. Mais ce n’est pas une raison de ne pas se battre. Pas de reproches, mais une certaine tristesse à l’égard de cette cécité, de sa portée, et de sa violence innocente. C’est un enjeu majeur que de réapprendre, comme société, à voir que le monde est peuplé d’entités autrement prodigieuses que ne le sont les collections de voitures et les galeries des musées. Et de reconnaître qu’elles exigent une transformation de nos manières de vivre et d’habiter en commun."
".....L’énigme toujours intacte d’être un humain est plus riche et plus poignante quand on la partage avec les autres formes de vie de la grande famille, quand on leur prête attention, quand on fait justice à leur altérité. Ce jeu de parenté et d’altérité avec les autres vivants, les causes communes qu’ils font lever en politique vitale, participe de ce qui rend si riche le “mystère à vivre” d’être un humain."
Baptiste Morizot
Baptiste Morizot est écrivain et maître de conférences en philosophie à l’université d’Aix-Marseille. Ses travaux, consacrés aux relations entre l’humain et le vivant, s’appuient sur des pratiques de terrain.
Il est l’auteur des Diplomates. Cohabiter avec les loups sur une autre carte du vivant (Wildproject Éditions, 2016) et, chez Actes Sud dans la collection “Mondes sauvages”, de Sur la piste animale (2018).
Postface (extrait)
"Pourquoi c’est important ? Pourquoi c’est si important ? 
Qui, quoi ? Eh bien ce livre. Et plus largement, tous les livres de Baptiste Morizot (...)
"Baptiste Morizot est un grand philosophe, pour une raison (et d’une façon) très belle : il met la vie à l’intérieur de la pensée. La sienne tout autant que la nôtre si ces trivialités propriétaires ont le moindre sens dans un champ qui traverse tout et tous (...)
Dans ce champ désormais intense et disputé, au meilleur sens du terme, qu’est la pensée écologique contemporaine, Baptiste Morizot est une porte. Il ouvre sur l’après. Non parce qu’il anticiperait mieux que quiconque ou qu’il projetterait plus loin ses visions. Précisément l’inverse : parce qu’il est là quand beaucoup trop d’autres regardent ailleurs (j’entends : derrière nous, au-delà, de trop loin ou de trop haut, à la manière d’aigles myopes). Parce qu’il habite le présent de nos relations, qu’il s’y place comme au nœud de l’écheveau et nous fait ainsi toucher ce que nous pouvons être et comment cohabiter ensemble une fois cette absurdité abyssale d’un monde coupé du monde dépassée."
Alain Damasio
Editions ActesSud
Rencontre avec l'auteur
29 janvier à 19h30, rencontre-dédicace à la librairie Le Monte-en-l’Air (2 rue de la Mare, 75020 Paris) ;
30 janvier à partir de 18h à la Marbrerie de Montreuil, Alain Damasio reçoit Baptiste Morizot dans le cadre de La nuit des vivants vivants ;
4 février à 20h , au Théâtre du Rond-Point, Alain Damasio et Pablo Servigne reçoivent Baptiste Morizot à la soirée d’ouverture de Réparer le monde - Nos disques sont rayés #4

La collection Mondes Sauvages d'Actes Sud, en savoir plus : DP Mondes sauvages

 

 

 

Code EAN

978-2330129736

Editeur

Date de parution

Tranche d'âge

2020-02-05

Nombre de pages

Collection

336
Mondes sauvages

EN LIEN AVEC LE SUJET

SITE WEB