Photographes animaliers

PERCHERON Pascal

Je suis tombé dedans assez jeune, dès que mes parents ont quitté Paris pour la Seine et Marne. J’étais déjà lecteur de livres et d’albums sur les animaux.

Ensuite il y eu une rencontre déterminante avec Raymond Delayen qui était également mon prof de biologie de l’époque, Il était photographe animalier et faisait des projections «  diapo en fondue enchainée »

Je l’ai accompagné dans ses sorties, proches ou plus lointaines. La révélation a été la première écoute du brame du cerf. Les soirées passées à l’affut en bordure de clairière restent ancrées. D’autres sorties plus rustiques  également; l’observation des castors réintroduits dans les années 70 sur le Bourdon dans l’Yonne. Soirées glaciales mais passionnantes. Ils ont malheureusement terminé leurs jours dans un zoo devant la vindicte populaire…

Et puis les récits des voyages lointains … Un parfum d’aventure cat dans les années 70-75, il n’y avait pas d’agence de voyage spécialisée. Il fallait se débrouiller seul.

Il a fallu attendre que je gagne ma vie pour investir dans du matériel photo digne de ce nom. D’abord un 300 f4 puis plus tard un 500.

Le second déclencheur, c’est l’arrivée en Bretagne, il y a 20 ans. Lé région est composée de territoires multiples et variés qui abritent tous, des espèces différentes. Réaliser des images ici permet de faire connaitre aux autres les richesses qui les entourent.

Les images que je réalise illustrent lorsque l’on me le demande certains atlas régionaux ; Chaque année, Je participe à l’exposition de l’Association des photographes Animaliers Bretons. Nous déposons notre candidature pour exposer dans différents festivals. La rencontre avec le public permet de parler photo mais également de sensibiliser à la protection de la biodiversité.

La photo animalière, c’est également une histoire d’amitié. Des sorties, proches ou lointaines, partagées avec quelques autres photographes.

Pascal est Président de l’Association des Photographes Animaliers Bretons (APAB)

Entretien avec...

Pourquoi l'animal sauvage ?

Instinct de chasseur ? Sûrement un peu mais sans vouloir nuire.

Passion installée depuis l’adolescence grâce à des rencontres importantes : des hommes passionnés et passionnants qui avaient la volonté de transmettre leurs connaissances, des lieux superbes et surtout des sorties communes chargées d’émotion.

Un maître à penser ? 

Pierre Rabhi, Humaniste et agriculteur…

Une œuvre marquante ?

La fête sauvage et La griffe et la dent. Cela commence à dater mais ce sont des films que j’ai vu lorsque j’étais jeune et dont je me souviens encore. Il y a également tous les documentaires animaliers que je ne ratais que rarement lorsque j’étais gamin.

Si j'étais un animal sauvage ? 

Le loup, pour être un de plus…

Une belle émotion ou rencontre avec la faune ? 

Ma première rencontre avec les ours. Observation en forêt, en billebaude en fin de journée grâce aux informations d’un garde. Pas de photos correctes ce jour-là mais des images plein la tête encore aujourd’hui.

Dans un autre registre, moins « exotique », je sais que plusieurs renards vivent dans mon jardin de ville. Les vidéos prises par des pièges photos l’attestent régulièrement. Une portée a vu le jour l’an passé et les renardeaux trainaient en pleine journée près de la terrasse. Je n’ai effectué que deux séances photo depuis quatre ans pour éviter de les déranger. Savoir que le jardin est occupé par Goupil même si je ne le vois pas tous les jours me réjouit. Il a à disposition un havre de tranquillité.

Un animal disparu qui reviendrait ?

C’est Impossible. Je préfèrerai donc que l’on protège efficacement ceux qui sont en danger actuellement et qui sont tués avec l’aval des autorités.

Il y a bien sur les grands carnivores mais également tous les passereaux qui paient un lourd tribu dans certaines régions.

La photo ou la série à laquelle vous tenez particulièrement ?

Celle de la renarde, réalisée de nuit au 40 mm dans mon jardin. Elle correspond presque exactement à l’image que j’avais en tête avant de la réaliser. Il m’a fallu apprendre à utiliser avec précisions les flashs. Un mois de repérage et de préparation ; Plusieurs caméras pour comprendre son comportement et une seule soirée d’affut pour qu’elle ne s’enfuit pas ensuite.
RENARD P Percheron

Spot préféré ?

Une zone humide proche de chez moi, interdite aux chasseurs, où je peux aller quand je le souhaite sans risque de dérangement. J’ai l’autorisation du propriétaire et j’ai pu installer des affuts intégrés. On y trouve peu d’animaux (nombre d’individus) mais une variété importante notamment lors des passages migratoires. C’est une vraie chance.

Un lieu mythique ?  

Les espaces du grand nord ou du grand sud.

Des envies d’Alaska, de Highlands mais également de Patagonie et de mers du sud.

Et la technique ?

Elle m’intéresse et j’essaie de progresser à ce niveau. Je pense qu’elle est indispensable mais doit devenir un automatisme. Elle peut être utile pour faire des photos sans dérangement, c’est le cas du piégeage photo par exemple. J’ai actuellement un projet qui m’impose d’apprendre à faire des images autrement. Personne ne m’y oblige mais je trouve cela stimulant. Cela évite de tomber dans une routine même si parfois je pense que je n’ai pas assez de temps à consacrer à la photographie pour m’engager dans ce type de démarche.

Des urgences ? 

L’impact du réchauffement climatique bien évidemment en dehors du cirque médiatique qui peut entourer certaines manifestations. J’essaie de modifier à mon niveau certaines pratiques (co voiturage, mode de chauffage, circuits courts)

Ce qui m’attriste également, c’est le peu d’importance accordée par certains hommes ou certaines femmes politiques à la préservation de la biodiversité. Ils sont, je pense ou j’espère, en total décalage avec les habitants de ce pays.

Des conseils ? 

Prendre son temps et être exigeant.

Prendre son temps : Aucune photo ne peut justifier la mise en danger d’une espèce ou d’un site naturel. Certaines images réalisées cette année ont été pensées ou rêvées il y a 2 ou 3 ans, voire plus. D’autres ne seront peut-être jamais réalisées. Tant pis ou tant mieux ??

Le repérage est essentiel et prend du temps, il faut ensuite installer un affut discret qui ne peut être repéré par d’autres bipèdes. S’assurer qu’aucun élément « parasite » ne viendra attirer l’œil, une fois l’image réalisée. Il faut ensuite y passer « des heures »

Etre exigeant. Aucun compromis sur la netteté. Pas d’aile coupée sauf intention délibérée. Il faut également choisir la bonne lumière et la bonne attitude. Sans ces éléments, je pense que la photo doit aller à la corbeille (sauf document naturaliste)

Les personnes qui viennent voir les expositions ou écouter mes interventions évoquent souvent le matériel et la chance. Le matériel est surement important. Par contre la chance se gagne en étant présent sur le terrain quel que soit le temps qu’il fait.

Une association à mettre en avant ?

Elles sont nombreuses, certaines très connues comme la LPO

D’autres rayonnent au niveau international : Sea Shepherd

D’autres enfin sont plus locales mais ont une action très importante « volée de piafs »  à Languidic par exemple

Difficile de les citer toutes.

Pour conclure ?

Il faut que notre passion solitaire puisse servir aux modèles que nous photographions ou observons sur le terrain. Ce n’est pas toujours facile mais sûrement essentiel. Partager nos rencontres, donner envie aux autres de regarder, de s’émouvoir, de respecter et de protéger sans vouloir pour autant donner des leçons, peut donner du sens à cette activité.

Sinon à quoi cela sert-il de remplir des disques durs ?

Merci infiniment pour cet entretien.

 

 

Distinctions & Parutions

Parutions

J’ai rédigé un article pour le n°65 Image et nature. J’y présente une technique d’affut « enterré » que j’utilise dans la baie du Mont St Michel

Participation aux livres suivants :

D’Armor en Argoat, Regards sur la Bretagne sauvage – Cloitre - APAB

Atlas des oiseaux nicheurs de Bretagne – Bretagne Vivante – Delachaux et Niestlé

Atlas des mammifères – Groupe mammalogique Breton - Cloitre

Sur la piste des mammifères sauvages - Haffner – Savouré Soubelet – Dunod

Images primées

1er prix Festimages 2015 Nature Monde et Europe « Nature sauvage en ville et jardins"

RENARD P Percheron

2ème prix grand ouest Festimages 2014

6629106_orig

Concours LPO Champagne Ardennes - Photo du mois d'octobre 2013

5425324

2ème prix catégorie mammifères - festival international de Menigoute 2011

5119511_orig

1er prix Mammifères grand ouest Festimages 2011

5723715_orig

Expositions

  • Deux photos ont été sélectionnées pour l’exposition Maison de la Baie Réserve Hillion (22)
  • Une exposition commune avec Christophe Rousseau (APAB) . Elle s’intitule « Vols de nuit » et présente quelques espèces de chiroptères bretons en vol. L’exposition sera visible de mars à avril à la maison de la chauve-souris de Kernascléden
  • L’exposition collective de l’APAB «  Parades et séduction – le temps des amours » Elle sera présentée à Festimages début février
  • Deux projections à la Maison de la Rance – Dinan «  Faire une image, l’envers du décors »

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

oiseau

Pages personnelles

Instagram :