Les structures à l’étranger

Alliance pour la conservation des Grands Singes en Afrique Centrale (A-GSAC)

L'Alliance est un réseau rassemblant les organisations de la société civile locale qui œuvrent pour la protection communautaire des grands singes des forêts du Bassin du Congo en Afrique centrale. Ce réseau fédère, à ce jour, 7 ONG actives et expérimentées, venant du Cameroun, du Congo, du Gabon et de la RD Congo. Il a été initié à partir des voyages d’échange d’expériences réalisés dès 2015 entre 6 ONGs (ESI Congo, MMT, Program, Gacebb, Erudef, TF RD), soutenues par le PPI du Fond Français pour l’Environnement Mondial. Par la suite, un premier atelier stratégique a été organisé en avril 2016 à Nkala (RD Congo) sur le site de l’ONG MMT et qui a permis de conforter la vision commune de travailler en réseau pour accroitre l’impact sur la conservation des grands singes. L’assemblée générale constitutive du réseau a eu le 16 octobre 2016 à Limbe et son enregistrement officiel à la préfecture de Yaoundé (Cameroun) est daté du 27 février 2017. Ses organisations membres travaillent en étroite collaboration avec les communautés et mettent en place des solutions locales/communautaires concrètes, intégrées et adaptées aux enjeux de protection des grands singes.

En tant que plateforme institutionnelle et technique, l’Alliance GSAC poursuit les objectifs suivants :

 Renforcer les capacités globales de la société civile du bassin du Congo travaillant dans la conservation communautaire des grands singes et de leur habitat, tout en contribuant significativement au développement local des territoires qui les abritent dans la sous-région.

  •   Promouvoir et renforcer la bonne gouvernance associative comme facteur clé pour améliorer les performances des organisations membres.
  •   Communiquer sur le travail des organisations membres et leurs contributions à la conservation des grands singes.

Dernières nouvelles du réseau : ICI

Première newsletter de l’Alliance pour la conservation des Grands Singes d’Afrique Centrale (A-GSAC). Ce réseau régional d’acteurs de la société civile africaine vise à améliorer la conservation de ces espèces à l’échelle sous-régionale et à soutenir une meilleure reconnaissance de la légitimité de la société civile sur cette problématique d’enjeu majeur.

Elle est pour l’heure le fruit d’une collaboration entre six ONG issues de quatre pays de la région (Cameroun, Congo-Brazzaville, Gabon, RDC).

 

Capture d’écran 2017-03-11 à 11.18.25

 

Capture d’écran 2017-03-11 à 11.29.32

Capture d’écran 2017-03-11 à 11.30.09

Rappel :Le 19 octobre 2016, s’est tenue à Limbé une Assemblée Générale (AG) constituante de l’Alliance pour la conservation des Grands Singes en Afrique Centrale (Alliance-GSAC en sigle). Cette AG est le résultat de discussions entreprises depuis le début d’année 2016 par 6 Organisations de la Société Civile (OSC) de 4 pays d’Afrique Centrale (AC), actives sur des questions de conservation de la biodiversité dans le Bassin du Congo, et réunies à Nkala (RDC) au mois d’avril 2016 pour un premier atelier stratégique à l’origine d’un plan d’actions de six mois actuellement en cours de mise en œuvre.

Au cours de cette réunion à Nkala, les 6 OSC ont décidé de s’organiser en réseau d’acteurs de la société civile africaine afin de mieux atteindre leurs missions et objectifs de conservation en renforçant la contribution des ONG locales d’Afrique Centrale à la conservation des grands singes et de leurs habitats.

Ainsi, lors du forum tenu à Limbé du 18 au 20 octobre 2016 à l’occasion du 10ème anniversaire du Programme des Petites Initiative (PPI), les 6 OSC se sont données rendez-vous en vue de concrétiser la création de la dite alliance par l’élaboration, adoption et signature des Statuts et Règlements d’Ordre Intérieur (ROI) du réseau, formalisant ainsi celui-ci en association de droit camerounais.

 

Pour de plus amples information, bien vouloir contacter: thomas.bacha@iucn.org

 

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE(S) EN LIEN AVEC LE SUJET

En rapport avec :

Grands singes, Faune sauvage

Article précédent

The Oceania project

Article suivant

Bonobo alive