Les structures en France

Bloom : contre la destruction de l’océan, du climat et des pêcheurs : bilan des derniers mois

Merci faire partie de notre communauté engagée contre la destruction des océans.

Ces six derniers mois notre lutte s’est portée sur de nombreux fronts et a permis des avancées extraordinaires pour l’océan. BLOOM n’a pas soufflé une seconde depuis le début de l’année et notre mobilisation a payé.

Nous avons dressé ci-dessous un bilan de mi-parcours de nos résultats les plus significatifs.

Nous avons lancé notre campagne pour obtenir des aires marines « vraiment » protégées

En l’espace de trois semaines, BLOOM a imposé un nouveau sujet à l’agenda politique et médiatique : la nécessité d’obtenir une « réelle » protection de l’océan car les aires marines dites « protégées » ne le sont en réalité pas le moins du monde !

A Bruxelles, l’équipe de BLOOM s’est mobilisée tout entière au Parlement européen pour que soit voté un amendement qui interdirait les méthodes de pêche destructrices comme le chalutage de fond dans les aires marines dites « protégées ». Ce faisant, BLOOM a révélé la vacuité des aires marines protégées (AMP) européennes, ainsi que l’imposture écologique d’Emmanuel Macron et de ses eurodéputés  « Marcheurs » qui ont défendu la pêche industrielle plutôt que la biodiversité et le climat.

En France, BLOOM a mis le gouvernement face à sa double faute. D’une part, nous avons pointé auprès de la Cour des comptes l’utilisation de plus de 5,3 millions d’euros de subventions publiques européennes pour la création d’aires marines protégées « à la française » complètement inefficaces. D’autre part, nous avons lancé un recours contre un décret dangereux du gouvernement qui permettrait à Emmanuel Macron d’atteindre les objectifs chiffrés de ses promesses de protection sans avoir à réellement protéger l’océan.

Nous avons gagné l’interdiction d’un engin de pêche destructeur : la senne démersale

Victoire ! Grace à une longue mobilisation de BLOOM avec les pêcheurs, le Parlement européen a voté, le 12 juillet, l’interdiction dans la Manche de la senne démersale — une technique de pêche dévastatrice.

C’était une question de survie pour les pêcheurs du Nord de la France et de Normandie. Après la pêche électrique, les navires industriels néerlandais ont inventé une autre manière de piller les eaux françaises en laissant sur le carreau des familles de pêcheurs locaux. Même si la première manche de la bataille est gagnée avec le vote en Commission de la pêche du Parlement, il faut désormais suivre de près les négociations de “trilogue” entre les trois institutions européennes (Commission, Parlement, Conseil) afin que l’interdiction soit finalement adoptée par l’UE (et pas uniquement par le Parlement) et mise en œuvre.

Nous avons révélé une fraude massive aux aides COVID des pêcheurs industriels néerlandais 

À la suite de l’alerte lancée par un pêcheur français et après des mois de reconstitution et d’analyse de données en collaboration avec Médiapart, BLOOM a révélé un nouveau scandale politique et financier : plus de 95% des navires néerlandais ayant reçu une subvention COVID ont triché à divers degrés et ont indûment perçu 5,8 millions d’euros, et ce avec la complicité de leur État !

Parce que nous refusons l’impunité d’une industrie climaticide et anti-démocratique, BLOOM a demandé au Parquet européen l’ouverture d’une enquête judiciaire.

En d’autres termes, nous avons lancé une nouvelle bombe politique aux Pays-Bas et à Bruxelles en montrant une fois de plus le modèle profondément dysfonctionnel de la pêche industrielle néerlandaise, qui n’hésite pas à recourir à la fraude pour se maintenir à flot.

Nous demandons le remboursement d'aides illégales sur la pêche électrique 

Même si nous avons gagné son interdiction européenne en 2019 grâce à votre extraordinaire mobilisation, BLOOM ne lâche pas le dossier de la pêche électrique. Cette méthode de pêche destructrice  s'est développé grâce à plus de 20 millions d'euros de subventions publiques européennes parfaitement illégales. Il s’agit d’argent public, du fruit du travail des Européens, qui a été utilisé pour un lobby simplement en raison de sa puissance d’influence de la décision publique. C’est inacceptable et nous entendons obtenir le remboursement de ces aides publiques. C’est pourquoi nous avons demandé directement à la Secrétaire Générale de la Commission européenne que justice soit faite.

Nous avons donné une visibilité inédite à l’exploitation minière dans les grands fonds et obtenu une première victoire en juin !

Nous avons diffusé sur les réseaux sociaux ce qu’impliquait le soutien d’Emmanuel Macron à l'exploitation minière des grandes profondeurs marines : une catastrophe écologique sans précédent, dans l’un des plus grands réservoirs de biodiversité du monde, le seul endroit qui n’ait pas encore été dévasté par les humains…

Notre post est devenu viral avec des centaines de milliers de partages et des millions de vues en moins de 24 heures. Merci à vous d’avoir donné un écho incroyable à nos révélations. Sous pression citoyenne maximale, Emmanuel Macron a annoncé à la Conférence de l’ONU pour l’Océan en juin qu’il soutenait désormais l’interdiction de l’exploitation minière en haute mer !

Une première victoire pour l’océan et les animaux marins qui doit encore être « transformée » : ensemble, nous veillerons à ce que la France tienne ses engagements.

 

BLOOM est une association de loi 1901 à but non lucratif fondée en 2005 par Claire Nouvian.

BLOOM est entièrement dévouée aux océans et à ceux qui en vivent. Notre mission est d’œuvrer pour le bien commun en créant un pacte durable entre l’homme et la mer.

Nos objectifs sont de protéger l’océan et les espèces marines tout en maximisant les emplois durables dans la pêche et l’aquaculture. Nos priorités sont de mettre fin aux méthodes de pêche destructrices et à l’expansion de la pression de pêche dans le monde, de protéger le milieu marin et d’en préserver sa résilience tout en cherchant à favoriser la pêche artisanale utilisant des méthodes douces pour l’environnement et fortement génératrices d’emplois.

Pour atteindre nos objectifs, l’équipe de BLOOM déploie des actions de sensibilisation, d’éducation et de médiation scientifique ainsi qu’un programme de recherche scientifique stratégique et indépendant. Nous sommes également engagés sur le terrain législatif avec des actions de plaidoyer citoyen, une participation à des consultations publiques et des processus institutionnels. Nos actions s’adressent au grand public ainsi qu’aux décideurs politiques et aux acteurs économiques.

NOS OBJECTIFS PRIORITAIRES

  • Mettre fin aux pêches destructrices dans les grands fond
  •  Mettre fin au gâchis alimentaire dans les pêches et aux rejets
  • Assurer la viabilité économique des activités de pêche - les artisans pêcheurs notamment - par une distribution équitable des fonds publics
  • Protéger les espèces menacées d’extinction, notamment les requins profonds

L'actu de juin 2021 :

 

 

A lire ici l'article : La surpêche aura-t-elle bientôt raison des requins ?

et ici Pêche : quand la Commission européenne cédait aux lobbys

 

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE(S) EN LIEN AVEC LE SUJET

En rapport avec :

Requin, Pêche profonde, pêche durable, Accueil, chalutage, Pêche électrique