Les structures en France

Société Nationale de Protection de la Nature (SNPN)

Une société d’acclimatation

 

La Société impériale zoologique d’acclimatation a été fondée en 1854 par Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, professeur au Muséum national d’Histoire naturelle, titulaire de la chaire de zoologie des mammifères et des oiseaux. Elle se proposait alors de concourir à l’introduction, à l’acclimatation et à la domestication des espèces d’animaux utiles ou d’ornement, au perfectionnement et à la multiplication des races nouvellement introduites ou domestiquées et se donnait pour seul objectif de

« … peupler nos champs, nos forêts, nos rivières, d’hôtes nouveaux ; d’augmenter le nombre de nos animaux domestiques, cette richesse première du cultivateur ; d’accroître et de varier les ressources alimentaires, si insuffisantes, dont nous disposons aujourd’hui ; de créer d’autres produits économiques ou industriels ; et, par là même, de doter notre agriculture, si longtemps languissante, notre industrie, notre commerce et la société tout entière de biens jusqu’à présent inconnus ou négligés, non moins précieux un jour que ceux dont les générations antérieures nous ont légué le bienfait » (Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, Bull. SZA, 20 janvier 1854).

Aux yeux de l’homme du XIXe siècle, la nature constituait un capital inépuisable dont il était nécessaire de mettre en œuvre les ressources.

La SNPN est une association reconnue d’utilité publique qui a pour but la mise en œuvre d’actions d’éducation et de protection de la nature, en France mais aussi dans le monde.

Elle publie le Courrier de la Nature, créé en 1961.

et la lettre SNPN depuis 2020

 

 

 

La SNPN a créé, en 1927, la Réserve Nationale de Camargue (Bouches-du-Rhône) et la gère depuis cette date. Elle gère également la réserve naturelle nationale du lac de Grand-Lieu (Loire Atlantique)

Les actions que la SNPN effectue pour la sauvegarde de la biodiversité s’inscrivent dans la durée : préservation d’habitats, participation à des campagnes internationales pour la protection des grands mammifères, des cétacés, interventions dans le cadre d’aménagement qui risquent d’être destructeurs, les urgences ne manquent pas.

Des combats pionniers

Progressivement, sous l’influence notamment de figures marquantes, la Société d’acclimatation délaisse puis abandonne son projet initial pour se consacrer à la cause de la protection de la nature qu’elle envisage d’un point de vue scientifique. Les combats et les réalisations sont nombreux (voir “La SNPN en dates”) :

  • élaboration de la Convention internationale pour la protection des oiseaux utiles à l’agriculture (1902),
  • protection du castor du Rhône (1909),
  • fondation de la LPO et de la réserve des Sept-Îles (1912),
  • création des réserves de Camargue (1927), de Néouvielle (1935), du Lauzanier (1936),
  • organisation des deux premiers Congrès internationaux de protection de la nature (1923, 1931),
  • lutte contre le commerce des plumes d’oiseaux,
  • repeuplement des cours d’eaux français en poissons, aménagement des barrages et autres seuils pour permettre leur franchissement par les migrateurs,
  • sauvegarde de l’éléphant d’Afrique et plus largement de la grande faune,
  • soutien aux projets de parcs nationaux,…

Capture d’écran 2015-05-08 à 15.13.16

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE(S) EN LIEN AVEC LE SUJET

En rapport avec :

Accueil, Faune sauvage

Article précédent

Envol vert

Article suivant

The Whaleman foundation