Artistes animaliers

HAIR Joanna

Découverte par ses oeuvres chez des amis, nous avons voulu en savoir davantage sur cette femme passionnée de nature et qui la transcrit et la transmet à travers ses sculptures en terre et leur cuisson raku qui leur donne beaucoup d'expression.

Peu d'animaux échappent à son regard d'amoureuse de la nature et qui la voudrait plus belle malgré les affronts qu'elle subit des humains.

Elle a publié un livre, il y a deux ans, qui s’intitule "Animals-Animaux"  et un petit livret "Bébé Manchots". Les deux sont bilingues français/anglais et disponibles dans ses galeries et via son site.

 

Un autre livre est en cours, qui s’appellera "Galapagos Raku" qui va paraître bientôt espère t'elle!

Sans compter les articles dans certaines revues spécialisées entre autres : "La Tortue" de Bernard Devaux, "La Revue du Chat", "Santé du Chevalainsi que "La Revue de la Céramique et du Verre" et "Pratique des Arts" et Elle Deco avril/ mai 2019 (supplément Paris) pour le dernier en date.

Et dans les livres :  "Petites Leçons de Raku Animalier" de Catherine Chaillou, en plus d’être le meilleur guide pratique sur le modelage, émaillage et cuisson raku animalier, a consacré un petit chapitre à mon travail ainsi que Nicole Crestou dans son livre "BESTIAIRE, sculptures céramiques".

Beau cheminement qu'il nous fallait croiser! C'est fait désormais!

INTERVIEW

Votre Parcours en quelques mots ? A plus de soixante ans je me découvre avec stupéfaction dans mon atelier entourée d’animaux. A l'école on m'a gentiment expulsée de ma classe d'arts plastiques par manque total de compétence et à l’université j’étudiais passionnément la politique et les langues étrangères. Je ne m'imaginais pas un seul instant sculpter, encore moins devenir sculpteur animalier. Mon premier animal est arrivé par hasard d'une petite boule de terre que je tripotais sans réfléchir dans un atelier de potier au milieu des vignes. C’était en septembre 1976, le début d'un long été indien. 

Quels sont vos maîtres à penser, vos références? :  Pour la poésie, "Le lézard du mur méridional" d'Eugenio Montale »,  « L’œuf et la tortue » de D.H.Lawrence, "La souris aux oreilles d'éléphant" de Ted Hughes

Pour le charme, l’énergie, l’intensité, la beauté : les rats de Béatrix Potter, les chats de Steinlen, le lièvre de Dürer, les chevaux de Stubbs. 

Pour le regard de photographe : « Les animaux de ferme » de Yann Arthus Bertrand.

Pour la subjugation, l’étonnement, l’émerveillement : David Attenborough et toute son équipe.

Pour l’orgueil la chèvre de Picasso et pour la simplicité,  Pompon .... Ah ! .. Pompon! Je dois être la plus vieille Pompon-girl de la planète ! 

Pourquoi la faune/l’animal sauvage? L'écart entre nous. Autant d'animaux, autant de langues étrangères. Parfois il n'y a rien à se raccrocher, tout est à apprendre. Parfois on arrive à saisir des bribes, il y a des choses qu'on reconnaît, parfois même on croit comprendre.

Si vous étiez un animal sauvage, lequel ? Je suis bien trop domestiquée pour m’imaginer en animal sauvage.

Une belle rencontre de faune sauvage ?  Les Îles Galápagos, le jardin d'Eden. Une île d’égalité où l'homme est observé par les animaux tout autant qu'il les observe.

Votre/vos lieux de nature préféré ? Je suis toujours à l’affût d’un bio-parc, arche de la nature ou aquarium, observatoire, zoo ou autre reptilo-croco-serpent-land. Je recherche des  îles aux papillons , îles aux fous, falaises aux macareux, écuries, sanctuaires et refuges.

Mais j'y retourne rarement. Ils me sont indispensables pour étudier car j'ai peu de possibilités pour voir des animaux exotiques autrement.

Car c'est la surprise de l'animal inattendu qui m'inspire vraiment : le crapaud sous le réservoir d'eau ou tous ces animaux à peine aperçu, « mais où sont mes jumelles ? » l'aigle (peut-être !) qui se détache d'un sommet, un phoque (peut-être !) sur le flanc d'un rocher, un renard ou une hermine (peut-être !) qui traverse le chemin.

Le lieu mythique où vous rêvez d’aller ? Le pôle sud, le pôle nord ... because ours, because manchots.

(Pinterest)

L’œuvre qui vous semble illustrer le mieux votre parcours ?«Turtle Diary» (le livre)  par Russell Hoban. Comme sa tortue j’essaie de garder l’œil au soleil, comme sa tortue j’essaie de ne pas penser aux menaces des profondeurs.

Comment travaillez-vous pratiquement ? Je regarde. Puis je fais au mieux. Je ne sais pas dessiner. J’utilise la terre de Baillet et mes doigts, quelques outils de chez Como, un capuchon de Bic et il me reste quelques pics rejetés par porc d'épic pour graver mais de moins en moins. Si quelqu'un en a, je suis preneuse! 

Le clip

https://youtu.be/FbsicJYvVZA

Et vos techniques de rencontre avec l’animal sauvage ? Je marche beaucoup, j’essaie de ne pas faire trop de bruit

Un conseil au débutant dans votre activité ? Avoir envie. Non, plutôt avoir très très envie. Continuez d’avoir très très envie.

Un animal disparu revient (même un animal fantastique), lequel ? La grenouille Rheobatrachus silus d'Australie,  créature rabelaisienne dont les bébés naissaient par la bouche. Les animaux sont de toute façon fantastiques!

Une initiative prise ou à prendre en faveur de la faune sauvage?Galapagos Conservatory nurseries pour tortues 

Une urgence pour la faune sauvage ? Madagascar... pour ceux qui y habite animaux et humain et pour nous tous. 

(Constance hotels)

Une association qui vous tient à cœur ? Sea Shepherd France, David devant le Goliath du plastique 

Pour conclure, vous disparaissez ce soir, qu’aimeriez-vous laisser comme message aux autres ? 

J'essaierai de ne pas disparaitre ce soir !

DISTINCTIONS

 J’ai eu le plaisir d’être l’invitée d’honneur et de recevoir plusieurs prix dans des Salons d’art et d’art animalier à Saumur, Le Mans, Bressuire, St Pierre de Nemours… 

J’ai reçu une médaille de l’Académie d’Arts Sciences et Lettres et je suis membre de l’Académie de Chats Magiques de Rome !! 

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

"J’ai commencé à exposer en 1976 et continué avec 5 à 10 expositions (ou Salons) par an en France, Belgique, Les Pays Bas, Italie, les U.S., Canada, Grande Bretagne et Russie. Celles qui me reviennent en mémoire spontanément : Musées de  Liège et de Roanne, Muséum d’Histoire Naturelle d’Angers, Musée de Lucenec (Slovakie), Musée de la Céramique à Malicorne, Maison du Parc de la Brenne, La Villa Perrusson (Le Creusot), le Château de Saumur, une rétrospective à l’Hôtel de Ville du Mans, dans la yourte du Théâtre Zingaro et dans les jardins du Prieuré d’Orsan". 

"J’expose en permanence dans les galeries Promenarts de l'Ile de Ré (St Martin de Ré et La Couarde), à Paris chez Zèbres (14 Rue François Miron 75004) et Courcelles Art Contemporain (110 Bd de Courcelles 75017) , à la Galerie Bénédicte Giniaux à Bergerac, à la Galerie Toulouse-Lauwers à Nantes et à la Galerie Rollin à Rouen, au Centre Européen de la Céramique au Don du Fel (Aveyron)… et chez moi où j’ai trois petites salles d’expo ( l’Annexe, L’Ephémère et La Caverne ) où je suis toujours ravie d’accueillir des visiteurs !"

Certaines villes et institutions ont acquis les oeuvres de Joanna Hair : Villes du Mans, Saumur et Warwick  (GB), Conseil Général de Deux Sèvres, Musée de la Céramique de Lucenec (SK) et Musée de Baugé, CNIFOP à St Amand en Puisaye, Muséum Naturel de Londres, Théâtre Zingaro, Parc de tortues A Cupulatta en Corse et "The Earth Centre" à Doncaster (GB).

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

LIENS

Instagram :