Photographes animaliers

BOULLENGER Pascal

Nous nous sommes croisés par hasard sur le Causse Méjean, un jour de juin 2022.

Pascal Boullenger arrivait du Cotentin pour y passer un mois complet comme chaque année depuis longtemps. Il n'avait pas encore déchargé sa voiture, remplie à ras bord de bagages, de victuailles, de matériel et...même, d'une cage contenant un couple de perruches! Et déjà il était à l'affût du gypaète, son oiseau-rapace favori semble t'il.

Il me raconta en quelques minutes ses observations passées, vautours, passereaux, chevreuils, cerfs et même un loup venu l'observer un matin! Il ajouta ses rencontres d'ailleurs, car il circule pascal Boullenger, et pas que dans les Cévennes, La preuve!

 Je l'ai écouté avec passion tant il est lui-même passionné par la nature et sa préservation.

Et, comme d'habitude, j'ai voulu en savoir davantage : interview!

INTERVIEW

Qui êtes-vous? Je m’appelle Pascal Boullenger, je suis né le 22 janvier 1954 à Paris 17e. Mon intérêt pour la nature a commencé grâce aux colonies de vacances de la ville d’Epinay sur Seine où mes parents s’étaient installés. J’ai donc pu découvrir la montagne à Montmin en Savoie. Mon parcours scolaire se résume à un certificat d’étude en 1968 et par la suite l’apprentissage de la maçonnerie en CET, écourté par l’obligation d’aller travailler. J’ai ensuite devancé l’appel de mon service militaire que j’ai effectué en tant que pilote de char en Allemagne Forêt noire. A mon retour j’ai travaillé une dizaine d’années dans la société LTC (tirages cinématographiques) à Saint Cloud. Après divers emplois j’ai créé, avec un associé, ma société de location de téléviseurs en milieu hospitalier que j’ai ensuite arrêté au bout de 10 ans en 2000. Suite à des problèmes personnels, je me suis installé en corse pendant 4 ans et demi, ou je possédais un petit bungalow, afin de parcourir les montagnes et photographier sa faune. En 2009, je m’installais en Ariège, au fin fond d’une vallée à la frontière espagnole, où j’ai pu parcourir les montagnes, photographier sa faune et surtout faire le suivi de l’ours avec l’ONCFS, devenu OFB, pendant 10 ans. J’ai également pu faire des vols en avion au-dessus des montagnes. Actuellement je réside dans la Manche depuis 2021 où je continue a photographier la faune du Cotentin (phoques, cigognes, faucon pèlerin, etc..).  Je descends dans les Cévennes 2 fois par an pendant un mois, afin de suivre le gypaète barbu et autres oiseaux.

Vos actions en cours? Continuer le suivi d’espèces et mes priorités sont la protection  des espèces en danger de disparition. Mes objectifs seraient plutôt la préservation du vivant.

Un maître à penser? Je n’ai pas véritablement de maitre a penser mais des gens comme Philippe Dedieuleveult, Haroun Tazieff,  le commandant Cousteau ("Le monde du silence") ou bien encore Nicolas Hulot m’ont fait rêver par leurs images, ainsi que les livres de Jack London - "Croc Blanc" et "l’Appel de la forêt".

D'où vient votre intérêt pour le sauvage? Mon intérêt pour le sauvage vient du fait que je me considère comme étant de la même famille en tant qu’être vivant.

Si vous étiez un animal sauvage? Si je devais être un animal sauvage je serais le loup pour sa fidélité et le gypaète barbu pour sa liberté.

Une belle rencontre? Ma plus belle rencontre a eu lieu le29 mai 2018, alors que j’étais avec ma chienne en observation pour le suivi de l’ours, j’ai eu la chance de pouvoir filmer l’ourse Caramelles et ses deux oursons, moment INOUBLIABLE.

Votre spot nature préféré? : les Cévennes lozériennes.

Un lieu mythique? l’Egypte pour la puissance dégagée à travers ses pyramides.

Une œuvre  marquante? "Voyage dans les Cévennes avec un âne " de Robert Louis StevensonVotre façon de travailler? Ma façon de travailler mes photos animalières est la plus naturelle possible, toujours de jour, visible et pas d’affût car je considère que c’est l’animal qui me donne la photo et non l’inverse. Je me sers d’une simple paire de jumelles et d’un boitier Nikon D500 avec un objectif Tamron 600mm et d’un Panasonic Lumix D300 pour la vidéo.

Un conseil à un débutant? Je lui demanderai d’être le plus naturel possible, ouvert et à l’écoute du monde animal.

Un animal disparu qui reviendrait? Les dinosaures parce qu’ils auraient beaucoup de chose à nous apprendre au vu de leur longévité sur terre.

Un animal fantastique? La licorne

Une urgence pour la vie et la faune sauvage? Il s'agit de notre propre survie 

Une initiative à prendre en faveur de la faune sauvage ? Ce serait l’arrêt des pesticides, une meilleure chasse et un changement du comportement humain dans beaucoup de domaine.

Une association? FERUS, surtout pour sa défense du loup et de l’ours, mais aussi la LPO

Vous disparaissez demain, quel est votre dernier message? : A bientôt

DISTINCTIONS

EXPOSITIONS ET PARUTIONS

EN LIEN AVEC LE SUJET

LIVRE (S) EN LIEN AVEC LE SUJET :

En rapport avec :

Accueil

LIENS

Site Web :

Facebook :

Instagram :