Alaska : les orques ont développé un nouveau comportement alimentaire qui semble les tuer

Cette année, les scientifiques ont constaté que davantage d’orques sont mortes empêtrées dans des engins de pêche en Alaska. La cause pourrait être liée à un « nouveau comportement » opportuniste mis en place par ces mammifères marins pour se nourrir.

C’est une mauvaise nouvelle qui a été constatée en Alaska. La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) vient de révéler qu’un nombre record d’orques étaient décédées, empêtrées dans des filets de pêche. Les pêcheurs pensent que cette tendance inquiétante est due à un « nouveau comportement » des cétacés, qui viennent se nourrir des poissons devant les filets que les pêcheurs remontent simultanément vers la surface.

Se nourrir dans les filets de pêche, un buffet à volonté

« En 2023, nos capitaines ont signalé une augmentation du nombre d’épaulards présents à proximité de nos navires, a déclaré dans un communiqué le Groundfish Forum, une association professionnelle de pêche basée à Seattle qui supervise les activités de 19 chalutiers dans les eaux du Pacifique Nord. Alors que l’on sait que les orques se rassemblent sur les sites de pêche pour se régaler des prises, les scientifiques sur les mammifères marins ne savent pas exactement pourquoi ce changement s’est produit. »

Comme le rappelle LiveScience, les orques sont des animaux très intelligents et innovants, qui savent s’adapter, apprendre et imiter des comportements de leurs congénères. Ainsi, la NOAA Fisheries rappelait dans un rapport de 2022 que ces cétacés étaient connus pour « exploiter les pêcheries humaines, qui leur fournissent des buffets à volonté dans le monde entier ». Les recherches ont également montré que le fait de « voler » des poissons aux pêcheurs était un comportement pouvant se propager aux autres populations d’orques via l’apprentissage social.

9 orques mortes en 2023 en Alaska, un record

Mais manger à volonté n’est pas sans risque. Entre 2016 et 2020, cinq épaulards sont ainsi morts dans des filets de pêche. Un nombre qui reste toutefois bien plus faible que le nombre de décès sur la seule année 2023. La NOAA Fisheries révèle ainsi dans un communiqué que, depuis janvier, dix orques se sont retrouvées prises au piège d’engins de pêche au large de l’Alaska. Parmi elles, une seule a survécu.

Quant aux individus décédés, « la NOAA Fisheries analyse les données collectées pour déterminer la cause des blessures ou de la mort et déterminer à quels groupes appartiennent ces animaux grâce à un examen des informations génétiques », indique le communiqué.

Les scientifiques espèrent que les résultats obtenus les aideront à déterminer les causes de la mort des orques, afin d’élaborer des plans pour les protéger.

De leur côté, les pêcheurs prennent également le problème très au sérieux. « Nous changeons notre façon d’opérer pour essayer d’éviter les baleines, notamment en déplaçant nos navires lorsque des orques sont rencontrées et en arrêtant volontairement les opérations de pêche cette année dans les pêcheries où des mortalités d’épaulards ont eu lieu », a déclaré Groundfish Forum – dont des bateaux ont été impliqués dans des décès d’orques – dans un communiqué.

Source GEO