En Sierra Leone, les chimpanzés paient au prix fort les actions de l’homme

Le “sanctuaire” pour chimpanzés de Tacugama, aux portes de la capitale sierra-léonaise Freetown, a recueilli depuis août 2018 un nombre record de sept petits orphelins, signe que, dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, l’espèce paie au prix fort l’action de l’homme.

Une population qui a chuté de 80% en 24 ans

Chassés par les braconniers pour sa viande ou tués par des agriculteurs en représailles des dégâts qu’ils causent dans les plantations, ces chimpanzés verus (Pan troglodytes verus), du nom de leur sous-espèce, voient aussi leur habitat, la forêt tropicale des alentours de Freetown, en principe zone protégée, se réduire par une urbanisation croissante et l’exploitation du bois, soulignent des spécialistes rencontrés par l’AFP à l’occasion de la sortie le 30 octobre 2018 du rapport alarmant “Planète vivante” du Fonds mondial pour la nature (WWF). (…)

La suite de l’article sur le site de Sciences et avenir : cliquez ici